Blog de Pierrot

Wilfrid Bertile échoue à devenir ambassadeur à la Coopération. Sa fille est nommée à sa place...

Vendredi 17 Juillet 2015 - 09:33

Véronique Bertile était au cabinet de George Pau-Langevin depuis juin 2014. Elle a été nommée en conseil des ministres le 15 juillet dernier ambassadrice déléguée à la Coopération régionale dans la zone Antilles-Guyane. Le fait du Prince ?


Véronique Bertile (Photo Sénat)
Véronique Bertile (Photo Sénat)
Le 19 septembre 2013, Wilfrid Bertile (70 ans qui travaille actuellement au Cabinet de Nassimah Dindar) publiait un Courrier des lecteurs sur Zinfos intitulé "Le fait du Prince " dans lequel il regrettait de ne pas avoir été choisi comme ambassadeur chargé de la Coopération régionale et qu'on ait préféré à sa place une proche de Laurent Fabius.

Je reprends les meilleurs passages de ce courrier car ils prennent, deux ans après, un sel tout particulier : "Quand le poste d’ambassadeur chargé de coordonner la coopération régionale dans l’océan Indien devait changer de titulaire, j’avais fait part à qui de droit de mon intérêt. Oh ! pas spécialement pour la fonction : secrétaire général de la commission de l’océan Indien à Maurice, j’ai déjà eu le rang de chef de mission diplomatique, donc d’ambassadeur. Mais pour la mission : enseignant, chercheur, homme politique, j’ai toujours été un militant de la coopération régionale.
 
Le gouvernement a préféré nommer la maire de Charleville-Mézières, une enseignante, présentée comme une amie de Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères. Je n’ai rien contre cette personne, sûrement de grande qualité. Et je n’en fais pas une affaire personnelle : fils d’un pêcheur de Saint-Philippe, si j’ai quelque peu réussi ma vie, je dois tout à l’école républicaine et à mes électeurs, rien au fait du prince.
 
Mais j’avoue avoir été estomaqué par cette nomination. Qu’un gouvernement désigne pour s’occuper de la coopération régionale dans l’océan Indien un métropolitain au lieu d’un Réunionnais, alors que pour la Caraïbe, le poste correspondant est occupé par un Antillais, c’est faire peu de cas des Réunionnais par rapport à leurs compatriotes des Amériques. Qu’en plein débat sur la préférence régionale, il nomme un métropolitain novice en la matière au lieu d’un Réunionnais qui a quelques titres à faire valoir, c’est jeter de l’huile sur le feu. Qu’il nomme quelqu’un chargé de coordonner l’action de l’Etat avec celle du Département et de la Région en matière de coopération régionale sans tenir compte de l’avis des collectivités concernées, qu’est-ce, sinon une forme de mépris pour les élus locaux ? Que la demande des parlementaires censés contrôler l’action du gouvernement ne compte que pour du beurre, c’est une autre forme de mépris pour la représentation nationale. C’est beaucoup. C’est trop. Pis qu’une erreur, c’est une faute. On aurait voulu signifier qu’on a tiré un trait sur la réélection du président qu’on n’aurait pas agi autrement.
 
(...)
 
Il ne faut pas que de telles choses se reproduisent. Il faut que les Réunionnais ne soient pas jaloux les uns des autres et soient solidaires. Dans une île où la presque totalité des chefs de service sont des métropolitains, il faut que des Réunionnais accèdent à des postes de responsabilité. Pour atténuer le cloisonnement et le décalage entre l’administration et la population. Pour donner des repères et des exemples à nos jeunes, ainsi incités à se former pour prétendre aux plus hautes fonctions. Pour construire une Réunion nouvelle, non pas avec l’objectif de rattraper la France et l’Europe en plaquant sur elle un modèle importé, mais en tenant compte de son identité et de ses potentialités".

Aujourd'hui, Wilfrid Bertile a toutes les raisons d'être satisfait et il pourra à nouveau voter socialiste aux prochaines élections sans états d'âme : S'il n'a pas été nommé ambassadeur, c'est sa fille qui l'a été à sa place.

Et ironie de l'histoire : Alors que dans son courrier, il postulait au poste d'ambassadeur pour l'océan Indien, au motif qu'aux Antilles c'est un Antillais qui occupe ce poste, sa fille a été nommée... aux Antilles.
 
Pierrot Dupuy
Lu 4077 fois



1.Posté par Paysan Créole le 17/07/2015 10:55 (depuis mobile)

Des Réunionnais aux plus hautes fonctions, OUI mais pas forcément à la Réunion et pas forcément au ministère de l outre mer !!!! Leperlier de nous l est capable et les autres couillons de son espèce vont ils dénoncer cette nomination ?

2.Posté par nomination politique? le 17/07/2015 17:34

C'est assez incroyable que Wilfrid Bertile, socialiste bon teint sauf erreur, prône la discrimination "positive" en faveur des réunionnais sur des potes locaux.

Attention, qu'on ne se trompe pas sur ma position: : que des réunionnais(es) accèdent aux hautes fonctions, tant mieux. Mais:

1 - Nous sommes en France où le principe républicain d'égalité de droits doit s'appliquer.

2 - Des réunionnais(es) ont des postes importants certainement, mais pas forcément à la Réunion; de nombreux(ses réunionnais(es) travaillent en métropole. Tous/toutes profitent du système, comme les métropolitains et peuvent accéder aux hautes fonctions.
.
3 - La Réunion est un des 100 départements français, donc 1/100ème et il est normal que des nominations de non réunionnais(es) interviennent ici. Pas de chasse gardée donc!.

4 - Moi, ce qui m'importe surtout, c'est le MERITE, les COMPETENCES, et pas du tout le lieu de naissance (même si oui, c'est mieux un local pour un tel poste) ou les accointances politiques.

5 - La fille de WB est à présent nommée à ce poste: une nouvelle "dynastie" de politiques et de responsables est née? Et par quel "miracle"?

Ca montre peut-être que ce type de poste est politique, non basé sur le mérite et l'égalité des candidats?

Elle m'a l'air bien jeune, voire juvénile en tous cas pour un tel poste.... Quel est son profil,? Quelles sont ses compétences?

3.Posté par la crise le 17/07/2015 18:16

à post 2
D'accord avec vous sur presque tous les points , mais quand vous dites que Véronique Bertile, vous semble bien juvénile, hé, elle a 37 ans!
Et puis c'est une universitaire! Elle était: "depuis août 2014 en charge de la coopération, de l’insertion des Outre-mer dans leur environnement régional et de la jeunesse auprès de la ministre des Outre-mer" (JIR)
Je crois qu'elle a atteint une certaine maturité, non?
Maintenant, reste à savoir comment vont réagir les Antillais?

4.Posté par yen a marre de ces éoliennes !!! le 17/07/2015 19:33

Depuis l'arrivée de Hollande elle était planquée au ministère des Outre-mers en charge de la Rénion, ...
Qu'a-t-elle fait pour notre île avec nos 7député-e-s brasseurs d'air ????

5.Posté par REUNIONNAIS le 17/07/2015 20:28

Veronique BERTILE a un parcours d'excellence, Maitre de conférences à l'université de bordeaux, elle n'a de leçons à recevoir de personne ! Elle a les compétences pour assurer une telle fonction et c'est tant mieux qu'une réunionnaise soit choisie pour occuper ce poste !
C'est une vraie réunionnaise qui connait bien le département et qui n'hésites pas à parler créole ! c'est donc une vraie ambassadrice de son territoire ! toutes nos félicitations pour cette nomination amplement méritée

6.Posté par Nomination politque? le 18/07/2015 10:49

3.Posté par la crise le 17/07/2015 18:16

Merci pour les précisions: ma question partait seulement de son physique (elle semble encore jeune, pour un tel poste). J'avoue avoir oublié de chercher son profil professionnel;

Toutefois, en cherchant sur internet, j'ai vu qu'elle a eu un doctorat et enseigne le droit public. Tant mieux. Elle a donc des bases solides. pour pouvoir travailler dans ce poste.

Certes, enseignante jusqu'en 2012/213, et un an d'expérience à MEDETOM.

Mais c'est à l'ouvrage qu'on verra "l'artisane".....

Bonne chance à elle, en tous cas.


5.Posté par REUNIONNAIS le 17/07/2015 20:28 |

"Veronique BERTILE a un parcours d'excellence, Maitre de conférences à l'université de bordeaux, elle n'a de leçons à recevoir de personne ! "

Je donne pas de leçons, mais pose des questions. Et tout personnage public ou tout fonctionnaire ou agent public (et même privé) peut faire l'objet de questions voire critiques.

On est encore en démocratie républicaine, que je sache, non? Donc, je ne m'interdis pas de poser des questions ou critiquer, réunionnais(e) ou pas.

Par ailleurs, je ne fais pas de différence (au contraire de vous) entre les personnes par leur lieu de naissance, mais par leurs compétences. Un(e) réunionnais(e) = un français(e). Avec tous les mêmes droits et devoirs. Point.

Votre post indique que c'est une réunionnaise qui parle créole (ouf, je suis rassuré, elle parle créole..). Mais cela suffit-il pour ce poste? Ca me parait un peu court, quand même comme démonstration. Heureusement, elle a un bagage universitaire en droit solide aussi.

Il faudrait à mon avis arrêter avec ce type de réaction genre les réunionnais(es) sont excellents, il est interdit de les critiquer. Ca sent le complexe d'infériorité. Si la personne est compétente, on le verra. Dans le cas contraire, aussi.

Par contre, tout ça ne répond pas à ma question: nomination pour raison politique?

7.Posté par Wilfrid Bertile le 19/07/2015 13:06

Contrairement à ce qu'écrit la presse, reprise par M. Pierrot Dupuy, ma mission (à mi-temps) sur la réforme territoriale auprès de Mme Dindar a pris fin comme convenu en février dernier.
Quant à la nomination de Véronique Bertile, ces dernières années des "Domiens" ont été nommés ambassadeurs. Qu'un (e) Réunionnais(e) soit un jour retenu (e) est dans l'ordre des choses.
Pour le reste, je n'ai rien à retrancher à ce que j'ai écrit il y a deux ans et que M. Dupuy rappelle ci-dessus:"Il faut que les Réunionnais ne soient pas jaloux les uns des autres et soient solidaires. Dans une île où la presque totalité des chefs de service sont des métropolitains, il faut que des Réunionnais accèdent à des postes de responsabilité. Pour atténuer le cloisonnement et le décalage entre l’administration et la population. Pour donner des repères et des exemples à nos jeunes, ainsi incités à se former pour prétendre aux plus hautes fonctions. Pour construire une Réunion nouvelle, non pas avec l’objectif de rattraper la France et l’Europe en plaquant sur elle un modèle importé, mais en tenant compte de son identité et de ses potentialités".
Au moment où les résultats du bac montrent que nous avons une jeunesse qui peut être brillante, qu'il lui soit prouvé qu'elle peut accéder aux plus hautes responsabilités, ici ou ailleurs, ne peut que l'encourager à travailler pour réussir.
Enfin pour répondre à la question ci-dessus "nomination pour raison politique ?", je ferai remarquer qu'une nomination de Préfet ou d'Ambassadeur est toujours politique, mais au sens noble du terme, pas pour faire plaisir ou récompenser des services rendus.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter