MENU ZINFOS
Economie

​Les gérants de discothèques en ont assez de "subir l’administration"


Ça chauffe sur les pistes des discothèques et, pour une fois, ce n’est pas la musique qui en est la cause. Les gérants de boîte de nuit s’accordent pour adresser un message teinté d’exaspération aux pouvoirs publics. Ils en auront l’occasion ce vendredi au cours d’une réunion en préfecture.

Par Ludovic Grondin - Publié le Jeudi 28 Avril 2022 à 23:29

Les gérants des établissements de nuit ont l’impression de subir toutes les foudres de l’administration. Au sortir de deux années de fermeture forcée du fait du Covid, les voici déjà accablés par les services de l’Etat. C’est le ras-le-bol qui gagne les rangs de ces professionnels actuellement et ils comptent le faire savoir. Un ras-le-bol illustré par la dernière mésaventure en date subie par la discothèque La Villa à Saint-Gilles. 

Le tribunal administratif casse l’arrêté de fermeture 

Contre toute attente, cet établissement s’est vu signifier la fermeture administrative de son établissement après le passage de la commission de sécurité. Un contrôle de routine auquel doit s’astreindre tout établissement tous les trois ans.

Problème, les conditions de ce contrôle mené sur place étaient contestables. Non avisé de cette visite, le gérant de la Villa n’avait pas pu apporter la contradiction à ses visiteurs qui avaient trouvé matière à redire. C’est un simple employé qui avait alors accompagné du regard la visite des services de l’Etat. Une visite qui avait débouché sur la décision radicale de fermeture immédiate de l’établissement.

Mais très vite, le gérant ne s’était pas laissé faire en contestant la décision devant le tribunal administratif. L’établissement n’a pas eu de mal à obtenir gain de cause. L’arrêté municipal de fermeture administrative a été annulé par le juge administratif. Au passage, l’Etat et la mairie de Saint-Paul ont dû s’acquitter d’une amende de 1500 euros auprès de l’établissement de nuit. 

"Évidemment on est d’accord que les services de l’Etat soient là pour contrôler, on y est pas opposés, ça va même dans notre sens mais là c’est tout simplement de l’abus d’autorité. Fermer une entreprise alors qu’elle ne devrait pas l’être, alors qu’elle sort de 22 mois de fermeture, alors que La Villa, c’est plus de 25 CDI !" évoque sur un autre registre, celui de l’emploi, Angel Porras, président de la branche « nuit » au sein de l’UMIH, l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie. 

Cette fermeture administrative considérée comme zélée a donc été la goutte de trop pour les gérants de bars et discothèques mais d’autres points d’achoppement seront mis sur la table ce vendredi au cours d’une réunion de travail en préfecture. 

Se posera notamment la question de la sécurité aux abords de leurs établissements. Là aussi, la lecture diverge selon que vous soyez du côté de l’administration et des gérants. Ces derniers en ont assez d’être jugés responsables des bagarres qui peuvent éclater autour de leur établissement. Ils attendent un éclaircissement des autorités à ce sujet.

"On a toujours demandé à la préfecture qu’on soit consultés avant qu’il y ait des décisions, ce qu’ils ont déjà fait sans notre accord", affirme Angel Porras, lui-même gérant d'un pub-restaurant à Saint-Denis. "On demande cette concertation car, s’il y a des sujets qui dépendent de nous, nous sommes aptes à les régler. Mais quand ils ne dépendent pas de nous, il faut au moins qu’on soit au courant. C’est ce qui se passe à Saint-Gilles. Ils nous mettent sur le dos le fait qu’il y ait du monde sur la route (aux abords des boîtes de nuit, ndlr) mais on nous a toujours interdit d’intervenir sur le domaine public ! On peut protéger les abords immédiats de nos établissements, ça c’est notre job. C’est pour ça d’ailleurs que devant tous les établissements de nuit vous trouverez deux portiers mais pour le reste, on n’a pas le droit ! Et si jamais on intervenait, nos personnels risqueraient de perdre leur carte professionnelle… On souhaite donc rappeler aux autorités que s’ils veulent qu’on intervienne sur le domaine public, il faut qu’ils nous missionnent !" attend-il un éclaircissement. 

"S'ils veulent qu'on travaille ensemble, ce n'est pas comme ça que ça doit se passer"

Il faut dire que l’engouement est à son paroxysme ces dernières semaines depuis la réouverture des boîtes de nuit après tant de mois de disette. "Les gens ont vu les discothèques fermées pendant 22 mois, c’est normal qu’ils aient envie d’aller en discothèque", constate le président de la branche nuit de l’UMIH. 

"Pour nous, l’administration est au service des administrés, Au lieu de ça, c’est nous qui sommes au service de l’administration... Nous subissons l’administration !" finit-il par trouver la formule dans laquelle se reconnaissent ses confrères en ce moment. 

Un autre gérant à la tête de plusieurs boîtes de nuit tient le même discours de lassitude. "On en a marre des décisions prises n’importe comment et toujours à leur avantage. Au lendemain du week end de Pâques, certains d’entre nous se sont fait reprocher par les autorités d’avoir ramené trop de monde dans la rue, aux abords de nos établissements. Mais on y est pour rien ! D’ailleurs, on a toujours demandé l’autorisation de pouvoir organiser la sécurité à l’extérieur mais on nous a toujours refusé cette possibilité. On a par exemple eu des réunions de travail avec la sous-préfecture de Saint-Paul afin de trouver des solutions et travailler ensemble mais, derrière, on recevait des courriers d’avertissement en guise de menace avant la fermeture administrative…", déplore-t-il ce grand écart entre les intentions et la réalité. "On a un métier compliqué. S'ils veulent qu'on travaille ensemble, ce n'est pas comme ça que ça doit se passer", invite-t-il la préfecture, les mairies et les forces de l'ordre à mieux considérer leur activité.

La réunion de vendredi servira peut être de réconciliation pour un nouveau départ. 




1.Posté par titi45 le 29/04/2022 03:12

C'est ça notre belle France 🥳

2.Posté par Antiflic le 29/04/2022 06:12

Normal ! ils s'en foutent les fonctionnaires, ils sont assurés d'avoir leur paye à la fin du mois
Et ils font du zèle pour donner l'impression qu'ils sont utiles

3.Posté par Jean Brochefort le 29/04/2022 06:29

Et bien moi j'en ai marre des discothèques de l'ouest.

Tous les samedi et dimanche matin c'est le même spectacle sur la plage de l'Ermitage : des jeunes bourrés, des mecs torses nus qui se battent, des bouteilles d'alcool sur la plage, parfois des dégradations avec des poubelles renversées ou du mobilier cassé. Il y a de l'insécurité, on est obligés de faire un détour pour éviter tout problème. Et ça ce ne sont pas les gérants de boites de nuit qui subisse ça. Et bien sûr certains reprennent le volant complètement bourrés.

Faut voir la vérité en face un peu, venez constater par vous-mêmes.

4.Posté par SERIEUX ?!!! le 29/04/2022 07:17

A les entendre, il faut tout leur accorder. Alcool, drogue, bagarre violente, accident de la route, mort. Ses gérants là, ils s'en foutent des Réunionais. La plupart viennent de Métropole nous ramènent de la DECHEANCE.... Je suis d'accord que nos jeunes et moins jeunes doivent s'amuser. Moi même je n'y vais plus par crainte de bagarres qui sont devenues monnaie courantes. On vit dans une société de plus en plus violentes et ses mêmes gérants râleurs nous ramènent DROGUES et vende de l'ALCOOL à outrance à nos enfants. Le gérant de la VILLA cité dans l'article sait pertinament que sa discothèque est un lieu de deal en tout genre, idem pour le Beach en face et bien d'autres discothèques. St Pierre et St Denis n'y échappe pas. Ils le savent et laissent faire car c'est leur fond de commerce, c'est là dessus qu'ils gagnent le plus. Avant les boites étaient toute payantes, on consommait moins, aujourd'hui elle sont gratuites et on consomme 3 fois plus, vu que l'argent de l'entrée, on le met dans l'alcool ou la drogue. Impressionner les filles et les garçons, boire plus pour se désinhiber, pour se lâcher. LA DECHEANCE de notre JEUNESSE. Moi je dis Bravo la PREFECTURE et les MAIRIES il faut les mettre au pas ses envahisseurs et destructeurs de culture. Qu'ils retournent en Métropole faire leur connerie. Ah merde, c'est vraie que là bas c'est bien plus stricte c'est pour ça qu'ils viennent ici où souvent nos politiques leurs lèchent les bottes .....et ferment les yeux sur leur bâtiments construit n'importe comment, sans permis, sans sécurité. Il viendr ale jour d'une panique là dedans comme ça a déjà eu lieu en Métropole. Les têtes tomberont alors ..... On fait confiance à la justice bananière de l'île....

5.Posté par Pot de fer Pot de terre le 29/04/2022 07:21

Pot de terre, pot de fer...pot de vin.
Les fonctionnaires s'énervent. ils ne touchent plus ? Un peu de patience, il faut laisser le temps aux gérants de se refaire un peu de blé.

6.Posté par riverstar974 le 29/04/2022 07:46

Fallait pas revoter macron

7.Posté par Skop le 29/04/2022 08:03

Par contre quand l'administration vous a payé deux ans sans travailler, làc'etait bon non !

8.Posté par brosse à dent le 29/04/2022 08:03

l'administration est là pour emmerder les gens et elle y parvient très bien.
En France, il manque touours un tampon, un papier, nous avons l'administration qui fait le plus contre ses propres citoyens, c'est le monde à l'envers.
Pourquoi ?
parce qu'un fonctionnaire a un petit pouvoir d'emmerdement et il n'existe que par ce petit pouvoir.

9.Posté par Marie France le 29/04/2022 11:47

Vous aurez du votées Marine pour votre protection, mais vous avez peut-être pa fait

10.Posté par Ouais... le 29/04/2022 13:32

"L administration, doit être aux services des administré". Le mec n'a pas compris que l administration sert à administrer le gens, les encadré, mais pas pour servir ou ils ont vu cela ? "L état c est nous" 😂😂😂😂😂, non l état c est eux nous on finance le système, avec" nos impôts", non l état est propriétaire de notre du...

11.Posté par MARDE le 29/04/2022 14:19

ben bien sur y faut des contrôles pour renouveler le stock de blé du gouvernement pour honorer ses fonctionnaires, mais quand c ciblé il y a un gros problème n'est-ce pas? est-ce du aux vaccins covid il n’y aurait qu'un pas hein! ou il faut croire que cette profession devient maudite après la maltraitance de ces dernières années sous prétexte que ces établissements sont contagieux et non les supermarchés par exemple...comprendra qui pourra......

12.Posté par QBR974 le 29/04/2022 15:12

Vous avez été grassement subventionnés pendant 2 ans!!! OCa vous arrangeait bien de collaborer…on ne vous a pas entendu protester!
Aster goute!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes