MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

​Nous sommes Samuel Paty et la mise en image du prophète


Les investigations en cours révèlent que l’adolescente qui déclara être dans le cours du professeur depuis assassiné est un mensonge. Elle aura en outre rapporté à son père le projet de ce professeur de présenter les caricatures du prophète. Selon quelles motivations ? La question ne devrait-elle pas être élucidée ?

Par Frédéric Paulus - Publié le Jeudi 22 Octobre 2020 à 13:55 | Lu 922 fois

​Nous sommes Samuel Paty et la mise en image du prophète
Il est important de rappeler qu’en prenant conscience de ce pouvoir d’influencer l’autre, Sapiens (avant Loquens) se serait confronté au mensonge, à la dissimulation et autres possibilités langagières liées à cette grande avancée évolutionniste, l’émergence du langage parlé et articulé. Dès lors les relations se compliquent et plusieurs « mentalités » peuvent cohabiter avec, comme outil, le langage qui devient plus complexe à utiliser que les simples gestes, cris et mimiques, (1). 

En 1979, avec l’ouvrage « L’inhibition de l’action » (2), nous rejoignons le Professeur Henri Laborit pour qui le langage, en plus de ses conquêtes sociales, devient  également un formidable outil pour dominer l’autre.

Le recours au mensonge, sujet ayant fait l’objet d’études déjà anciennes, semble montrer que tout enfant y aurait recours à partir de ses trois ans, (3), initialement pour échapper à l’emprise de ses parents, ce qui lui confère une certaine liberté.

Ce projet du professeur Samuel Paty véhiculé par une élève auprès de son père aura mobilisé ce dernier qui cria au blasphème de voir représenter, et de surcroît caricaturé, le prophète. Première question : Pourquoi les théologiens musulmans sont-ils attachés au dogme de l’interdit de représenter leur prophète ? Notre réponse, même partielle, en deux temps, nous viendrait des neurosciences et des travaux de Laborit qu’il serait bon d’introduire dans les collèges et les lycées. La sphère cultuelle est dans notre pays considérée comme la « chasse gardée » des parents. Et ce, dans un univers qui s’est interdit politiquement, par occultation en fait, de veiller à la bonne santé morale et spirituelle. Celle-ci  échappe donc à la surveillance politique (collective) hormis les signalements circonstanciés sollicitant le pouvoir judiciaire.    

A la responsabilité éducative des parents s’adjoint leur liberté de culte et la transmission de leurs valeurs.  Ainsi, dans ce contexte, la République court le risque, (en pratiquant la politique de l’autruche ?), de discerner (ou de non percevoir) des enfants devenus les otages idéologiques de certains parents qui les soumettent à leur religion au risque d’en faire des enfants dominés à différents niveaux. Dans un univers culturel où la famille a été « sanctuarisée » au non d’un « respect des croyances et des différences » (en fait livrée à elle-même dans l’éducation des enfants durant ses 1000 premiers jours et après) par une idéologie aveuglement libérale, il nous faudrait avoir le courage d’aborder l’emprise de la famille sur les cerveaux des enfants pour le meilleur et malheureusement aussi, parfois, le pire.

Ce détour nous permet d’aborder la question de l’interdit de la représentation du prophète. Cet interdit nous semble soulever une potentielle ascendance (ou suprématie) de l’image sur le son ou le geste, (1), comme vecteur de communication. Le langage parlé et articulé permet la critique, ce que le croyant intégriste redoute. En interdisant toute symbolisation (imagée), la créativité neuronale n’étant pas canalisée sur une image offrirait une plus grande liberté d’occuper l’espace imaginaire aux fins d’une emprise et des cerveaux et du libre arbitre.

Laissons le dernier mot au poète Khalil Gibran tout en nous demandant : s’adresse-t-il, dans « Le Prophète », 4), uniquement aux musulmans ? Son message n’est-il pas universel ? 

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,
Parlez-nous des Enfants.
Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier.
Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L'Archer voit le but sur le chemin de l'infini, et Il vous tend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l'Archer soit pour la joie;
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime l'arc qui est stable.
Pourrions-nous trouver meilleure conclusion temporaire à notre réflexion ? 

Réf : 
1) Marcel Jousse, Anthropologie du geste, Gallimard, 1974 – 2018. 
2) Henri Laborit, L’inhibition de l’action, Masson 1979-1986.
3) Jean Decety, Le sens moral chez le bébé : neurosciences développementales, dans Spirale 2015/4 (n° 76), pages 35 à 42.
4) Khalil Gibran, Le Prophète, La <part commune, 2004.

Frédéric Paulus, psychothérapeute et sociologue




1.Posté par souillon le 22/10/2020 20:21

Ce prophète n'est pas encore civilisé !

2.Posté par MICHOU le 23/10/2020 10:41

On peut se demander ce que font ces adultes dans un pays qu'ils haissent, qu'ils revent de soumettre mais à quoi? Ils sont eux mêmes perdus et viennent vivre des prestations, et autres données par leur ennemi. Il est vrai l'argent n'a pas d'odeur et la dignité s'adapte sur mesure en fonction de ses besoins.Pourquoi viennent ils ici alors que des pays musulmans existent et bien plus riches?
Le jour où ils seront mis face à leurs incohérences ça ira peut être mieux.
Pourquoi choisir de venir en Occident?

3.Posté par Atterré le 23/10/2020 13:38

Michou, avec votre permission, je vais reformuler votre texte à ma sauce :
«Qu'il est doux de hurler contre tout et rien au sein de la bienveillante démocratie française et de ses prestations sociales diverses et variées ! ! !»
Quant à ceux qui croient l'herbe plus verte ailleurs, mais qu'est-ce-qu'ils foutent encore dans ce pays de mécréants alors que l'Afghanistan, le Pakistan, l'Indonésie, l'Azerbaïdjan, le Bangladesh, l'Algérie, le Maroc, la Lybie, l'Egypte, la Mauritanie, l'Iran, l'Irak, Brunéi, les Comores, tous les pays du Golfe, et quelques coins de l'Afrique sub-saharienne, liste non exhaustive, leur tendent les bras ! ! !
Qu'ils fassent comme leurs ennemis héréditaires qui reviennent à Canaan pour vivre sereinement et sans contrainte leur foi ! ! !

4.Posté par Choupette le 23/10/2020 14:02

J'ai eu une prof d'histoire qui nous a fait un cours sur les guerres de l'Antiquité. Elle parlait de ces combattants avec leurs cimeterres.

Je me souviens particulièrement de ce cours qui m'a marquée, non seulement à cause des massacres, mais parce qu'à la fin elle concluait par "c'est passé il y a très longtemps, heureusement que nous ne connaîtrons pas cela !"

C'était dans les années '70.

5.Posté par A mon avis le 23/10/2020 16:31

Très beau texte que celui de ce poète Khalil Gibran.
Texte à portée universelle.

Mais que les religions refusent !
En effet, l'enfant est la proie la plus convoitée de toutes les religions religions qui cherchent à modeler l’intellect vierge de l'enfant à la sauce de leur dogme, afin d’assurer une emprise sur sa conscience.

C'est aussi la raison pour laquelle, les religions sont si soucieuses de vouloir s'occuper le l'"éducation", et que l'école laîque est aussi violemment critiquée par toutes les religions .

6.Posté par A mon avis le 23/10/2020 18:03

Ce détour nous permet d’aborder la question de l’interdit de la représentation du prophète. Cet interdit nous semble soulever une potentielle ascendance (ou suprématie) de l’image sur le son ou le geste, (1), comme vecteur de communication. Le langage parlé et articulé permet la critique, ce que le croyant intégriste redoute. En interdisant toute symbolisation (imagée), la créativité neuronale n’étant pas canalisée sur une image offrirait une plus grande liberté d’occuper l’espace imaginaire aux fins d’une emprise et des cerveaux et du libre arbitre.


Très intéressante interprétation qui expliquerait la motivation d'interdire la représentation imagée du prophète !
A méditer !

7.Posté par Lesseps le 23/10/2020 18:22

@ post 1 : ça vous fait un point commun alors :) cf votre réflexion sur les homosexuels dans un autre courrier ...

8.Posté par Paulus le 24/10/2020 09:58

Ce qui peut justifier cet interdit serait de tenter d'ériger le dogme supplantant les religions représentees par l'incarnation en un homme tel le bouddha ou Jésus... qui avec la théorie de Carl G. Jung sont consideres comme des archétypes. Alors que dans l'islam le fidèle ne peut s'iidentifier à une image favorisant l'incarnation, l'Islam l'image du prophète est ainsi sacralisée, elle se situe au dessus de toutes représentations à des fins de suprématie.
FP

9.Posté par souillon le 24/10/2020 11:16

Lesseps ' Allez et multipliez'' ce n'est pas bon pour une planète surpeuplée.Le "allez sans vous multiplier'' des homoxexuels sera la solution.Le pape ,lui meme ,vient de prendre position.

10.Posté par A mon avis le 24/10/2020 12:34

@ 8.Posté par Paulus
"l'Islam l'image du prophète est ainsi sacralisée, elle se situe au dessus de toutes représentations à des fins de suprématie. "


C'est le constat que les "stratèges" de l'Islam, sont de fins experts en tant que manipulateurs du psychisme ! Ils surpassent toutes les autres religions (ou sectes) dans ce domaine !

11.Posté par Paulus le 24/10/2020 18:04

Oui, l'islam aux mains des conquérants avides de territoires et de pouvoir se présente comme conquérante, comme l'ont été les croisés... et les conquistadors... ! À l'opposé nous avons l'hindouisme dont mon ami Antoine Pitchaya me dit : "qu'il y a autant d'hindouismes qu'il y a d'hindous !
FP

12.Posté par L'Ardéchoise le 24/10/2020 23:34

A mon avis, pensez vous que beaucoup de lecteurs de Zinfos lisent et comprennent Khalil Gibran ?
J'en doute ...

13.Posté par A mon avis le 25/10/2020 11:28

@ 12.Posté par L'Ardéchoise
Vous avez une bien piètre opinion des lecteurs de Zinfos !

14.Posté par A mon avis le 25/10/2020 11:35

@ 11.Posté par Paulus
On a coutume de dire que l'hindouisme est plus tolérant et moins belliqueux que les autres religions. La réalité est tout autre comme le prouve l'histoire de l'Inde et des cultures hindoues ou hindouistes inégalitaires et mêmes cruelles au même degré que les religions monothéistes !
La seule différence se situe probablement dans leur rapport à la nature.

15.Posté par Babeuf le 25/10/2020 14:49

On commence par Samuel Paty et ensuite!
De 1954 à 1962 76 enseignants français ont été assassinés en Algérie!

Recherchez sur internet le lien ci-dessous

Instituteurs et Instructeurs des départements d'Algérie ...

16.Posté par L'Ardéchoise le 25/10/2020 19:37

@ 13 : pas de tous, mais oui, hélas, de beaucoup, sur certains sujets...
Khalil Gibran ne doit pas être sur l'île en livre de chevet favori, tout comme c'est le cas en métropole.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes