MENU ZINFOS
Faits-divers

​Affaire du photographe "pervers": Les lanceuses d’alerte jugées pour harcèlement?


Deux influenceuses sont accusées de harcèlement au travers de publications insultantes envers un photographe réunionnais. Il leur reproche les termes "pervers" ou encore "pédophile". Pour sa part, le photographe devrait être jugé pour abus de confiance et attouchements.

Par - Publié le Jeudi 12 Novembre 2020 à 18:12 | Lu 3348 fois

L’affaire date de ce début d’année. Un photographe, sa compagne et plusieurs mannequins se trouvent aujourd’hui pris dans un tourbillon judiciaire. Ce jeudi, c’était devant la cour d’appel qu’ils se trouvaient.
 
Les premiers faits datent de mars. Deux jeunes influenceuses / mannequins contactent Zinfos974 pour dénoncer les agissements d’un photographe. Il aurait proposé à l'une d'entre elles de faire des photos pour des grandes marques. À la fin de la séance, il lui aurait demandé de poser seins nus afin de pouvoir faire une retouche de la peau au niveau du visage – une technique habituelle, selon lui.

"Il insisté, donc j’ai cédé", affirme-t-elle. Elle s’est sentie malgré tout "bête" pendant plusieurs mois suivants les faits. Jusqu’au jour où son amie, autre mannequin, affirme avoir été contacté par le même photographe prétextant travailler. Cette deuxième influenceuse décide de contacter les marques pour qui il dit travailler et qui lui informent qu’ils ne connaissent cet homme ni d’Adam ni d’Eve. D’autres filles se seraient également manifestées, dont une mineure non seulement au sujet de photos nues mais aussi d’attouchements. Furieuse, elle se serait lâchée sur les réseaux sociaux : "gros porc", "pervers", "manipulateur", "pédophile". Et pour sa compagne : "arnaqueuse", "mytho", "en profiteuse". 
 
Des propos qui circulent vite et font très mal lorsqu’on a plus de 22.000 abonnés sur Instagram. L’effet sur la vie personnelle et professionnelle du couple est immédiat. Ils portent donc plainte pour harcèlement au moyen d’un support numérique. 
 
Le procès devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis s’était tenu en juin dernier. Mais une erreur de procédure avait entraîné sa nullité et le procès avait été annulé. Le couple avait donc fait appel, estimant que les erreurs ne justifiaient pas l’annulation. Ce jeudi, les deux influenceuses se trouvaient donc devant la cour d’Appel et au lieu de statuer seulement sur cette question de procédure, les magistrats ont décidé d’aborder le fond de l’histoire également. 
 
"J’étais en colère et dégoutée"
 
La première assure n’avoir jamais rien publié d’injurieux au sujet du couple. La deuxième avoue certains faits. "J’étais en colère et dégoutée, explique-t-elle, avant d’avouer qu’ils lui avaient aussi fait une remarque qui ne lui avait pas plu". En tout, il s’agirait d’une quarantaine de publications. "Vous êtes procureure ? Vous vouliez mener votre propre enquête ?", lui reproche la présidente de la cour avant que la jeune femme ne fonde en larmes. 
 
L’avocat du couple, Me Sulliman Omarjee, rappelle "la torture morale" et le "calvaire" qu’ont vécu ses clients cette dernière année. "Et professionnellement, pour tout le monde il y a un doute instillé maintenant". 
 
Un procès pour abus de confiance et attouchements sexuels prévu
 
Mais l’avocat de la défense, Me Jean-Jacques Morel a rappelé les faits reprochés au couple. "On ne va pas leur donner une médaille non plus". En effet, les victimes supposées ont depuis porté plainte contre le photographe pour abus de confiance et attouchements sexuels. Un procès qui devrait se tenir devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis prochainement.
 
Des publications sur Instagram "qui ne sont pas d’appel à la violence" et qui s’inscrivent dans une contexte de multiplication de signalements d’abus de victimes concernant le photographe. "C’est quoi? C’est du #metoo, tout simplement". 
 
Les prévenues seront fixées sur leur sort le 28 janvier prochain – que le procès soit annulé pour erreur de procédure, ou alors qu’elles soient condamnées ou relaxées. Quoi qu’il arrive, la décision du tribunal correctionnel au sujet de l’abus de confiance et des attouchements sera très attendu par celles qui les ont dénoncé.


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Toujours les mêmes.... le 13/11/2020 11:02

Le gars se fait passer pour un photographe de renom, qui fait des shootings à l'international pour de grandes marques (Etam, Calvin Klein....). Déjà, faut vraiment être crédule pour tomber dans son piège. Mais il se fait aujourd'hui passer pour une victime.... A un moment faut arreter!
Et sa copine, qui a plus de 23 000 personnes qui la suivent sur Instagram... Elle défend soit disant la cause des femmes, mais elle le soutient, clairement...
Bref, la vie d'instagram.... l'appat du gain...

2.Posté par Spring le 13/11/2020 11:12

Il a insisté, j'ai cédé !, voilà tout est dit ... pourquoi cela ne nous arrive jamais nous ! Je ne suis pas allé chez un photographe me faire faire des photos et il ne m'a pas demandé de mettre torse nu. Fichtre ! Ce monde est fou. J'espère qu'elles ne seraient pas allées si le RDV était à l'hôtel, mais bon les petits pois dans la tête restent durs ! ce n'est pas faute de dénoncer depuis metoo tout ce dont les hommes sont capables ..

3.Posté par j-yves le 13/11/2020 21:49

Ahhhh.. l'appat du gain... C'est dingue qu'on puisse encore voir des pimbêches prêtes a avaler n'importe quoi et faire n'importe quoi.. juste pour devenir célèbre... CK ne travaille pas avec des inconnus mais avec des grands photographes et des grands cabinets.. Pas avec un photographe péi...

4.Posté par Nono le 14/11/2020 09:13

Très influençables, ces influenceuses....

5.Posté par cynical le 14/11/2020 19:53

et bien et bien... si j'avais été photographe, j'enregistrerais TOUTES mes séances (par dictaphone ou carrément par vidéo) pour éviter ce genre de drama. Tout par écrit (e-mail ou autre), et rien à l'oral si c'est pas enregistré quelque part.

Cela dit, si ce que ces femmes reprochent à ce photographe est vrai, ce gars mérite effectivement la prison. Mais comment prouver cela? C'est leur parole contre celle du gars... compliqué.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes