MENU ZINFOS
Communiqué

"​Il n’y a aucune justification sécuritaire valable à continuer de massacrer des requins à La Réunion"


Une conférence de presse s'est tenue ce samedi concernant les pêcheries de requins. Sont intervenus Didier Derand, représentant un collectif d'associations*et Jean-Claude Martigné, pour l'association Vie Océane. En plus de la plainte au pénal contre X qui a été déposée en 2021, trois procédures sont lancées au tribunal administratif.

Par N.P - Publié le Lundi 28 Mars 2022 à 17:07

"​Il n’y a aucune justification sécuritaire valable à continuer de massacrer des requins à La Réunion"
Intervention de Didier Derand :

Nous examinerons tout d’abord les dernières statistiques de pêche publiées par le Centre Sécurité Requin (CSR) (3 derniers mois : décembre 2021 et janvier et février 2022).
 [...]

On peut noter en particulier les faits suivants :
  • 617 requins ciblés tués depuis 2013 : 172 bouledogues  et 445 tigres.
  • La quantité énorme de requins tigres tués, surtout des juvéniles (jusqu’à 16 tigres en décembre 2021).
  • Il n’y a quasiment plus de captures de bouledogues : un seul en décembre 2021, zéro en janvier, zéro en février, zéro en mars 2022 également.
  • Que ce soit en nombre ou en %, il y a désormais 6 fois plus de requins tigres tués que de bouledogues : 35% de tigres contre 6% seulement de bouledogues.
  • Sur le tableau "récapitulatif général des captures", on note depuis mars 2018, date d’entrée en activité du CSR :
  • La chute progressive mais systématique du nombre de bouledogues capturés : on passe de 23 bouledogues en 2018, à 8 en 2021.
  • A contrario la forte augmentation du nombre de tigres capturés : on passe de 76 tigres en 2018, à 99 en 2021.
  • Ce qui fait, notez-le, pour 2021, 12 fois plus de tigres que de bouledogues !
  • Rappelons à ce sujet qu’à la Réunion les requins tigres ne sont quasiment jamais impliqués dans les accidents : le CSR n’a répertorié qu’un seul accident avec un requin tigre en 11 ans (le 14 février 2015). Ils sont donc détruits inutilement……
  • Le requin bouledogue a été inscrit en 2021 sur la liste rouge de l’UICN avec le statut de "vulnérable". Le requin tigre est, quant à lui, toujours "quasi-menacé".
  • Les pêcheries du CSR aboutissent à capturer de nombreuses espèces de poissons prédateurs de grande taille que la Réserve marine s’efforce de protéger depuis sa création en 2007 (mérous, raies, carangues, murènes, barracudas, etc….) : les captures accessoires représentent près de 60% des prises, 10 fois plus que les bouledogues !
  • Les pêcheries du CSR aboutissent surtout à capturer de nombreuses espèces menacées inscrites sur la liste rouge de l’UICN, telles que la raie pastenague à taches noires et le requin nourrice fauve (vulnérables), la tortue verte (en danger d’extinction), la grande raie guitare et le requin marteau halicorne (en danger critique d’extinction).
Depuis le début de l’établissement des statistiques de captures accessoires en mars 2018, le CSR a ainsi capturé :
  • Près de 130 raies, dont une grande partie vulnérables,
  • Plus de requins marteaux halicornes, notoirement inoffensifs, que de requins bouledogues : 56 marteaux halicornes contre 52 bouledogues.
  • Certes, le CSR se targue de relâcher "vivantes" 83% des prises accessoires, soit une mortalité directe de 17%. Mais ces taux ne préjugent en rien de la survie réelle des prises accessoires, en particulier celles relâchées « fatiguées » ou blessées.
Les requins marteaux halicornes par exemple sont extrêmement sensibles à la capture et ne survivent que très peu de temps, s’ils ne sont pas tout simplement dévorés par d’autres prédateurs. Comme le précise le CSR (synthèse n° 13), « cette espèce est une des plus fragiles parmi les requins car elle se paralyse vite en cas de capture ».

Chez le requin marteau halicorne, le taux de mortalité atteint 27% ; et 36% si on y ajoute les individus relâchés "fatigués".
 

S’agissant des Rapports Trimestriels des Observateurs :
  • Ils n’avaient pas été publiés depuis un an !
  • Le rapport n°14 est dédié au respect du zonage de la Réserve marine.
Suite au constat par le Conseil scientifique de la Réserve des 166 infractions à la réglementation commises par les pêcheurs du CSR, ce dernier a développé une nouvelle fonctionnalité pour l’application utilisée par les pêcheurs.

Cette fonctionnalité permet aux pêcheurs :
  • de visualiser sur une carte, leur position et les délimitations de la Réserve,
  • de valider leur position avant de valider la saisie de l’opération de pêche.
 

Pour le reste, il n’y a rien de plus à en dire : le taux de couverture de la pêche avec observateur embarqué est toujours aussi ridicule : entre 5.3% et 6.6% ! En clair, comme les observateurs sont quasiment toujours absents, les pêcheurs font à peu près ce qu’ils veulent…

En conclusion, dans un contexte économique national pourtant extrêmement tendu, le contribuable continue à financer à coups de millions d’euros un organisme public pour massacrer des requins tigres migrateurs qui ne sont pas impliqués dans les accidents.

A ce sujet la promesse faite par le sous-préfet de Saint-Paul en conférence de presse il y a un an, d’épargner désormais les requins tigres juvéniles (de moins de 2m50), n’a évidemment jamais été suivie d’effet (cf. article du JIR du 17/02/21).
 

S’agissant maintenant des procédures judiciaires en cours ou à venir :
 
  • La plainte au pénal contre "X" relative aux 166 infractions à la réglementation de la Réserve marine commises par les pêcheurs du CSR, est toujours en cours (déposée en août 2021).
[...]  
  • Nous lançons également 3 procédures au tribunal administratif de la Réunion :
  • La 1ère contre le nouvel arrêté préfectoral de pêche aux requins dans les zones de protection renforcée (ZPR 2A) de la Réserve marine : un référé suspension et un recours en annulation, déposés tous deux le 22 février 2022.
Pour le référé suspension, la 2ème audience a eu lieu [vendredi] au tribunal administratif. Décision du juge en début de semaine prochaine.
  • La 2ème procédure contre le refus du CSR de nous laisser avoir accès aux relevés de positionnement des balises des bouées GPS satellitaires qui ont déclenché un message d’alerte de capture, depuis le 29 mars 2018. Ainsi qu’aux photos et vidéos que les pêcheurs missionnés par le CSR ont obligation de prendre à titre de preuve lorsqu’une capture intervient, depuis la même date.
Recours déposé le 5 mars 2022 au tribunal.

A ce sujet, [...] le dernier courrier envoyé à la sous-préfète de Saint-Paul ainsi que les 2 avis de la CADA qui nous sont tous deux favorables. Pourtant le CSR, qui ne cesse de se vanter dans les médias de sa totale transparence, bloque l’envoi de ces informations depuis plus de 6 mois.

Il nous a bien transmis un fichier de positionnement des balises, mais ce fichier a été soigneusement expurgé de toutes les positions illégales : M. Jean-Claude Martigné, président de Vie Océane, vous en fera la démonstration.
Faut-il que ces données soient à ce point gênantes pour le CSR ?!
 
  • La 3ème procédure enfin : contre la destruction administrative systématique des requins tigres et bouledogues telle qu’elle est organisée et financée par l’Etat à la Réunion depuis 2013.
Je travaille encore sur ce recours avec nos avocats. Il s’agira pour nous, d’obtenir l’arrêt définitif des pêcheries de requins à titre préventif ou punitif dans ce cadre institutionnel.
 
Abordons maintenant un point essentiel : l’avis officiel de l’UICN sur la gestion du risque requin outremer, publié le 11 mars 2022.  [...]
 
Leur position est claire et se base essentiellement sur la PREVENTION du risque.
Je cite notamment :
 
« (….) le Comité français de l’UICN encourage : (….)
  • La prise en compte des facteurs environnementaux influençant potentiellement le comportement des requins dans l’encadrement des activités nautiques (turbidité de l’eau, heure de la journée, houle), et la mise en place de systèmes de signalisation donnant une information objective sur le niveau de danger ;
  • La mise en place de moyens de surveillance proactifs et non létaux dans les zones touristiques et sportives ; (…..)
  • L‘application d’une gestion réglementée des déchets de pêche professionnelle ou de plaisance (….) ;
  • La lutte contre la pollution des eaux côtières, (….) et plus généralement la conservation de bassins versants en bon état (….)
  • La mise en place des moyens d’informations pour une meilleure prise en compte du risque par les usagers de la mer (….). »
« A contrario, les mesures ayant des impacts sur l’environnement sont susceptibles d’engendrer en cascade d’autres problématiques écologiques tout en donnant au public une impression de fausse sécurité. (…..) En conséquence, le Comité français de l’UICN exprime son opposition à l’abattage des grands requins, méthode de limitation du risque inefficace, non déontologique et impactante pour la faune marine locale (tortues, raies, grands poissons). Les grands requins sont un maillon essentiel des écosystèmes marins aujourd’hui menacés. En contribuant au maintien de l’équilibre des chaînes alimentaires océaniques, ils garantissent leur résilience et permettent aux communautés locales de bénéficier des ressources qu’elles procurent. L’élimination aveugle et abusive des requins est à proscrire. »

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature est donc formellement opposée aux opérations de destruction systématique des requins tigres et bouledogues pratiquées par l’Etat français à la Réunion.
 
Cette pratique est chez nous d’autant plus inutile et absurde que :
  • Depuis 2013, un arrêté préfectoral systématiquement reconduit interdit la baignade et le surf – la principale activité exposée aux accidents - en dehors des zones protégées. Le dernier en date est l’arrêté n° 2022-256/SP du 10 février 2022.
  • De plus des solutions non létales efficaces de protection existent et ont déjà été mises en œuvre : dispositif Vigie Requin Renforcé et équipements de protection individuels EPI pour le surf ; filets de protection pour la baignade.
  • Le requin tigre, devenu quasiment la seule espèce pêchée, n’est pour ainsi dire jamais impliqué dans les accidents.
  • Le dernier accident avec un requin remonte à 3 ans en arrière : le 9 mai 2019.
Il n’y a donc aucune justification sécuritaire valable à continuer de massacrer des requins à la Réunion !
L’Etat a commencé à détruire les requins tigres et bouledogues en 2013 alors même que le niveau de leurs populations autour de la Réunion n’était pas connu.

Cette pratique s’inscrit en violation des dispositions de l’article L.110-1 du code de l’environnement et en particulier du principe de précaution.

À l’heure actuelle ce niveau de populations n’est pas plus connu, l’Etat ayant arrêté très rapidement de financer le programme CHARC.

Cependant les données scientifiques obtenues depuis 2013 montrent que ces deux espèces sont hautement migratrices partout dans le Monde, en particulier dans la zone Sud-Ouest de l’Océan Indien, et qu’elles sont capables de se déplacer sur des milliers de kilomètres.

Il est donc impossible de parler de populations "sédentaires". Et il est par conséquent hasardeux de prétendre connaître le niveau réel des populations de requins tigres et bouledogues dans les eaux réunionnaises.

Or, à moins de prétendre massacrer tous les requins de l’Océan Indien, leur destruction systématique telle qu’elle est pratiquée à la Réunion n’aura jamais d’efficacité sur le long terme : les requins "prélevés", étant migrateurs, seront toujours remplacés par d’autres.

Sachant qu’aucun préfet ne prendra de son propre chef le risque d’arrêter la pêche et de déclarer l’océan ouvert, au risque de se retrouver au tribunal en cas d’accident, le problème n’est pas près de se résoudre…..
 
En clair, à la Réunion, l’Etat massacre à l’aveugle, au mépris de l’avis des scientifiques et des conséquences écologiques sur les écosystèmes marins.

Inutile de vous dire que nous ne laisserons pas faire !
 
Pour ce qui est des informations scientifiques relatives notamment aux migrations de ces deux espèces, à leur caractère de populations ouvertes dans la zone, et à leur vulnérabilité [...]

Concernant les deux derniers points de cette conférence…..
  • Les données trafiquées transmises par le CSR sur le positionnement des balises,
  • Le dernier appel d’offre émis pour la pêche aux requins jusqu’en 2026,
 
* Les associations : Sea Shepherd France - Longitude 181 - One Voice
Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)
Sauvegarde des Requins - Requins Intégration
Tendua pour la sauvegarde de la biodiversité - Le Taille-Vent
Vivre Activement pour Garder Un Environnement Sain (VAGUES)



Intervention de Jean-Claude Martigné (Vie Océane) :

PROGRAMME REUNIONNAIS DE PECHE DE PREVENTION 2022-2026
 
Cet appel d’offre fait suite au précédent marché 2018-2022 .
 
Vie océane émet les remarques suivantes.

Alotissement


 

Montant du marché  4,7M€ sur 4 ans ,
à titre de comparaison le montant annuel alloué pour le fonctionnement de la RNMR est 1,9M€
 
Particularité des lots

Les lots 1 à 7 représentent les actions de pêche proprement dites

En reprenant à l’envers le bordereau des prix unitaires et le montant, on arrive à une moyenne sur le lot 1 (147 sorties prévues à l’annexe au bordereau de prix unitaires) d’environ 71000€/147 = 483€ par action de pêche

A ces 483€ de moyenne ,
- il faut ajouter les primes :60€pour le déclenchement de balise sans capture à 290€ pour la capture d’un requin ciblé
- ou retrancher des pénalités : 500€ par infraction constatée et -30% en cas de retard supérieur à 90mn

Il n’y a pratiquement plus de limite au nombre d’hameçons sur les PHF qui peuvent mesurer jusqu’à 1 mile nautique (1852m)

Concernant les appâts , toutes les espèces de poisson (gras ou non) sont autorisées pourvu que le poisson fasse plus de 1kg. Or on sait que le panache olfactif d’un poisson gras est beaucoup plus étendu avec un rôle attractif qui en toute logique de protection n’est pas le but visé.
 
Le lot 9 nous interroge

Qui seront les « assistants qualité » à la relâche ? un simple aide embarqué qui n’est plus à la charge du pêcheur ? ou un personne réellement compétente ?

Avec une prévision de 428 forfaits embarquement , cela représente 90000€/428=210€ pour chaque sortie avec un assistant à la qualité de la relâche.
 
Lot 10 Logistique récupération et dissection des captures

Le bordereau de prix unitaires donne une estimation de 64 requins

Cela fait 80000€/64=1250€  par requin tigre ou bouledogue pêché pour le stockage , le transport , la dissection et l’évacuation
 
Par ailleurs , on ne voit pas dans ce marché le moindre contrôle extérieur (embarqué ou à la débarque), comme c’était le cas dans le programme 2018-2022.
 
Enfin et surtout , on peut critiquer le bien-fondé de cette pêche !

Même s’il est possible pour les professionnels de pêcher en zone de protection renforcée (ZPR 2B), ce qui a été fait plus que de raison (cf les cartes jointes vues précédemment), on peut tout de même remarquer que c’est bien une «zone de protection renforcée» au sens de la réglementation de la RNMR, comme en termes de services écosystémiques fournis par ces zones récifales sensibles (cf. prises accessoires).

S’agissant des pêches hors RNMR en baie de Saint Paul et à Saint Pierre, les cartes mettent également en évidence le nombre important de prises accessoires avec des effets négatifs identiques à ceux subis à l’intérieur de la RNMR.

D’autre part, il est important de rappeler que plusieurs études ont montré que :

-Les requins bouledogues, principale espèce ciblée par le CSR, ne représentent que 6% des captures totales.
- Les requins tigres représentent depuis 2018 l’essentiel des captures alors qu’ils n’ont été impliqués que dans très peu d’accident
- Ces requins peuvent effectuer des déplacements importants(> à 50 km/j)
- Les observations par caméras appâtées et les données de pêches montrent l’incohérence scientifique de positionner des engins de pêches dans des zones protégées de la RNMR, au vu des impacts sur des prises accessoires essentielles à l’écosystème récifal que la réserve marine s’efforce de protéger depuis plusieurs années.


* Représentant du Collectif d’associations :
Sea Shepherd France - Longitude 181 - One Voice
Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)
Sauvegarde des Requins - Requins Intégration
Tendua pour la sauvegarde de la biodiversité – Le Taille-Vent
Vivre Activement pour Garder Un Environnement Sain (VAGUES)
 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes