MENU ZINFOS
Faits-divers

​Le médecin accusé d’agressions sexuelles, relaxé en partie


Accusé d'agressions sexuelles sur deux patientes, le médecin métropolitain qui exerce toujours a été relaxé pour un des cas. Pour l'autre, il a écopé de 12 mois de prison avec sursis.

Par - Publié le Samedi 5 Décembre 2020 à 09:33 | Lu 4119 fois

Nous vous relations il y a un mois la troublante histoire de ce médecin accusé d’agressions sexuelles par deux patientes. Il a été jugé par le tribunal correctionnel pour des faits datant de 2012 et 2014 et finalement relaxé pour les faits de 2012. 
 
C’est une patiente de 21 ans qui l’accuse d’abord de viol en 2012 à Mayotte. Le jour en question, elle se rend dans un dispensaire avec une question d’ordre sexuel. Ce médecin métropolitain d’origine algérienne l’ausculte puis, étonnamment, propose de l’emmener en voiture à l’hôpital pour une prise de sang ; mais avant, passage chez lui. Sous prétexte d’une nouvelle auscultation, il lui aurait demandé de se déshabiller et se mettre dans son lit avant de la violer. Il s’avère quelques semaines plus tard qu’il l’aurait mise enceinte. Elle s'est fait avorter. Le médecin, après plusieurs versions, avoue une relation sexuelle mais consentie. Les juges ont manifestement également cru au consentement car il a été relaxé de ces faits-là. 
 
Le quinquagénaire a semblé moins crédible concernant une agression sexuelle qui aurait eu lieu au CHU de Bellepierre en 2014. La patiente, 20 ans, décrit des caresses sur les seins et entre les jambes lors d’une auscultation. Les larmes et les tremblements de la victime devant le tribunal ont sûrement plaidé en sa faveur ; les faits en eux-mêmes étant difficiles à prouver. Pour ces faits-là, il a été condamné à 12 mois de prison avec sursis et son nom est inscrit au FIJAIS (fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles). 
 
Si l’avocate d’une des patientes rappelle une troisième victime, mineure, qui l’avait aussi accusé d’un baiser en 2002, et précise que "les trois victimes ne se connaissent absolument pas", la défense a estimé le nombre de patientes auscultées en 30 ans de carrière. Et (seulement) trois supposées victimes dont une "un peu spéciale", "à problèmes", traitée au CHU pour une maladie psychologique. Concernant l’affaire de Mayotte, l’avocat, Me Iqbal Akhoun, rappelle en effet le fait que la jeune femme s’est déshabillée seule. Une défense qui tenait la route, permettant son client de repartir avec une peine de sursis. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Le Jacobin le 05/12/2020 11:55

SURSIS ???

Remettez moi ça.

2.Posté par Miro le 05/12/2020 20:43

Cé pas cher payé avec le sursis ! ...

3.Posté par Carol MARTIN le 07/12/2020 00:35

il y a de "bons juges " en metropole ! mais à la réunion la fine fleur

4.Posté par L''''impuni.... le 07/12/2020 01:52

rappelle en effet le fait que la jeune femme s’est déshabillée seule.
.......................

Oui mais à la demande du docteur......donc sur invitation du professionnel médical.

5.Posté par L''''''''''''''''impuni.... le 07/12/2020 01:52

Je parie qu'il va se spécialiser en gynécologie.....

6.Posté par lavérité le 07/12/2020 13:30

et vous dites qu'il a été relaxé 'en partie ou des parties ??.. il l'avait molle quoi, donc le caractère sexuel de votre article est condamnable non ??..

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes