Blog de Pierrot

Zinfos Plus : Les AGS condamnés dans le dossier de l'ARAST

Samedi 10 Juillet 2010 - 18:17

La condamnation des AGS à payer leurs indemnités à certains ex-salariés protégés de l'ARAST permet à Pierrot Dupuy et à Jismy Ramoudou de relancer le débat sur les responsabilités de chacun dans ce dossier dramatique pour des centaines de salariés et pour des milliers de bénéficiaires.

Melanie Roddier
Lu 797 fois



1.Posté par pseudo jetable le 10/07/2010 20:29

Il fallait juste payer les prestations et interventions au juste prix en fonction de la qualité et de la qualification des personnels. Une « nénéne » coute moins cher qu’une AVS. Et surtout prendre en compte l’application d’une convention collective de 1983 appliquée en 2006 sous les cocotiers. Trop tôt pour certains politiques !!!!
Le plus grave dans ce débat c’est que ces syndicalistes « maison » en plus d’avoir des emplois de complaisance (chef des voitures, chef des bâtiments, chef de la qualité…….) avaient déjà monté leur boite de service à la personne avant même la fin de l’arast avec la bénédiction des politiques. Ils ont déjà l’agrément du conseil général d’ailleurs. Plusieurs d’entre eux ont participé à une formation sur la création d’entreprise de service à la personne à la CCIR avant la liquidation, formation, frais de déplacements payés par l’arast. Pendant la période de grève certains ont prospecté les personnes âgées en utilisant les listings interne ou encore leur contrat de 6 mois au CG à l’ASA. Ils sont à l’image de leurs mentors politiques. Cette page doit être tournée maintenant avec un grand renouvellement de cette classe de « politiques » et de « syndicalistes » qui ne regardent que les avantages à tirer pour eux et leurs proches.
Mr Ramoudou, j’attends le livre sur la saga arast.

2.Posté par paul Junot le 10/07/2010 20:37

Nous attendons avec impatience les rapports de la CRC (chambre régionale des comptes) et de l'iGAS qui nous permettront d'établir les responsabilités des uns et des autres et enfin mettre fin à cette garantie d'impunité dont croient bénéficier certains dans cette faillite.
Pour ne plus voir se reproduire pareille catastrophe sociale, il nous faut aller jusqu'au bout de cette affaire traitée avec la plus grande inconscience et irresponsabilité.

3.Posté par Patrick JACQUEMART le 11/07/2010 02:47

OUI, moi aussi j'attends avec impatience les différents rapports qui permettront d'établir les responsabilités. Avec impatience et dans la sérenité totale.
Après deux audits commandés et payés par le Département, après un audit demandé par le Comité d'entreprise et effectué par un cabinet "deor", après des comptes et rapports annuels certifiés par deux commissaires aux comptes, après l'intervention d'un administrateur judiciaire (nommé donc par le Tribunal) qui n'a RIEN trouvé à redire ou à rectifier de notre fonctionnement pendant plus de 6 mois, après le suivi régulier effectué par l'autorité de contrôle et de tarification (qui n'a jamais réussit à mettre en place une réelle tarification) : le Département de La Réunion, qui s'il prétend ne pas être au courant de la situation de l'ARAST officialise donc le fait de ne pas avoir réalisé sa mission de suivi des dépenses publiques, après toutes ces actions, qui bien sur ne sont pas gratuites, j'attends comme tous ceux qui ont vu leur outil de travail liquidé avec préméditation. J'attends de savoir pourquoi un administrateur judiciaire n'a JAMAIS réussit à rencontrer un élu mais seulement des adminisitratifs et un cabinet privé (donc pas gratuit encore) qui suppléait ces mêmes administratifs, les mêmes qui prenait l'action précieuse des aides à domiciles pour les mêmes prestations que "NN.fr" et qui ne comprenait pas le coût réel d'une heure d'aide à domicile malgré les références nationales. J'attend de savoir quel est actuellement le prix d'une heure payée aux associations et ENTREPRISES qui exercent en proposant des conditions de travail ne respectant pas les textes étendus au DOM...J'attends aussi de savoir pour quelles raisons on a fait disparaitre du système social réunionnais un corps de métier : les techniciens de l'intervention sociale et familiale qui sont l'épine dorsale de toute intervention dans les familles, pourquoi? Parce qu'elles ont été en pointe dans le combat pour sauver leur outil de travail?
Bien sur tout n'a pas été parfait à l'ARAST, bien sur on a fait des erreurs et donc J'AI fait des erreurs, mais seuls ceux qui ne font rien ne font pas d'erreurs (et encore...) ; Oui tout n'a pas été parfait et donc il y avait encore beaucoup à faire, mais je le dis aux lecteurs de Zinfo, en 6 années beaucoup de choses bien ont été faites, d'abord les actions de terrain, car la grande majorité des intervenants de l'ARAST sont de grands professionnels, mais aussi dans la structuration et les conditions de travail, et là (car beaucoup de lecteurs et commentateurs sont des ex) seuls les aigris et ceux de mauvaise foi diront le contraire. Pour ces derniers, ne vous déchainez pas, je ne cherche pas la polémique, juste dire que ce n'est pas parce que je ne parle pas que je n'ai rien à dire... Ce sera ma seule intervention sous cette forme.

4.Posté par Paul JUNOT le 11/07/2010 14:52

Monsieur Jacquemart je vous remercie pour votre éclairage.
Depuis le début de cette affaire je partage les difficultés de ces salariés et j'imagine aussi les difficultés des 8000 familles bénéficiaires des services de l 'ex Arast.
Notre démarche a pour objectif de faire la part des responsabilités des uns et des autres dirigeants et politiques afin de discerner sur des bases factuelles précises qui sont les vrais coupables de cette faillite.
Notre souhait c'est ne plus jamais avoir à revivre pareille situation à la Réunion.
Jamais en métropole on aurait vu pareille indifférence des politiques face aux conséquences aussi graves d'une faillite massive.
Le silence des uns face à l'indifférence des autres ne facilitent pas le travail pour demêler le vrai du faux et faire apparaitre en toute lisibilité les jeux de pouvoir et des responsabilités.
Me tenant à votre disposition pour tout échange et en toute sérennité.
Je suis joignable au 0692 08 97 43 ou paul.junot@hotmail.fr
Bien à vous.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter