MENU ZINFOS
Faits-divers

​Homophobe, violent, alcoolo chronique, il pourrit tout son voisinage


Tribunal correctionnel de Saint-Pierre, 30 octobre 2014.

- Publié le Vendredi 31 Octobre 2014 à 10:25

Clotaire Giron, 50 ans mais en paraissant 15 de plus, du Tampon, est le plus gentil des hommes… quand il est à jeun. Lorsqu’il a picolé, ce qui lui arrive 7 jours sur 7, il devient épouvantable pour son voisinage.

L’alcool le rend non seulement violent, insultant, injurieux pour qui passe à portée de vue, mais il le rend également amnésique. Il a apparemment tout oublié de ce qu’on lui reproche mais sent confusément que ce n’est pas bien car sa propre famille lui en a plus d’une fois fait la remarque.

"Quand mala fine boire, mi comprends pu rien". "Alors… arrêtez de boire !", tonne le procureur Saunier. "Mi gaingn pas !"

Ce jeudi, il se retrouvait à la barre pour avoir jeté son dévolu sur un de ses voisins dont la demeure, pourtant, ne jouxte pas du tout la sienne. Mais pas de triage dans son café, ça qui passe i ramasse ! Il faut dire qu’en raison de son irascibilité et de la violence qu’il affiche, couteau au poing, plusieurs de ses voisins ont déménagé.

Son accusateur d’hier n’est autre qu’un jeune intellectuel effectuant de brillantes études de Lettres à la fac du Tampon. Clotaire a eu vite fait de le prendre dans son collimateur. Insultes, injures, menaces, "toutes sortes de noms d’oiseaux", précise la présidente Peinaud.

Armé d’un gourdin, d’un couteau, d’une barre de fer, n’importe quoi tombant dans son champ de vision rétréci, il menace de "totocher" l’étudiant, allant jusqu’à le traiter de "sale pédé". D’où une accusation complémentaire, tenue de propos homophobes.

Son accusateur est venu expliquer qu’il s’était imposé de longs détours pour ne passer à portée de vindicte du redoutable vieux crétin. Rien n’y fait. Il a tenté une conciliation, une tentative d’explication, en pure perte.

"Il est tellement cuit qu’il en a perdu la mémoire", constate le procureur avant de réclamer "un sévère coup de semonce".

Le colérique s’en sort plutôt bien : 2 mois avec sursis, obligation de soins, 300 euros d’amende et 500 euros à sa victime.

Cela y changera-t-il quelque chose ? Clotaire n’est qu’un des minables exemples de ces centaines de pochards qui pourrissent leur entourage à longueur de journée : les plaintes à la radio ne manquent pas pour en témoigner. Malheureusement, cela se termine souvent par plus grave que des insultes.




1.Posté par gros kafrine le 31/10/2014 13:06

Que fait donc sa famille pour venir en aide a cette alcoolique ,a eux de l, aider , de l emener en cure , de lui trouver un boulot ou formation et de demander au bar de ne plus lui servir d, alcool

2.Posté par bien le 31/10/2014 23:15

faut l'interner !

3.Posté par Faut que ça charrette....! le 01/11/2014 07:30

J'aime bien la périphrase euphémistique d'introduction: il est très gentil à jeun mais abruti violent quand il boit, soit 7 jours sur 7, c'est à dire tout le temps ! Excellent.

Concernant la peine: ("2 mois avec sursis, obligation de soins, 300 euros d’amende et 500 euros à sa victime"), cela va-t-il le faire réellement changer ?

L'obligation de soins? J'ai comme un doute (type séjour de quelques jours en centre de désintoxication, et à la sortie, rebelote ?).

Ne parons pas des sommes à payer.S'il ne paie pas, l'étudiant il va faire quoi, au risque de reprendre une nouvelle bordée d'injures, menaces voire pire ....?

Bravo en tous cas à cet étudiant d'avoir osé porter plainte et non déménager.... Il a du courage.

4.Posté par KLD le 01/11/2014 13:02

Triste histoire , et on en croise pas mal , pourtant .

5.Posté par Tanbi le 01/11/2014 15:11

Une société qui profite de cette drogue qu'est l'alcool ne peut faire après la morale aux alcooliques...

6.Posté par C''''est vrai le 01/11/2014 15:39

Post 5, vous avez raison.

Ya qu'à voir toutes ces publicités pour l'alcool, style : "La Réunion, une île, un rhum". Avec un gramoune sur charrette boeuf, au milieu d'un champ de cannes.
Sauf qu'avant, ces gramounes travaillaient dur à la canne, et le rhum était un remontant. Aujourd'hui on boit surtout pour "mettre l'effet". Avec les conséquences qu'on connaît.

L'ivresse manifeste sur la voie publique constitue un délit. Mais la police laisse faire, et c'est une excellente image de l'île qu'on donne aux touristes. Ces touristes qui, quand ils rentrent chez eux, disent à leurs proches que la Réunion est une belle île, mais grouillante d'ivrognes.
C'est bon pour la réputation, pas vrai ?

Et les patrons de bar qui servent des gens qui ont déjà largement leur compte. Eh oui, il faut bien faire de la monnaie, avec toutes les taxes de l'Etat ...
Et après, arrive ce qui doit arriver.

Et les juges, qui représentent l'Etat, qui donnent des leçons de morale. Ils devraient plutôt se rassembler et faire pression pour que les lois soient appliquées avec plus de rigueur concernant l'ivresse sur la voie publique.
Que les gens mettent n'importe quel effet, c'est leur problème, mais qu'ils le fassent chez eux, dignement, sans que les voisins ou même leur famille n'en supporte les frais.

Félicitations à l'étudiant pour son courage, en espérant que ça ne se retournera pas contre lui.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes