MENU ZINFOS
Faits-divers

​Meurtre de Julian Robert : Les accusés s’emmêlent les pinceaux


La veille du verdict de la cour d'Assises, Jean Melchior et Abou Hassani ont tenté de s'expliquer. Mais les incohérences de leurs versions différentes semblent avoir détruit le peu de crédibilité qu'ils avaient.

Par SH - Publié le Mardi 2 Février 2021 à 16:47

En ce deuxième jour de procès pour meurtre devant les Assises, la matinée a été dédiée aux versions des accusés Jean Melchior, l’auteur présumé des coups de couteau, et Abou Hassani, son complice. Les événements de la soirée de juillet 2017 ont été abordés minute par minute et Jean Melchior a été interrogé en premier. 
 
"Je dis la vérité, j’accepte ma peine, j’ai tout perdu, ça fait trois ans que j’attends ce jugement, affirmait Jean Melchior devant les juges et membres du jury, le jour de la reconstitution, tout m’est revenu". L’accusé assure ne plus mentir depuis ce jour-là. Car des versions différentes de la soirée, il y en aurait eu neuf, selon l’avocat des proches de Julian Robert, Me Gabriel Odier. La victime l’aurait d’abord attaqué avec une bouteille cassée et lui aurait blessé la main. Mais finalement la bouteille n’avait pas été cassée et il n’avait pas été blessé. Puis la victime l’aurait étranglé jusqu’à ce que l’accusé ne puisse plus respirer. Il y aurait aussi eu des coups échangés entre Julian Robert et Abou Hassani contre un rideau de fer ; ou plutôt un ralé-poussé, tout compte fait. Jean Melchior semble se contredire, ce que l’avocat général ne manque pas de relever. 
 
Et la version de son codétenu, Abou Hassani, n’a pas arrangé les choses. Selon lui, il est resté dans la voiture et ce n’est que lorsque Jean Melchior et Julian Robert, à l’extérieur du véhicule au niveau du coffre, ont haussé le ton qu’il est sorti et a vu la victime couverte de sang. Mais comment se sont donc retrouvées la cigarette et la bière que Julian Robert tenait à la main, au niveau du rideau de fer ? Et le couteau de Julian Robert : comment ce dernier l’aurait-il offert à Jean Melchior, alors qu’il était à l’arrière de la voiture, sans qu’Abou Hassani, sur le siège passager, ne s’en rende compte?
 
"Tout s’est passé très vite. Aujourd’hui, nous avons le luxe du temps pour en faire quasiment un film"
 
Un manque de crédibilité qui s’ajoute à leur comportement après le drame. "J’ai paniqué", disent-ils pour expliquer l’abandon de Julian Robert dans la rue sans même appeler les secours alors qu’il venait de recevoir trois coups de couteau. Sans oublier les quatre mois que Jean Melchior a passé sans se rendre. "J’avais peur des représailles contre ma femme, mes enfants, mes parents", affirme-t-il. 
 
Pour la défense de Jean Melchior, Me Sébastien Navarro rappelle que "tout s’est passé très vite". "Aujourd’hui, nous avons le luxe du temps pour en faire quasiment un film". Mais les oublis et incohérences ont très certainement été notés par les juges et membres du jury. Il y a du travail sur la planche pour la défense avant le verdict prévu ce mercredi. 
 
Pour rappel, les trois hommes avaient passé la soirée ensemble au Port avant de chercher "de quoi fumer" au Guillaume, là où habitait Julian Robert. Ivre, ce dernier n’aurait pas trouvé le bon chemin, les faisant "tourner en rond". Tous agacés, ils se seraient disputés et Abou Hassani aurait suggéré de faire sortir la victime de la voiture. Une fois à l’extérieur du véhicule, Jean Melchior aurait asséné trois coups de couteau à Julian Robert avant de le laisser seul. Ce dernier est décédé sur place. 




1.Posté par jlc2 le 03/02/2021 14:23

Bonjour! il n'y a plus le bagne de Guyane,ça aurait plus donner envie de recommencer aux meurtriers

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes