Faits-divers

"Vous demeurez où… quand vous êtes libre ?"


Correctionnelle Sud – 22/09/2015 : Telle est la question que le Président Grillet, perplexe, a posée à Sacha Bioland, 22 ans, qui malgré son jeune âge, compte déjà plusieurs années de prison à son actif. Pour l’heure, comparaissant entre ses gendarmes favoris, il est détenu jusqu’en mars 2016.

Pas pour des bricoles, qu’on en juge un peu : conduite sans permis, destructions diverses, agression sexuelle en réunion (alors qu’il était encore mineur !), vols à ne plus savoir qu’en faire. Autant dire qu’il a quasiment passé plus de temps dedans que dehors, d’où l’étonnement du Président à la lecture ébahie de son CV.

L’affaire qui lui valait de comparaître ce matin est d’une affreuse banalité mais remonte à novembre 2013. Pourquoi un tel retard ? Il revient à la substitut Coupry de dévoiler le mystère : à cette date, les traces d’ADN relevées sur les lieux du forfait ne correspondaient à personne, celles de Bioland n’étant pas encore entrées dans le fichier national.

Ce jour-là, à Saint-Louis, Sacha décide de se refaire et démolit l’entrée  d’un commerçant, faisant main basse sur divers objets qu’il revendra. Délinquant confirmé mais « léger », il abandonne ses traces un peu partout, y compris sur ses outils de monte-en-l’air, dont un manche de pioche utilisé pour désosser une fenêtre. On n’est pas plus imprévoyant. Sinon plus bête.

« Vous étiez toxicomane, alcoolique, consommateur de zamal et d’artane au moment des faits, précise le Président. Vous n’avez pas de formation ; vous n’avez jamais travaillé ». Puis, doucereusement : « Vous avez l’intention de passer toute votre vie en maison d’arrêt ? »
Pour sa défense, le prévenu prétend que, précisément, il ne travaille pas mais doit vivre.

Réplique inévitable, imparable : « Plein de gens ne travaillent pas mais ne volent pas non plus ! » Sacha baisse le front, terrassé par l’évidence.

La substitut Coupry sera incisive : « A ce récidiviste, je dirai qu’il va falloir qu’il s’insère, qu’il se mette à travailler. Mais qu’il suive aussi des soins pour se désintoxiquer de ces addictions qui, manifestement, sont la cause de ses dérives ». Et de ne réclamer « que » 6 mois avec sursis.
Le Président a été plus direct : 1 mois ferme !

 
Mardi 22 Septembre 2015 - 17:26
Jules Bénard
Lu 2164 fois




1.Posté par noe le 23/09/2015 07:57
Une âme en perdition !
Que le Seigneur ait pitié de lui et lui montre le bon chemin pour qu'il puisse s'en sortir !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales