MENU ZINFOS
Faits-divers

​Assises : "On le réveille et on le tue !"


Ce jeudi a débuté le procès du meurtre de Barnabé Dalleau décédé de plus de quarante coups de couteau dans la nuit du 13 au 14 septembre 2019. C’est sa voisine, Stéphanie B., qui est dans le box des accusés.

Par Regis Labrousse - Publié le Jeudi 17 Mars 2022 à 20:43

Le procès a débuté ce jeudi matin à la cour d’Assises de Saint-Denis par des auditions de témoins mais également d’experts. Le médecin légiste a débuté en expliquant que l’autopsie avait révélé très exactement 49 coups de couteau, quasiment tous situés sur la partie gauche du corps, entre l’épaule et la la hanche. Une enquêtrice de personnalité a ensuite pris la parole pour parler de la victime.

Barnabé Dalleau a vécu une enfance heureuse, il aimait la musique et la danse. Il avait la joie de vivre. Elle explique aussi qu’il avait des problèmes avec l’alcool. Il avait été relevé un taux de 4 g/l d’alcool lors de l’examen du corps du défunt. 

À la barre ensuite, la sœur de la victime prend la parole. La voix tremblante elle explique : "il n’embêtait personne et on vient chez lui, on le réveille et on le tue ! Ce n’est pas possible quoi. Il avait un sourire qui apportait la joie de vivre". Le pompier qui est intervenu ce soir-là explique à la cour qu’il a trouvé l’accusée en arrivant sur les lieux qui criait « Sauvez Babé ! Sauvez Babé ! ». Elle était assise près du corps. "Elle était gommée de sang", ajoute le secouriste. 

Une ecchymose a particulièrement alerté le médecin légiste

L’accusée est ensuite interrogée. Elle confirme qu’elle ne se souvient de rien. "Si je pouvais remonter le temps, je ne serais jamais allée à Sainte-Suzanne ce jour là", confirme-t-elle en réponse à une question de la partie civile. Elle confirme également qu’elle a échangé, à une reprise alors qu’elle avait beaucoup bu selon elle, un baiser avec la victime, "comme un flirt", précise t-elle. Pour autant, elle est formelle : "je n’ai jamais eu de rapports sexuels avec Barnabé Dalleau. J’ai du caractère mais je n’ai jamais été violente", affirme l’accusée à la cour. 

Le médecin légiste revient ensuite à la barre en fin d’après midi pour présenter à la cour le rapport d’expertise médicale concernant l’examen de l’accusée. Elle avait refusé un examen gynécologique dans un premier temps avant d’accepter. Il indique qu’il a relevé des ecchymoses sur la patiente. Une d’entre elles a particulièrement alerté le médecin légiste : une ecchymose de 17 cm de long pour 10 cm de large sur l’intérieur de la cuisse gauche. Elle en a de moins importantes sur la cuisse droite. Selon lui, dans la plupart des cas, il s’agit de traces d’agressions sexuelles. Il parle de contact prolongé et appuyé. 

Le procès se poursuivra ce vendredi par l’audition de témoins avant de laisser place aux plaidoiries de la partie civile et aux réquisitions de l’avocate générale. La fin des débats sera prononcé par le président après les plaidoiries des deux avocats de Stéphanie B.

Le délibéré devrait être rendu en fin de journée. L’accusée encourt une peine de 30 ans de réclusion criminelle.




1.Posté par MôvéLang le 17/03/2022 22:18

Comme elle a eu un baiser de flirt, qu'elle a du caractère, qu'elle n'est pas violente et que c'est une femme,, je crois que le tribunal peut la relaxer

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes