MENU ZINFOS
Culture

​Dans les cordes du firmament


Hommage à deux Alain, Awa Desiles et Nivet.

Par - Publié le Lundi 12 Septembre 2022 à 22:47

"Alain Awa, sans jamais le dire, avait su développer une immense sérénité"
"Alain Awa, sans jamais le dire, avait su développer une immense sérénité"
« J’arrive à l’âge où la vie cesse de nous faire des cadeaux pour reprendre ceux qu’elle nous a donnés ».

La citation n’est pas de moi mais colle fortement à mes esprits ; elle est extraite du volet « Crâne de cristal » d’Indiana Jones. Des platitudes aussi affligeantes, on s’en passerait volontiers ; surtout sachant que l’incontournabilité de la chose ne se discute pas.

La place laissée en nos coeurs et nos âmes par ceux qui s’en vont est impossible à combler. Certains êtres prennent une telle place en vous qu’à leur départ, vous vous retrouvez l’air con, les bras ballants, la lippe stupide : « Pourquoi eux ? »

Les croyants répondront qu’on ne discute pas la volontiers de Dieu. Je veux bien, moi, que ce Dieu en lequel je ne crois plus (pardon Guillaume Alexandre !) décide de tout et de son contraire. Je pense plus simplement que le cycle de la vie est immuable.

Le premier Alain, Nivet, nous a quittés voici quelque deux mois. Sacré (!) mauvais tour qu’il nous a joué là, le bonhomme, lui qui pétait apparemment de santé, qui n’avait rien perdu de sa verve légendaire, de son ironie, de sa faculté de dire sans fards, « m… » à tous ceux qui le gênaient aux entournures.

Avait-il des soucis de santé ? Oui, peut-être, mais il n’en a rien dit parce qu’il n’embêtait jamais personne avec ses problèmes.

Alain Nivet était plutôt du genre à endosser les ennuis des autres car sa nature généreuse le poussait à aider. Son attitude envers sa soeur Marie-Christine en est un exemple parfait. La speakerine vedette de la télévision fut, sans avertissement, plongée dans les affres d’une maladie dégénérative. Mais ne voulait pas quitter son emploi. Alain l’y aida, allant la chercher chaque matin, la conduisant à son travail, lui apportant à manger, la reconduisant chez elle le soir. C’était plus que du dévouement fraternel ; j’appelle ça de l’humanisme pur et simple.

Cet homme à l’ironie dévastatrice (ce pourquoi nous nous aimions beaucoup) savait garder intactes ses opinions originelles. Sans jamais se fâcher avec ses amis n’endossant pas ses idées.

Ainsi, ce Pied-Noir définitif et indécrottable ne pouvait pas encaisser un certain Général dont j’ai toujours été un farouche partisan. Il n’y avait pas là de quoi se faire la gueule. Dernièrement, il n’a pas caché son penchant pour un certain Zemmour ; quand moi j’étais contre son Zemmour, contre le Macro(n), contre la Peine-à-Jouir et contre beaucoup d’autres.

Nous en rigolions plus souvent qu’à notre tour.

Je conserve de lui l’image d’un homme franc, jovial, très cultivé, attaché à la Nature et à ses convictions, sans cesse la main tendue… avec son coeur dedans.

Ben oui il me manque.

Comme me manque déjà Alain Awa Desiles, un de ces guitaristes si virtuoses, si inventif, qu’il m’en fichait des complexes.

Une chose essentielle me reste à l’âme le concernant : il n’a pas été gâté dans son boulot et a été si abusé, si surchargé de travail par ses patrons (très grosse société de distribution locale) qu’il en est venu à développer puis expulser un burn-out sévère. De ceux qui laisseraient n’importe qui sur le carreau. Mais pas lui !

Car Alain Awa, sans jamais le dire, avait su développer une immense sérénité ; une sérénité qu’on lisait à livre ouvert dans ses yeux, son sourire, et surtout, sa façon généreuse d’aborder le monde et ses semblables.

Secondé par une admirable compagne, la douce mais volontaire Ohanna, lectrice compulsive et cordon-bleu (la meilleure paella du monde, parole de gourmet !), Alain avait développé une façon généreuse de considérer ses semblables : je ne l’ai jamais entendu manifester le moindre soupçon d’humeur à l’égard de qui que ce fût.

Nous nous sommes souvent retrouvés, chez lui, chez Jipsan (un champion de guitare flamenco, virtuose à faire pâlir Manolo), chez Harry Pitou, le plus rapide de tous les six-cordes locaux, à gratter nos instruments une nuit entière en ingurgitant moult breuvages plus ou moins indéfinis. Je n’étais qu’un « gratteux » amateur, et encore… Harry était un incontesté champion. Et Alain, bluesman et jazzman incontestable, largement supérieur à n’importe lequel de nous, prenait un plaisir non dissimulé à jouer avec nous ; mais en se mettant toujours « en retrait », ne cherchant jamais la vedette.

C’est ça, les grands virtuoses !

C’est grâce à Alain que nous, apprentis gratteux, en adoration devant Charlie Christian, Los Indios, Scotty Moore, Hank Marvin, Chuck Berry, Buddy Holly, Éric Clapton, George Harrison, Django, Blind Lemmon Jefferson, Dadi, Atkins, etc. avons découvert « SRV », Stevie Ray Vaughan. Ah ! « Parisian walk ways »… Aaaaaa !!!!!

Le monde du blues (son style préféré, de loin), le monde du jazz, perdent l’un de leurs plus grands virtuoses. Nous, nous perdons un frère, un ami, un complice.

Je gage que s’il y a un ailleurs, ils vont en faire un sacré boeuf créole, là-haut, avec Alain, Vally, Luc, Claude, Renaud, Legras, Maingard…

Salut « les Alain ». On se retrouvera sans doute autour d’une paella, à écouter Charlie Christian en sirotant un mascara à 14°… sans modération.

Ne vous étonnez pas d’apprendre que je vous en veux : vous me laissez le coeur en capilotade. Mais je vous aime quand même et ça ne cessera jamais.

Salut les artistes !


Jules Bénard
Le plus ancien de l’équipe ; la mémoire de Zinfos. Jules Bénard, globe-trotter et touche-à-tout... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Loozap le 13/09/2022 06:00

Le vide est énorme mais on va toujours écouter pour ne jamais oublier

2.Posté par Lulu le 13/09/2022 07:24

bel hommage Monsieur Bénard, clair aussi que le courrier des lecteurs de zinfos sans les billets de Nivet, manque sérieusement "d'animation"! le nombre importants de post montrait qu'il ne laissait pas indifférents les lecteurs!
de la haut il doit bien rigoler du dernier tour joué à ses détracteurs, je crois que là il sera irremplaçable bien que certains essaient désespérément de prendre le relais...... !

3.Posté par Abracadabrantesque le 13/09/2022 08:08

Nivet faisait parti de l'ASAF ( Association Soutien à l'Armée Française ).
Et il était anti Gaulliste ???

Allez m'expliquer comment il avait pu rejoindre une telle association qui, de part son délégué à La Réunion, un autre général 2S prônait la désobéissance nationale des militaires en accord avec le général Piquemal signataire du courrier du "Délitement de la France et ce, au président de la République et radié de la deuxième section pour manquement à son devoir de réserve pour avoir manifesté en 2016 ???

ne cherchez pas, l'ASAF est d'extrême droite et Zemmourienne appuyée par l'extrême droite bien à droite de la droite.

4.Posté par Tom le 13/09/2022 09:12

Magnifique texte riche en émotion. Merci!

5.Posté par loic974 le 13/09/2022 13:21

parisienne walk wa c'est Gary Moore🙏😉

6.Posté par Saucratès le 14/09/2022 09:30

Magnifique hommage M. Benard à ces deux beaux personnages. C’est un monument que vous leur avez construit ! Je comprends un peu mieux le traitement un peu privilégié dont Alain Nivet semblait bénéficier de la part de Zinfos s’il y comptait un ami tel que vous ! Encore merci pour ce bel hommage ! Saucratès

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes