Economie

Yvès Hoarau : "Le Medef nous a fermé la porte"

Yvès Hoarau, tête de liste de la CGPME, est devenu ce matin, par un jeu d'alliance, le premier vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie de la Réunion. Un poste inespéré pour la CGPME au sortir du dépouillement du 13 décembre dernier qui ne lui avait conféré que six sièges. Les rapports de force, ces derniers jours, ont inversé cette tendance.



A peine remis des émotions de l'élection, le tête de liste de la CGPME s'est confié avant d'entrer en conciliabule avec tous les nouveaux élus de la chambre pour distribuer les postes de chacun, si ce n'était déjà fait depuis hier soir. Yvès Hoarau, qui représente la CGPME, peut être fier du coup réalisé en obtenant la vice-présidence de la CCIR. Avec six sièges à l'issue du dépouillement des bulletins à la mi-décembre, la CGPME n'était promise qu'à un rôle d'arbitre. Pourtant, avec ce ralliement à la Fédaction, la CGPME a pris le risque de froisser sa base électorale.

"On a rejoint Ibrahim Patel parce que le Medef nous a fermé la porte. Il a rompu ses engagements. J'insiste là-dessus. L'engagement qu'on avait pris au départ avec eux c'était de constituer un groupe de 19 pour pouvoir faire une majorité et travailler ensemble dans le développement de l'île", affirme-t-il.

Yvès Hoarau : "Le Medef nous a fermé la porte"
Selon Yvès Hoarau, l'appétit plus grand du côté du Medef est venu par la suite à cause du nombre de sièges plus important qu'il avait par rapport à la Confédération des petites et moyennes entreprises.

Revenant sur l'épisode fâcheux de la semaine dernière où Ibrahim Patel avait apporté des accusations graves de fraude aux bulletins de vote orchestrées par la CGPME, Yvès Hoarau a pour sa part considéré cet événement comme "clos".

"Ibrahim Patel s'est trompé sur notre compte"


"J'ai contacté monsieur Patel avant qu'il ne fasse sa conférence de presse. Je lui avais dit qu'il allait droit dans le mur. (...) Porter des accusations sans faits était grave. Il a reconnu publiquement, par un communiqué qu'il a adressé au président de la CGPME (ndlr : Dominique Vienne), qu'il s'était laissé emporter par un de nos candidats qui avait disparu de notre liste depuis x temps et s'est retrouvé chez lui. Aujourd'hui, il voit bien que c'était une erreur", a déclaré Yvès Hoarau pour défendre sa cause.

En renvoyant Ibrahim Patel à "ses erreurs de jugement", Yvès Hoarau a enfoncé le clou à l'encontre du Medef cette fois-ci. Avec ce dernier, la CGPME n'avait pas pu trouver un accord de principe, malgré la confortable position à 12 sièges de l'organisation des patrons. "Ils (le Medef) ont profité de l'escabeau pour pouvoir avoir un poids important, et ensuite ils nous l'ont enlevé pour nous laisser tomber", conclut-il un brin amer.
Jeudi 30 Décembre 2010 - 17:41
Ludovic Grondin
Lu 2414 fois




1.Posté par noe974 le 30/12/2010 17:57
Personne n'accuse personne : restons zen !

Pas d'état d'âme , ce qui compte c'est l'avenir du CCIR ....

Après les fêtes , au boulot !

2.Posté par jujuBES le 30/12/2010 18:48
Avant même d'être élu président, il fait une grave erreur d'appréciation. Où sont les 500 ou 600 voix dont il faisait état en conférence de presse? Elles risquaient de manquer pour qu'il se fasse élire. Mais comme il a été élu, ce ne sont plus des votes ou non-votes sujets à contestation. Avec un responsable de ce niveau à la tête de la chambre de commerce, nous sommes sauvés , l'économie de l'ile est entre de bonnes mains.

3.Posté par kikose le 30/12/2010 19:45
article à méditer : Ibrahim Patel et avec lui des candidats et sympathisants de la Fédaction, le groupement des petits commerçants de l’île, ont donné rendez-vous ce matin à Saint-Denis à la presse pour révéler au grand public les mésactions de la CGPME. La tête de liste des petits commerçants a apporté la preuve, selon lui, des tricheries du camp adverse en la personne de José Apou, un membre de l’équipe de campagne de la CGPME, qui n’aurait pas accepté ces fraudes.

"C’est une bombe", répète a qui veut l’entendre Joël Mongin au cours de la conférence de presse. Devant l’exercice médiatique du leader de la Fédaction, Ibrahim Patel, l’assistance assiste médusée aux révélations.

Les "caniards" de la CGPME

Tout d’abord seul attablé, Ibrahim Patel se fait rejoindre par José Apou. "Qui est-il ?" demande l’assistance. Ibrahim Patel n’est pas peu fière de présenter "sa" preuve vivante des "tricheries" auxquelles se seraient adonné l’un des camps adverse.

Les doigts se pointent vers la Confédération des petites et moyennes entreprises. José Apou, alors membre de l’équipe de la campagne de la CGPME se voit, selon ses termes, convoqué en plein week end, par le staff de la CGPME, et se voir notifier les zones industrielles à aller visiter avec des clés remises en main propre. "C’était un samedi, à 11h, là où il n’y a personne dans la zone industrielle" avoue José Apou. Des clés qu’il n’a pas hésité à brandir aujourd’hui devant la presse. Suffiront-elles à prouver cette tentative de fraude ? Ibahim Patel avoue dans la foulée que des photos ont été versées dans le dossier transmis au T.A "Aujourd’hui, nous avons la preuve que les caniards, que les voyous sont du côté de la CGPME", lance d’emblée le leader de la Fédaction, engagé dans cette course à la CCIR qui ne cesse d’apporter des rebondissements.

Un recours en annulation a été de ce fait porté devant le Tribunal administratif. Avant d’ester en justice, la Fédaction préfère attendre. "Avec tous les éléments que l’on a transmis au T.A. et qui vont sortir dans la presse, la justice peut s’auto-saisir", juge Ibrahim Patel.

500 à 600 enveloppes volées

José Apou, le transfuge de la CGPME, lui, raconte sa collaboration qui a tourné court. "On nous mettait au courant de tout ce qu’il fallait faire", dit-il sans donner de détail. Pour preuve, les clés qui lui auraient permis de récupérer, en toute illégalité, le matériel de vote.

Plus tard, "ils ont tenté de faire pression sur moi en envoyant des hommes de main pour m’intimider. Ils voulaient que je rende les clés et avec elles les enveloppes détournées".

Pour Ibrahim Patel, 500 à 600 enveloppes auraient ainsi subi cette tricherie.


4.Posté par qui comprend quoi? le 30/12/2010 20:30
Vu de l'extérieur cela semble être un fameux panier de crabes (apparemment immangeables).
Pauvre Réunion!

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 30/12/2010 20:55
post4 a parfaitement résumé la situation.
si un journaliste pouvait décrypter l'apport de la ccir à ses ressortissants...? cela aiderait sans nul doute à comprendre les querelles de cloche merle pour l'accession à la haute fonction de la ccir.. ceci dit, patel déjà au rsi puis à la ccir, aura t il le courage de se défaire son mandat au rsi ...?

6.Posté par forum974 le 30/12/2010 23:33
Ce monsieur hoarau est pitoyable.
le medef ne l'a pas laissé être président alors il a laissé M. PATEL être président ?!?!!
Mais c'est quoi ce délire ?
je croyais que la CGPME voulait barrer la route à PATEL et c'est pour ça qu'on m'a demandé de voter CGPME.
quels minables ces types.

7.Posté par salut le 31/12/2010 02:41
unhappy end !!!

8.Posté par Kikose le 31/12/2010 05:53
Ne cherchez plus l'erreur : c'est nous c'est la Réunion dans toute sa splendeur! Monsieur Patel et Hoareau : deux pauvres types entourés d'élus de même nature. Comment peut on respecter ces déchets humains ? Quelle image donnons nous à nos enfants : la magouille la veulerie bref rien de beau et d'encourageant pour l'avenir...

9.Posté par quentin le 31/12/2010 07:46
J'ai été trompé j'ai voté CGPME pour barrer la route à Patel et la CGPME a donné ma voix à Patel. Ce que vous oubliez que les électeurs se souviendront de cette trahison et dans 4 ans vous le paierez cher!

10.Posté par JUGERSANSFOI le 31/12/2010 11:25
La CGPME sans honneur,
La Fédaction sans toupet,
Le MEDEF sans rien!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales