MENU ZINFOS
Faits-divers

​Il la frappe "pour qu’elle arrête de parler" et finit derrière les barreaux


Jugé en comparution immédiate, un tyran domestique a le don de tout ramener à lui, sans faire preuve d’empathie ou de compassion. Il a été condamné à 18 mois de prison pour des violences conjugales commises le 31 décembre dernier.

Par Stéphane Pierrard - Publié le Mardi 4 Janvier 2022 à 11:40

​Il la frappe "pour qu’elle arrête de parler" et finit derrière les barreaux
La défense du prévenu est incommodante et déplacée. Se présentant comme la victime, il parle seul, ne reconnaissant aucune faute. Ce lundi, la présidente insiste et multiplie les questions. Il lâchera un timide : "C'est de ma faute", avant d’embrayer sur lui et revenir sur sa situation. Son avocat, Me Ibrahim Akhoun, essaye de l’interpeller avec des signes de la main traduisant un appel à la retenue.

Sous bracelet électronique après avoir été condamné pour des violences conjugales, Kévin R. a récidivé le 31 décembre. Obligé de rentrer pour 16 heures chez lui à cause de son bracelet électronique, il ne supporte pas que sa conjointe ne rentre que quelques heures plus tard. Durant ses auditions, il déclare qu’il en avait marre d’attendre, qu’il avait fait à manger et que les autres l’avaient oublié.

A son retour, sa conjointe reçoit des gifles pour son retard. A tel point que ses lèvres sont en sang. "Je ne l’ai pas tapée pour être violent. Ça fait plusieurs fois qu’elle fait ça, je lui fais confiance, je la laisse sortir", déclare-t-il. Et de rappeler, une fois encore, que c’est "difficile" pour lui. En faisant la lecture de ses déclarations lors de sa garde à vue, la présidente rappelle qu'il a précisé l'avoir frappée "pour qu'elle arrête de parler et que le coup est parti tout seul". Le prévenu approuve d'un signe affirmatif de la tête en mimant même le coup d'un revers de main. 

"Il n'y a aucune remise en question"
 
Véritable tyran domestique, à l’entendre, il aurait presque droit de vie ou de mort sur sa victime. Il se plaint qu’elle passe trop de temps au téléphone, serait immature, ne participerait pas assez aux tâches ménagères. Pire, dans le passé, elle se serait baignée devant deux hommes en culotte, en son absence. Du coup, il la frappe. 

'Il n’y a aucune remise en question. Qu’est ce qui se passe s’il ressort libre, est-il en capacité de se contrôler et de réfléchir sur ses actes ? On peut en douter", avance pour le parquet Charlène Delmoitie. "Il a un bracelet électronique pour des faits de même nature. Un bracelet pour lui faire prendre conscience. C'est la dernière phase avant l’incarcération. Si le bracelet ne suffit pas, un sursis probatoire ne suffit pas. Pour garantir la sécurité de la victime et des autres, l’incarcération doit prédominer aujourd’hui ". Elle requiert 18 mois d’emprisonnement et le maintien en détention.
 
Son avocat plaide pour une peine mixte. La dernière parole revient toujours au prévenu. A nouveau, il se saisit de cette occasion pour se plaindre et parler de lui. "Il ne faut pas oublier que mi na un marmaille. Qu’est ce qu’il va penser ?". La présidente l’interrompt, lui précisant qu’il a déjà parlé de cela. "Par deux fois, vous avez évité la prison. Le bracelet est là pour vous rappeler que vous aviez une peine au-dessus. Je ne sais pas ce qu’il faut faire", souligne-t-elle.

Le disque sans fin s’enclenche à nouveau."J’ai un travail. J’ai changé. Je ne traine pas dans la rue", insiste Kévin R. "Ça ne marche pas à chaque fois", répond la magistrate, avant de partir en délibération avec ses assesseurs. Effectivement, son discours n’a convaincu personne. Le prévenu est parti, sous escorte policière, à Domenjod pour une durée de 18 mois.




1.Posté par Kozpi le 04/01/2022 13:32

18 mois moins les remises de peine de tranquillité, enfin, il n'aura pas à subir ses longues et fatiguantes palabres pendant quelques mois, que demander de plus

2.Posté par Choupette le 04/01/2022 21:49

Ah, Kévin, Kévin, Kévin ... .
Avec l'accent belge, cela donne Kévène, en insistant bien sur la deuxième syllabe façon nasale.
C'est d'un chic ce prénom attribué à tour de bras à la 3ème génération.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes