MENU ZINFOS
Faits-divers

​ SDIS : Un pompier jugé pour non-assistance à personne en danger


Un pompier était jugé pour non-assistance à personne en danger ce jeudi devant la cour d'appel. Il aurait refusé une intervention, ce qui a potentiellement coûté une vie. Mais sa culpabilité ne s'avère finalement pas si évidente.

Par - Publié le Vendredi 27 Novembre 2020 à 14:44 | Lu 10838 fois

"Une poursuite très rare", a affirmé l’avocat général aux magistrats de la cour d’appel ce jeudi, "c’est quelque chose que l’on reproche aux citoyens qui ne se sont pas suffisamment comportés comme des pompiers, justement". Devant la cour d’appel était jugé un pompier du SDIS pour non-assistance à personne en danger. Il aurait refusé une intervention parce qu’il avait faim. Simplement dit, cela paraît choquant, mais l’affaire n’est pas si simple. Et la responsabilité du SDIS pourrait être engagée. 

Manger pour pouvoir sauver
 
Les faits datent du 31 juillet 2018, au Tampon. Un homme de 32 ans est retrouvé pendu, inconscient mais toujours en vie, par sa famille. Les pompiers sont appelés à 20h10 mais le chef d’agrès refuse de s'y rendre: il n’a pas mangé son repas. Une autre équipe doit donc être dépêchée sur place. La victime est prise en charge avec 15 minutes de retard et décèdera deux semaines plus tard. Un comportement inadmissible, à première vue. Il a d’ailleurs été condamné à 1500 euros d’amende avec sursis en première instance. 
 
Mais devant la cour d’appel, le pompier s’explique à nouveau. "La journée avait été particulièrement chargée. Nous avons souvent des journées de travail de 24 heures. Je suis diabétique et je sentais que ça n’allait plus et qu’il fallait que je mange. J’ai donc prévenu mon chef en début de soirée que s’il y avait une autre intervention, je ne pourrai pas y aller. Il fallait que je me restaure. Mais il a refusé et insistait pour que j’emmène une banane". Le pompier descend au rez-de-chaussée avant d’aller manger et voit une femme et son fils approcher. Inquiète pour son enfant, elle demande l’aide du pompier. Se trouvant seul, il les prend alors en charge et réalise un bilan de la santé de l’enfant. Un bilan transmis au Samu. Voilà la raison, selon lui, de son retard au moment du repas et son inaptitude à intervenir sur la tentative de suicide. 
 
Mais selon le SDIS, il y aurait eu battement de 30 minutes avant l’arrivée de l’enfant durant lequel il aurait pu se restaurer. 
 
Un dysfonctionnement au sein du SDIS ? 
 
L’affaire se complique lorsque sont évoquées les relations tendues entre ce pompier et un autre. C’est ce dernier qui a dû intervenir sur la tentative de suicide à la place de son collègue. Selon lui, le prévenu "rechigne à faire les corvées, ne répond pas aux ordres, est agressif et mange toujours seul dans son coin". Le pompier répond que les différends avec d’autres pompiers l’avait poussé à se mettre à l’écart. 
 
L’avocate de la défense, Me Isabelle Lauret, soutient un dysfonctionnement au sein du SDIS 974 "qu’ils mettent sur le dos de mon client", comme une "diabolisation". Car si c’est bien le SDIS qui a porté plainte contre le pompier, aucune sanction disciplinaire n’a été imposée ; le conseil de discipline n’ayant pas reconnu la faute du pompier. Le même conseil qui a ensuite retenu le "partage de responsabilité" entre le SDIS et le pompier. Le tribunal administratif avait fini par trancher et mettre hors de cause l’employé. "Le SDIS a un intérêt dans cette histoire car il refuse toute responsabilité", ajoute la Défense.
 
L’avocat général a quant à lui émis l’hypothèse que si l’appelant savait qu’il était diabétique, il a intégré les pompiers en connaissance de cause. Il évoque aussi un court moment de 9 minutes suite au bilan réalisé sur l’enfant où il aurait pu se restaurer. Il s’agirait donc plutôt d’une "immaturité" de sa part que de faire envoyer son collègue en intervention à sa place. Il a donc requis trois mois de prison avec sursis et une amende de 3000 euros. La décision de la cour d’appel sera rendue le 28 janvier. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par eh oui! le 27/11/2020 16:12

le SDIS et ses dysfonctionnements , ses rivalités , ses incompétences , encore et toujours!
Il serait temps de revoir le mode de recrutement de tout ce monde car les brebis galeuses ( je ne parle pas de ce cas précis) jette le discrédit sur l'ensemble de la profession!

2.Posté par Ouais ... le 27/11/2020 16:59

Ça aurait été marrant, si il n'y avait pas eu de mort. Le secours au personne ne souffre pas d approximations, un diabétiques doit toujours avoir du sucre sur lui, ça vie en dépend barre cereal, sucre en sachet boisson sucre, au vue de sa pathologie et au caractère sacré du repas à t il encore ça place sur le terrain ? Il doit faire un choix, pas besoin de la justice pour ça, en outre ça carrière ne se résume pas a ce coup manque.

3.Posté par Mwin la pa di le 27/11/2020 18:11

quand lé couillon lé couillon mem !!

4.Posté par Phiphi974 le 27/11/2020 18:28

De belles brochettes d'incompétents

5.Posté par Guétali le 27/11/2020 19:38

L’avocat général a quant à lui émis l’hypothèse que si l’appelant savait qu’il était diabétique, il a intégré les pompiers en connaissance de cause. Il évoque aussi un court moment de 9 minutes suite au bilan réalisé sur l’enfant où il aurait pu se restaurer. Il s’agirait donc plutôt d’une "immaturité" de sa part que de faire envoyer son collègue en intervention à sa place.
....................................

Et quand la Justice perd un dossier ou autre chose au détriment du justiciable c'est de la "maturité judiciaire" ?

6.Posté par Guétali le 27/11/2020 19:39

L’avocat général a quant à lui émis l’hypothèse que si l’appelant savait qu’il était diabétique, il a intégré les pompiers en connaissance de cause.
............................

Ben fallait pas l'embaucher .......

Hypothèse, hypothèse, la justice juge sur preuve.....normalement

7.Posté par BinBin le 28/11/2020 05:54

Le bouché manźé plus important

8.Posté par ben oui le 28/11/2020 03:20

Incroyable mentalité de branleur et d’irresponsable. Et c’est pompier! A virer direct, il y a eu 1 mort, pas suffisant?

9.Posté par Coco vide le 28/11/2020 07:14

RIP j'espére que chaque perspnne concernée sera en phase avec ce qui serve a zot de conscience. On ne fait pas un métier pour de l'argent, mais par passion, ce qui permet d'avoir, des enseignants heureux de transmettre, des pompiers prompts à sauver, des juges fiers de rendrent la justice des journalistes libres etc,,,,,,

10.Posté par Phiphi974 le 28/11/2020 10:58

Quand je pense que l'on ne veut pas recruter mon beau fils professionnel en métropole parce qu'il est zorey et qu'il est privé de sa famille , vous êtes une honte pour la société le SDIS 974 et son président !

11.Posté par la vérité le 28/11/2020 19:37

idem pour bous post 10, notre gendre est pourtant né à la Réunion avec ses parents qui y résident et il patiente depuis 6 ans, titulaire de plusieurs brevets spécifiques, pour avoir un poste sur son ile.Les dirigeants de cette usine à gaz (puant) SDIS 974 sont vraiment des bras cassés..pour pas dire autrement...

12.Posté par chistophe le 29/11/2020 08:54

Et , la , lé dane zournal
Ben ''gran sifflette " toute konerie li fé , sa y met pas
Té la fé ouiiiii Zot y coné konbien loto li la crasé ( la presse lété o courent ) la zamé mettt ???
Li sava en retraite en 2021 avec lo plus gros galon y existe dane pompier
Et , li veu pa aller en plis Et la , pou 1 plat manzer , lo mec nana 1 patolozie , y langette a li ?????
La lé pa ziste té
Mr Tillier : Ou sa ou lé quant "gran siflette " y sorte Kazino ????

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes