Economie

Vous êtes jeune et tenté par la création d'entreprise? L'Adie vous informe


Vous êtes jeune et tenté par la création d'entreprise? L'Adie vous informe
Les jeunes sont les premières victimes de la crise économique. A la Réunion, 60% des jeunes actifs sont au chômage (Insee, juin 2011). Face à la montée du chômage, l'Adie, premier opérateur de microcrédit en France, renforce son action auprès des jeunes créateurs d'entreprise. C'est dans ce contexte que l'Adie lance, du 8 au 12 octobre, une grande campagne d'information destinée aux jeunes tentés par la création d'entreprise en partenariat avec Pôle Emploi et ses partenaires de terrain.

L’Adie a mis en place des dispositifs spécifiques pour soutenir l'esprit d'entreprise des jeunes, qui très souvent, n'ont aucun revenu et ne disposent pas d'apport personnel. "L’indépendance et le goût d’entreprendre sont les premières motivations évoquées par les créateurs d’entreprises réunionnais (respectivement 55 % et 36 %). Mais créer son entreprise permet aussi pour beaucoup de créer son propre emploi, par choix ou par contrainte. Enfin, l’augmentation des revenus est un argument déterminant pour un quart des créateurs d’entreprise. Près de la moitié des créateurs réunionnais étaient au chômage avant de créer leur entreprise. Parmi eux, les chômeurs de longue durée sont majoritaires." (Insee, enquête Sine, cohorte 2006).

Globalement en France, 52 % des jeunes disent souhaiter créer leur entreprise, contre 25% pour l'ensemble du public, et s'ils ne passent pas à l'action, c'est le plus souvent en raison d'un manque de moyens, puisque 35% déclarent que la principale difficulté est financière. On constate que 65% se lancent sans financement et 55% avec moins de 8 000 euros.

En 2011, l’Adie - Microcrédit Réunion a financé 261 jeunes de 18 à 32 ans. Depuis sa création en 1994, elle a accordé 4.487 microcrédits et a financé 3.434 entreprises. Ces dernières ont un taux de pérennité de 70% après trois ans. Selon une enquête interne de 2010, 690 emplois ont été créés ou consolidés grâce aux microcrédit accompagné dont 118 entreprises créées par des jeunes Réunionnais de moins de 32 ans.

Du 8 au 12 octobre, l'Adie informe les jeunes à travers plusieurs échanges prévus partout sur l'île (Pour tous renseignements, le numéro vert 0 800 800 566). Il faut préciser que tous les types de projets peuvent être soutenus, quelque soit le parcours du créateur et son secteur d'activité pour une création ou un développement d'activité allant jusqu'à 10.000 euros de financement et un accompagnement gratuit sur le long terme.

Vous êtes jeune et tenté par la création d'entreprise? L'Adie vous informe
Corinne, 32 ans, artisan en verrerie d’art.

Jeune mère célibataire de 3 enfants, Corinne a arrêté ses études en seconde. Courageuse et persévérante, elle va de petits boulots en petits boulots mais le manque de formation l’empêche de trouver un emploi stable.

En 2009, passionnée par l’Art en général, elle découvre la verrerie à l’occasion d’une formation organisée par la Chambre de Métiers. Très créative, elle exerce son art le soir après avoir couché ses enfants et commence par créer des bijoux pour ses proches.

Encouragée par son entourage, elle décide d’en faire son métier en 2011. Elle frappe alors à la porte de Microcrédit Réunion et obtient un microcrédit de 4.000 euros qui lui permet d’acquérir le matériel nécessaire au démarrage de son activité.

Elle crée son atelier chez elle, dans son garage, ce qui lui permet de rester proche de ses enfants. Sa soeur aînée, la soutien fortement, de plus elle dispose d’une formation en Design. Souhaitant faire découvrir leur passion au public, les deux soeurs fondent une association qui leur permet aujourd’hui de faire partager leur savoir-faire à des groupes scolaires.

La jeune créatrice, se fait connaître peu à peu et commence à être sollicitée par des institutions et de grandes entreprises. Elle développe des objets de décoration tels que lustres, verres, assiettes destinés à une clientèle de restaurateurs, d’hôteliers ou encore d’architectes. Seule à exercer cette activité à La Réunion, et des idées plein la tête, Corinne compte bien ne pas en rester là et souhaite développer sa petite entreprise.
Lundi 8 Octobre 2012 - 15:12
.
Lu 1530 fois




1.Posté par noe le 08/10/2012 19:02
Ce n'est qu'un leurre !
Au bout de quelque temps les impôts vous sautent dessus et alors vous aurez le couteau sous la gorge !

2.Posté par Montfort le 08/10/2012 19:04
Il est vrai que l'ADIE fait beaucoup pour aider, mais encore faut il plaire à la personne qui fait votre dossier. Une amie véritablement insolvable a obtenu ce qu'elle voulait et même plus car elle est extrêmement sympathique. Une autre bien plus sérieuse, travailleuse solvable et avec beaucoup d'avenir s'est vu refuser tout ce qu"elle demandait. Mais il faut dire qu'elle n'est guère joviale, car timide, une sale gueule, disons pas trés jolie et complexée. Dés lors le GM lui refuse, même avec un cautionnaire solvable et solide... Donc avant tout passez chez le chirurgien esthétique.... Mais là encore il vous faudra un prêt......

3.Posté par Mapé le 08/10/2012 20:26
J'ai moi même eu recours au microcrédit pour mon snack sur Sainte Marie récemment et il est vrai que cela m'a donné un sérieux coup de main pour démarrer, alors qu'on m'avait auparavant fermé toutes les portes (les banques i croient que fanm créoles lé capables de riennnn)!!! Peut-être que zimpôts va plume à moi dans deux ans, mais au moins on m'aura fait confiance et j'aurais enfin pu réaliser ce rêve d'être patronne! Bon appétit bien sûr!

4.Posté par didi le 08/10/2012 21:26
Pour Montfort : Je serais cette amie dont tu parles, je serais plus vexée par tes propos à mon encontre qu'autre chose...
L'ADIE i aide bocou de moun à la Réunion ! Arrete critiqué kan bana i essaye fé in n'affair pou les Réunionnais et surtou pou les jeunes ! Bravo à zot et continue comme ça !

5.Posté par créole le 08/10/2012 22:23
moi on m'avait jamais aider ni l'anpe ni l'adie c'est qui connait qui que de conaissance ils m'ont jamais ouvert les portes que des mensenge avec l'anpe

6.Posté par Enzo le 08/10/2012 20:41
Et sinon créole, en français, quel message as-tu voulu faire passer là?

7.Posté par David Asmodee le 08/10/2012 22:54
Je ne sais pas si c'est le bon moment pour se lancer dans la création d'entreprise.

Pour ceux qui veulent quand même se lancer, il faudra faire avec l'hostilité du gouvernement actuel envers les entrepreneurs. La France a basculé en mai 2012. Le pays était largement défavorable à la création d'entreprise avant l'élection de Hollande ; il est maintenant une zone malveillante, menaçante et hostile.

8.Posté par Simplet le 09/10/2012 07:46
C'est en créant de nouveaux métiers ... c'est en créant des emtreprises, donc de nouveaux emplois, que La REUNION se sortira du marasme dans lequel elle se trouve ...

7 000 jeunes qui sortent su systéme scolaire chaque année (à 16 ans, en échouant au bac, en se faisant jeter de l'université en L1, ...) ... et 3500 nouveaux emplois créés chaque année ... ce sont plus de 3 500 jeunes qui "pointent" au chômage chaque année ... sans la création de nouvelles entreprises, ces jeunes-là ont peu de chances d'intègrer un jour le monde du travail ...

Quelque soit le mode de fonctionnement de l'ADIE (ou des autres organismes du même type) ... même s'ils ont des défauts ... ils sont extrêmement utiles ... alors arrêtons de tout critiquer tout le temps ... et retroussons-nous les manches pour faire avancer les choses ...

9.Posté par anpe le 09/10/2012 07:55 (depuis mobile)
Anpe fais rien pour les jeunes des personnels incomplet qui reste dans leur bureau rien à faire de nous pourquoi ont recrute pas des jeunes dans les agences que leur famille ou connaissance les95 personnes son les même des gens qui travail déjà

10.Posté par polo974 le 09/10/2012 15:06
""" On constate que 65% se lancent sans financement et 55% avec moins de 8 000 euros. """

donc en toute logique, 120% se lancent avec aucun financement ou moins de 8000 euros...
très fort la rédac de zinfos974...

""" Elle crée son atelier chez elle, dans son garage, ce qui lui permet de rester proche de ses enfants. Sa soeur aînée, la soutien fortement, de plus elle dispose d’une formation en Design. """
Et hop, travail au noir...

Et combien de crash pour une réussite (2 ou 3 environ...).

11.Posté par Montfort le 09/10/2012 17:59
Post 4: L'amie dont je parle est trés consciente de son " délit de sale gueule" elle n'est pas vexée car je ne fais que retraduire ses propos pour le lecteur. Car ça n'est pas parce-que je ne communique pas en kréole que je ne le suis pas ni elle non plus d'ailleurs et ça n'est pas parce-que l'on aligne trois mots de charabia( car ton kréole n'est pas trés bon) que l'on va pouvoir communiquer avec ses contemporains le fait de parler la langue nationale est une marque de respect et d’intégration vis à vis de mes semblables. Et si je pense être un peu moins con que certains, c'est uniquement parce que je suis apte à faire la conversation autrement qu'en Kréole. Mes enfants parlent Kréole, anglais, une l'allemand et tous parlons le breton aussi. Mais lorsque nous communiquons avec " d'autres humains " nous parlons en Français. De plus le Kréole est une langue ou dialecte parlé et je me marre franchement lorsque je vois tous ces bobos vouloir, à tous prix le faire écrire à des enfants qui s'en tapent. Dommage car c'est bien pratique lorsque l'on ne sait pas écrire correctement le francais, Je connais pas ce mot ? Je ne sais comment l'écrire ? Pas grave je vais l'écrire en Kréole, il me suffira de mettre des K et des Y partout et mes contemporains n'y verrons que du feu. Pour ce qui est de l'Adie je persiste et signe. Cela dit, j'ai prêté l'argent moi même à cette personne, sans intérêt et sans caution. Tu vois il n'y a pas que les belles personnes qui ont le droit de vivre. Au moins ne m'accusera t on pas de lui avoir prêté pour sa beauté, ni avec des arrières pensées.......

12.Posté par didi le 09/10/2012 18:55
Sans vouloir arriver à un règlement de compte, c'est un peu ridicule de chercher à se justifier de cette façon...On parle ici, de l' Adie et non de notre façon de s'exprimer en français ou en créole. On cherche tout simplement à faire entendre notre point de vue... Avant que le créole ne soit introduit à l'école, il était écrit par les réunionnais phonétiquement jusqu'à preuve du contraire et il l'est encore pour beaucoup d'entre nous !
C'est louable ce que tu as fait pour ton amie, mais accuser l'Adie sans fondement de faire des préférences physiques, c'est un peu exagéré. Je trouve horrible ta façon de parler de ton amie, et c'est un peu triste de la décrire en ces termes et triste qu'elles se décrive aussi de cette façon...Je persiste et je signe....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales