Société

Zéro pesticide: St-Joseph, St-André et la Plaine des Palmistes s’engagent

Dans le cadre du plan national Ecophyto, qui vise à réduire l’usage de pesticides de 50% d’ici 2025, trois communes se sont engagées à mettre en place les bonnes pratiques.


La charte a été signée à l'issue d'une matinée de séminaire
La charte a été signée à l'issue d'une matinée de séminaire
Les dangers des pesticides pour la santé et pour l’environnement ne sont plus à démontrer. Dans l’optique d’une réduction de l’utilisation de ces produits phytosanitaires, trois communes (Saint-Joseph, Saint-André et la Plaine des Palmistes) ont signé ce jeudi une charte élaborée par l’Unep, la FDGDON et le lycée agricole de Saint-Paul.

« Il s’agit pour l’instant d’un engagement à mettre en place les bonnes pratiques, c’est le premier niveau d’un engagement progressif », souligne Estelle Roux, directrice technique au FDGDON. De bonnes pratiques qui passent par l’utilisation de matériels et de techniques alternatives, à l’image du désherbage thermique, à eau chaude ou à mousse. Un audit sera réalisé en 2016 pour vérifier si les préconisations ont été mises en œuvre et si ces « communes pilotes » peuvent accéder au niveau suivant.

Cet engagement des communes réunionnaises s’inscrit en réalité dans le cadre du « plan Ecophyto », plan national qui vise à réduire les usages phytosanitaires en France. « L’objectif est de réduire de 25% l’usage de pesticides d’ici 2020 et de 50% d’ici 2025 », précise Marie-Claire Fortuné, déléguée régionale à l’Unep.

" Des enjeux fondamentaux à défendre"

« Cette diminution passera d’abord par une sensibilisation des utilisateurs. Jusqu’à maintenant, on travaillait sur une garantie de résultat, précise Fabrice Teyssedre, le vice-président de l’Unep Réunion. Il est important de former, faire passer les connaissances, les pratiques nouvelles », ajoute-t-il.
 
Si les trois communes sont des villes pilotes, les partenaires souhaiteraient aller bien plus loin. « Plus on est nombreux, plus on a de chances que ça aille vite, estime en effet Christophe Bretagne, le directeur du lycée agricole de Saint-Paul. Il tient à souligner : « Les recherches ont déjà permis de déceler un bon nombre de molécules, sans compter toutes celles qui y sont mais qu’on ne recherche pas… Nous avons des enjeux fondamentaux à défendre. Il est important d’agir pour garantir une eau et une terre saines ».

A terme, l’objectif est d’arriver à un arrêt total des pesticides. 
Jeudi 26 Novembre 2015 - 15:32
marine.abat@zinfos974.com
Lu 1542 fois




1.Posté par kld le 26/11/2015 14:33
bonne nouvelle.

2.Posté par markkoko le 26/11/2015 14:37
On voit que les esprits chauffés de l'autre jour se sont refroidis .... et pourtant le climat se réchauffe ...
Plus de "gros bras" d'allumette à l'horizon ...
On devient écolo pour la bonne cause !
Vive le goyavier !

3.Posté par Nut le 26/11/2015 16:40
Moins de pesticides cela signifie un meilleur rendement agricole, ainsi que la sauvegarde de nos amies abeilles. Merci à ces communes et ces agriculteurs de faire cette démarche. Merci pour nous et notre santé :-)

4.Posté par kld le 26/11/2015 16:43
je ne comprends pas le post 2 , mais je ne suis pas inquiet , vive l'agro sans pesticide quand c'est possible, plus contraignant mais plus sain

5.Posté par PINKY le 26/11/2015 17:52
Ils inventent la poudre ou ils sont en retard depuis 2007 !!!!

6.Posté par Mwa la pa di le 26/11/2015 19:21
Rassurez vous nous bouffons de la M..... En 1983 une enquête sur le marché de St Pierre avait démontré que la quasi totalité des légumes vendus étaient anormalement traité..... Depuis plus aucune info.... Devinez pourquoi ?

7.Posté par Louis Pariot le 26/11/2015 21:47
C'est bien. Il faut arrêter avec les pesticides parce qu'il existe des autres solutions. On met telle ou telle plante dans les rangées de légumes et cela permet d'éloigner les indésirables.
Par contre ces 3 communes devraient faire un très gros effort pour que cesse la pollution des sols par les déchets toxiques balancés n'importe où : pots de peinture, huile de vidange auto , carcasses véhicules, batteries etc.. tout ça pollue le sol durablement

8.Posté par Un pas de fourmi dans 3 communes sur 24 et sur 10 ans.... mdr le 27/11/2015 05:34
6.Posté par Mwa la pa di le 26/11/2015 19:21

Eh oui, mais qui "communique" sur les pesticides et autres produits balancés sur les végétaux consommés et sur leurs effets sur la santé humaine? Euh....je crains que ce ne soit personne. Pas même le corps médical.

C'est bien de réduire UN PEU d'ici 2020/205 (MDR) les pesticides, parce qu'un plan national existe, mais franchement, ça fait rire: on avance à pas de tortue. C'est quoi la priorité: la santé humaine ou la rentabilité agricole?

Et les maires et conseillers locaux, ils attendent des directives de Paris ou Bruxelles pour agir à ce niveau?

Pffffffffff Bande de rigolos!

9.Posté par stefu le 27/11/2015 08:11
Il faudrait bien pondérer les choses :

Je ne comprend pas que l'on puisse dire que "ne pas mettre de traitement augmentent les rendements."(post 3)

REGARDEZ LES LEGUMES QUE VOUS MANGEZ maintent :

Avec les virus, aleurodes, acariens, thrips et nombre croissant de nuisibles, il y a des plantes que l'on ne peut même cultiver en plein champs. il y a 15 ans, on trouvait des champs entiers de l'excellente tomate farmer, des melons, des variétés de bringelles anciennes.
Aujourd'hui, avec les retraits de nombre de matières actives, et l'augmentation des nuisibles...
On ne mange plus que de la tomate sous serre, de la salade d'eau, des fraises belles mais sans goût.

Il a fallu aux maraichers investir dans des variétés Hybrides, résistantes, semences très chère produitent par...ces même fabriquants de produits chimiques !!! CEs firmes vendent moins de phyto d'un côté, mais se gavent sur les semences de l'autre : syngenta, monsanto et autres vendeurs D'OGM...

En plus ces legumes n'ont pas un gout excellent : de la présentation en magasin oui, de la tenue en stockage, oui, de la resistance aux nuisibles (mais toujours un peu de phyto quand même)...

On est pris entre une pression ecologique, economique et politique.. et la nature ne nous aide pas !

Pendant ce temps là on fait rentrer des containers d'ail, oignons, carottes, de Chine ou d'australie : ces légumes racines ont la faculté de concentrer d'autant mieux les pesticides !! ces beaux légumes sont cultivés avec des doses massives de traitements......interdits en Europe !! c'est del 'hypocrisie pure.
* On protège le producteur (européen) des phytos mais on le protège pas de la concurrence.
* on protège pas le consomatteur non plus !

10.Posté par bouboul974 le 27/11/2015 10:47
Il est dommage que se soient des petits communes qui font le premier pas!!!!

11.Posté par noe le 27/11/2015 11:53
Je ne mange que des légumes ...pas de viande d'animaux ...
Les animaux de Dieu doivent vivre et non être bouffés par des carnassiers humains !

12.Posté par Gromale le 27/11/2015 13:24
@ 10 : d'autres communes n'utilisent déjà plus de pesticides. Mais elles n'ont pas adhéré à cette charte. D'ailleurs, je m'étonne de voir un groupement d'entreprises privées dans les initiateurs de cette charte. C'est un moyen de dire "signez la charte et faites appel à nos entreprises !"

13.Posté par JEAN le 27/11/2015 16:32
rien de nouvo y di: L’objectif est de réduire de 25% l’usage de pesticides d’ici 2020 et de 50% d’ici 2025 ///ET LE TITRE C ZERO/ Y devré suprime tou dezerben coma kreol na travail.graté a la main seré bien non??

14.Posté par BAPTISTE le 30/11/2015 14:02
Pour les plantes et la protection de la planète c est bien, mais si y pouvait trouve in naffaire pou le band punaise morpain y suce le sang la commune noré été bien

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales