MENU ZINFOS
Faits-divers

​Il tue son dalon avec un tesson de bouteille, 20 ans de réclusion criminelle


Jean Maurice Ramassamy, 41 ans, va passer les 20 prochaines années enfermé. C’est la décision de la cour d’Assises ce lundi. Il était jugé pour avoir tué, à coups de tesson de bouteille, son camarade de beuverie, David Payet, également âgé d’une quarantaine d’années. Les faits remontent au 4 février 2018, rue Bois de Nèfles dans le quartier de Vauban à Saint-Denis.

Par - Publié le Lundi 22 Juin 2020 à 13:33 | Lu 2419 fois

Comment justifier de prendre la vie d’un homme pour une histoire de paire de lunettes volées ? Un accès de violence de la part de Jean Maurice Ramassamy qui ne justifie rien mais peut être expliqué, selon son avocat Me Ibrahim Akhoun, par une triste enfance. Ce lundi, place à aux plaidoiries dont celle de la défense qui a rappelé un contexte de violence et d’alcool alors que l’accusé était petit. "Il vit dans la violence en tant qu’enfant puis à l’adolescence il s’interpose pour protéger sa mère, explique l’avocat. Un père c’est un modèle pour un petit garçon et lui n’a vu que violence et alcoolisme. Si son père avait été présent aujourd’hui, je lui aurais dit qu’il ne nous a pas rendu service". Un manque de solidarité familiale également, et aucun substitut parental, qui a mené à une vie d’errance et la reproduction de ces actes. 
 
En effet, ce jour-là, il vole les lunettes de son dalon alors qu’ils achètent à boire à la station. Une dispute éclate devant la boutique chinois de la rue Montyon. Les deux hommes tombent au sol. Direction ensuite la station afin de retrouver les lunettes. Mais alors David Payet lui fait des reproches et l’accuse, Jean Maurice Ramassamy perd son sang froid, s’empare d’une bouteille, la casse et assène deux coups dans le cou de la victime. Puis, sans tenter d’aider ni même de se défendre, il se rassoit. David Payet décèdera au CHU quelques heures plus tard. 
 
En garde à vue, puis pendant l’enquête, il donnera des versions différentes concernant les lunettes et affirmera que David Payet le frappait ; il a dû se défendre. Mais devant la cour d’Assises, il avoue enfin que non, aucun coup ne lui avait été porté. Et la famille de la victime est formelle: la victime était un bon père de famille non-violent. Difficile donc de croire Jean Maurice Ramassamy au vu des témoignages et de son passif : 18 condamnations sur son casier judiciaire, dont plusieurs pour violences. Des actes commis sur ses concubines et ses enfants. 
 
Pour l’avocat général, "il se repent, demande pardon et jure ne pas avoir voulu tuer la victime. Mais tout dans ce dossier démontre le contraire. Et ce qui est insupportable, c’est qu’il dit être son ami", avant de rappeler qu’il ne présente "aucune anomalie psychiatrique" et de requérir 20 ans de réclusion criminelle. Des réquisitions suivies par la cour d’Assises. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par déchet... le 22/06/2020 15:52

Déchet de la société...
Qui coute de l argent au contribuable qui paye le fonctionnement des prisons...

2.Posté par pabosa le 23/06/2020 11:33

non li va pa fèr 20 ans de prizon, li va sorte dan 12 ans au plus et li va reprendre son ti vi la dèche jusqu'au prochain ...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes