Economie

XL Airways: "On s'intéresse aux lignes où il y a du trafic"


Laurent Magnin, PDG d'XL Airways, Luc Bereni à gauche et Olivier Besnard à droite (Photo DR)
Laurent Magnin, PDG d'XL Airways, Luc Bereni à gauche et Olivier Besnard à droite (Photo DR)
L'annonce de l'arrivée à la Réunion d'une compagnie low-cost, XL Airways, a fait grand bruit. Elle a été confirmée ce matin à Marseille en conférence de presse par le PDG de la compagnie, Laurent Magnin, accompagné entre autre d'Olivier Besnard, chargé de mission long-courrier chez XL Airways mais également ancien cadre d'Air Austral. La compagnie aérienne française est désireuse de se placer sur les liaisons outremer puisqu'elle a déjà ouvert des lignes vers la Guadeloupe et la Martinique et désormais vers la Réunion et Mayotte. Et XL Airways frappe fort, puisqu'elle propose des tarifs agressifs, 30% moins chers que la concurrence avec des prix à partir de 499 euros pour Marseille et 599 euros pour Mayotte.

"Il y a deux jours, nous avons annoncé la volonté de la compagnie de se positionner sur l'outremer avec l'ouverture des lignes Paris - Guadeloupe et Paris - Martinique. Aujourd'hui nous annonçons l'ouverture d'une ligne Marseille - Réunion et d'une ligne Marseille - Mayotte - Réunion à raison d'un vol hebdomadaire chacune", explique Olivier Besnard.

Ce cadre de la compagnie aérienne française connait bien la Réunion pour avoir travaillé chez Air Austral. Le positionnement de XL Airways sur les deux destinations de l'océan Indien n'est donc pas le fruit du hasard.

Sur 78.000 sièges, 12 à 15% concernés par le tarif de 499 euros

"On s'intéresse aux lignes où il y a du trafic. La ligne Marseille - Réunion en fait partie, d'autant plus aujourd'hui qu'Air Austral va l'abandonner en janvier 2013 et que Corsair a jeté l'éponge récemment", souligne-t-il. La compagnie est en phase de "développement" sur l'outremer et veut profiter de cette "opportunité". Avant XL Airways, certaines compagnies aériennes à bas coût se sont cassées les dents, notamment Air Bourbon, sur la liaison entre l'Hexagone et la Réunion. "Vous savez j'ai bien connu Air Bourbon et le concept et l'approche d'XL Airways sont complètement différents. Nous nous focalisons uniquement sur une ligne entre Marseille, la Réunion et Mayotte", ajoute Olivier Besnard.

XL Airways propose dès maintenant des tarifs concurrentiels et des places à partir de 499 euros, une tarification plus alléchante qui s'explique par une exploitation différente d'une compagnie dite classique. "Les coûts d'exploitation sont moindres, par exemple les avions volent plus longtemps et la configuration des avions est en mode économique. Sur une même classe d'appareil par rapport à la concurrence nous gagnons 50 places", souligne Olivier Besnard. Par rapport aux Antilles où les avions seront équipés en tout économique, l'avion pour l'océan Indien (Réunion et Mayotte) disposera d'une classe Galaxie, à savoir une cabine privative de 15 sièges en cuir à l'avant de l'appareil.

En tout, sur les 78.000 sièges qui sont mis en vente depuis ce matin "12 à 15% sont au prix attractif de 499 euros", conclut-il.
Jeudi 12 Juillet 2012 - 14:54
Lu 3047 fois




1.Posté par comme un avion sans ailes le 12/07/2012 17:59
"12 à 15% sont au prix attractif de 499 euros", conclut-il.

Ah bon , et les autres sièges ,ils sont à quel tarif?

2.Posté par C'est le yield ... le 12/07/2012 22:50
1.Posté par comme un avion sans ailes le 12/07/2012 17:59 | Alerter
"12 à 15% sont au prix attractif de 499 euros", conclut-il.
Ah bon , et les autres sièges ,ils sont à quel tarif?


Quand ont veut faire par exemple un chiffre d'affaire de 10 € sur la vente de 2 paquets de bonbons, on peut les vendre chacun à 5 €, mais personne ne viendra dans le magasin parce que c'est trop cher (le prix du marché étant de 4 €).

On peut aussi en vendre un à 1 € et l'autre à 9 € ...
500 personnes viendront alors pour acheter à 1 €. Seul le premier arrivé sera satisfait. Parmi les 499 autres qui seront arrivés trop tard, il y en aura bien un qui achètera à 9 €. On aura ainsi vendu les 2 paquets de bonbon, alors qu'avec le prix de 5 € par paquet on aurait vendu qu'un seul ou rien. On appelle cela le "Yield Managment" dans les compagnies aériennes. C'est un truc que Air Bourbon n'avait pas compris ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales