MENU ZINFOS
National

​Affaire Jacquie et Michel : Osez le féminisme réclame la fermeture du site et de la chaîne


Dans un communiqué l’association féministe demande la clôture du site et de la chaine TV Jacquie et Michel après la mise en examen de Michel Prion pour complicité de viol et traite d’être humain en bande organisée.

Par NP - Publié le Samedi 18 Juin 2022 à 14:40

Communiqué de l’association Osez le Féminisme !

Nous apprenons ce jour la mise en examen de Michel Piron, propriétaire du site Jacquie et Michel pour complicité de traite d’être humain en bande organisée et viol, et son placement sous contrôle judiciaire. Trois autres hommes – un ancien “acteur” et deux anciens réalisateurs – ont également été mis en examen pour viols, complicité de viol, proxénétisme en bande organisée et traite d’être humain en bande organisée. L’un d’eux, placé en détention provisoire, est aussi poursuivi pour complicité de viol avec acte de torture et de barbarie. Face à la gravité des charges retenues, nous demandons la mise en détention provisoire de Michel Piron, commanditaire du système organisé de proxénétisme, et nous exigeons la fermeture du site Jacquie et Michel et de la chaine TV du groupe hébergée par Canal +.
 
L’enquête démarrée suite au signalement d’Osez le Féminisme, les Effrontées, et le Mouvement du Nid en 2020 et les gardes à vue annoncées il y a quelques jours ont permis à la justice de retenir ces charges d’une extrême gravité à l’encontre de Michel Piron, le propriétaire de ARES qui détient la marque Jacquie et Michel et de plusieurs hommes gravitant autour. Nous assistons à la chute d’un puissant système d’impunité, la société ne detournera plus les yeux sur ce qu’est la pornographie : des pénétrations sexuelles obtenues sous contrainte, des violences sexuelles et des actes de torture infligés, des manipulations commises contre des femmes rabattues et piégées, des diffusions incontrôlées des vidéos de viols.

Il est grand temps que cesse cette zone de non-droit qu’est l’industrie pornocriminelle. Nous réclamons la Justice.
 
Face à la gravité des charges retenues, nous sommes choquées d’apprendre la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Michel Piron. Nous devons protéger les victimes qui parlent. Il est absolument nécessaire que l’enquête ne soit pas entravée, qu’elle se déroule sereinement et que d’autres femmes puissent aussi parler en sécurité. Le Juge des Libertés n’a pas pris la mesure du dossier. Le parquet doit faire appel. Nous exigeons la mise en détention provisoire de Michel Piron. 
 
Enfin, si les victimes parlent avec un courage inouï (et elles sont des dizaines et des dizaines que nous accompagnons !), il est insupportable pour elles de voir les vidéos des viols qu’elles ont subis encore en ligne. Des vidéos pornographiques sont examinées aujourd’hui par la justice pour ce qu’elles sont  : des scènes de crimes. Mais quelle est donc cette société dans laquelle on laisse les gens se masturber sur des viols filmés ? Nous exigeons la fermeture immédiate des sites et chaines TV de la société ARES, dont les sites de Jacquie et Michel et la chaîne hébergée par Canal +. L’ARCOM doit agir. Le gouvernement doit réagir.




1.Posté par ANONYME974 le 18/06/2022 16:09

A Duparc Sainte-Marie il y a aussi un magasin il faut fermer aussi

2.Posté par Wai le 18/06/2022 17:13

Comme toutes choses extrémiste...il' n'existe pas de presemption d'innocence

3.Posté par A moin lé à poil sur un capo loto le 18/06/2022 17:42

Osez le féminisme, une belle boutique qui envie ce business, essaie de d'éliminer un concurrent.

4.Posté par Alain le 18/06/2022 19:07

j'ai cru comprendre qu'il y avait des inculpations, donc la justice est passée

demander la fermeture du site serait vouloir se soustraire a la justice

d'autre part ce genre de site doit satisfaire une certaine demande

ne nous voilons pas la face

5.Posté par Lucide le 18/06/2022 19:20

Il me semble que les filles (contrairement aux hommes) sont très bien payées juste pour une scène. Elles signent un contrat, de là à prouver le viol, bon courage.

A mon avis, les sommes d'argent en jeu ont donné des ailes a certains.

Quant à cette association, même si elle obtient gain de cause rien n'empêchera la création d'un autre site. Une histoire sans fin.

6.Posté par PMASS le 18/06/2022 19:51

Plaisir du ventre et du bas ventre. Si on prive le peuple de cul comment va-t-il assouvir ses besoins ?
Après personne n'est obligé de regarder ? N'est ce pas ?

7.Posté par Fundisantim le 18/06/2022 19:53

Autant le féminisme peut produire son lot d'extrémistes décérébrés, Autant le business de la pornographie a évolué vers une forme de mafia nauséabonde et déshumanisée.
Et cette évolution n'a pas commencé hier.
https://www.linternaute.fr/cinema/biographie/1774920-linda-lovelace-biographie-courte-dates-citations/

8.Posté par Papapio, "Pére Amor" le 18/06/2022 19:56

Si toit cela est vrai (s.il y a dejà des mises en examens, il doit y avoir des preuves accumulées), on ne peut que vous donner raison et déplorer, avec vous, l.ignominie de la situation...

Chacun, chacune est libre de ses actes entre adultes consentants, tant que ça ne fait de mal a personne et que personne n.est abusé(é).
Merci pour votre courage

9.Posté par Horace le 19/06/2022 06:14

N'est-ce pas déjà pervers de simuler un viol dans un film? Quelle image ont des gamins et des ados de la sexualité et de la femme lorsqu'ils voient de tels films?
Dans certains pays, des films pornos avec des scènes de viol sont interdits. Pourquoi pas en France?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes