MENU ZINFOS
Faits-divers

​Le tortionnaire jugé aux Assises : "Je suis restée pour pas qu’il tue mon garçon et moi"


L'homme de 36 ans est jugé devant les Assises pour des actes de torture et de viol sur sa compagne et pour l'avoir séquestrée pendant six jours.

Par SH - Publié le Mardi 23 Février 2021 à 15:51 | Lu 4601 fois

"Pourquoi rester avec quelqu’un de violent ?" C’est la question que beaucoup se posent dans les cas de violences conjugales et c’est la question que le président d’audience a posée à la victime ce mardi. "Je suis restée pour pas qu’il tue mon garçon et moi", a-t-elle répondu. 
 
Grégory Richard est jugé pour actes de torture et barbarie, viols et séquestration sur sa compagne à son domicile à Bellemène Saint-Paul du 1er au 6 août 2018. Six jours d’horreur passés à survivre, gagner la confiance de son bourreau avant de s’échapper et se rendre au plus vite à l’hôpital. Le médecin légiste affirmait ce mardi que les blessures correspondaient bien à son récit. Battue à coups de poings, de pieds, de gifles et de "bout de bois", trainée par les cheveux, attachée à une barre de fer, brûlée avec une cigarette, arrosée avec un jet d’eau, violée… La jeune femme était couverte d’hématomes, ses dents cassées et elle ne parvenait plus à marcher. D’autant plus que, pour rajouter à l’horreur, elle était enceinte. 
 
Cela faisait six mois qu’ils se fréquentaient. Ils ont fait connaissance sur un site de rencontre avant qu’elle n’emménage chez lui, avec son petit de 6 ans, deux semaines plus tard. Puis la relation s’est montrée instable avec des jalousies et confiscations de téléphone. Un mois plus tard, il la frappait devant l’enfant ; le petit se prenant aussi une gifle au passage. "On est resté dans une cachette jusqu’au lendemain, puis je l’ai déposé chez mes parents", affirme-t-elle. Les larmes coulent à chaque mention de son petit garçon qu'elle décrit comme "traumatisé". La victime avait porté plainte, mais entre promesses de changer et menaces de mort, elle a fini par retirer sa plainte. 
 
C’est par peur qu’il s’en prenne à ses parents et son fils qu’elle aurait accepté de vivre dans le garage de la maison de Grégory Richard, sans téléphone, télévision, réfrigérateur ou argent. "Je ne mangeais pas le midi parce que sa mère qui habitait à l’étage ne voulait pas". Une mère qui avait été condamnée pour non-assistance à personne en danger et nettoyage de scène de crime. "Quasiment prisonnière", a noté le président d’audience. 
 
"On a l’impression que rien n’arrête monsieur Richard", en récidive
 
Pour l’accusé, c’était par choix que la victime demeurait en couple. "Pourquoi elle appelle pas la police si elle se sent menacée ?" demande-t-il. Il nie les viols ("relations consenties", selon lui) et assure n’avoir jamais frappé avec un morceau de bois : "Il faut dire les choses comme elles sont". Et en guise d’explication sur les violences : "J’ai pété un câble, je sais pas ce qui m’est arrivé". Réponse du président: "Des violences qui durent plus de trois heures, ce n’est pas péter un câble. C’est avoir le gout de la violence, aimer humilier. S’il faut dire les choses comme elles sont, c’est aussi se demander comment elle pouvait avoir envie de vous alors que sa bouche saignait et elle avait mal de partout ?"
 
L’hypothèse du "pétage de câble" est d’autant plus difficile à croire au vu de son casier judiciaire. Condamné pour les mêmes faits commis sur une ex-compagne en 2011. Sorti de prison en 2016, il était sous libération conditionnelle jusqu’au 31 août 2018, soit quelques mois après les faits. "On a l’impression que rien n’arrête monsieur Richard", conclut le magistrat. Le verdict est prévu mercredi. 




1.Posté par almuba le 23/02/2021 19:30

A sortir de la sociéte définitivement

2.Posté par Kevin le 23/02/2021 21:41

Prison a vie pour cet enfoiré...

3.Posté par lavie le 23/02/2021 22:03

Johan C., né en 1986, est revenu sur son île natale depuis le mois de janvier 2021. Hébergé un moment par son frère en métropole, il a décidé de rentrer début janvier avec lui pour ne pas rester seul là bas. Sa famille se cotise alors afin de lui payer le voyage. Depuis le 12 février dernier, ses proches se rendent compte qu’il est fortement alcoolisé tous les soirs. Le hic, c’est qu’il a l’alcool mauvais ! Depuis 10 jours, la famille se voit menacée de mort dès qu’il est de retour à la case. "S’il faut, j’irai en prison mais je vais faire un carnage" ou encore "je vais faire un carnage, je vais tuer tout le monde" se plait-il à leur dire. Apeurée, sa mère a même dû cacher tous les couteaux de la maison !

4.Posté par tamponnais free fight le 24/02/2021 20:35

amene a lu ek moi mi pete toute ses dent ouiiiiiii

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes