Société

Vol MH370 : Deux ans de mystère


Les familles des 154 passagers chinois maintiennent la pression sur la compagnie malaisienne qu'ils soupçonnent de leur cacher la vérité
Les familles des 154 passagers chinois maintiennent la pression sur la compagnie malaisienne qu'ils soupçonnent de leur cacher la vérité
La disparition du Boeing de la Malaysia Airlines reste un mystère. Voilà deux ans, le vol MH370 disparaissait des écrans radar pour figurer parmi l’une des plus grandes énigmes de l’histoire de l’aviation civile.

Le Boeing qui avait décollé de Kuala Lumpur pour rejoindre Pékin a, pour une raison indéterminée, changer de plan de vol. Il transportait 239 passagers dont quatre d'origine française, issus d'une même famille.

Le 29 juillet 2015, une infime partie du puzzle a commencé à être reconstitué grâce à la découverte d'un bout d'aile par les désormais célèbres emplois verts de Saint-André, Johnny Bègue en tête. Mais la certitude que la pièce retrouvée le long du littoral de La Réunion provienne effectivement du Boeing disparu ne viendra qu'un mois plus tard. Le 3 septembre 2015, le parquet de Paris confirmait enfin que la pièce appartenait bien au Boeing recherché.

Malgré cette trouvaille, aucune avancée significative dans l’explication de la disparition n’est venue apaiser la douleur des familles des victimes. Dimanche dernier en Chine, des proches des 154 Chinois disparus dans la catastrophe aérienne sont allés déposer plainte devant le tribunal de Pékin. Une plainte collective contre la compagnie Malaysia Airlines et le constructeur Boeing.

Cet anniversaire tragique coïncide avec la découverte ces derniers jours de deux nouveaux éléments qui pourraient faire penser à des débris d’avion. Mercredi dernier, c’est Blaine Gibson, un touriste américain, qui a remis aux autorités mozambicaines une pièce d'environ un mètre découverte sur un banc de sable proche de l'archipel de Bazaruto dans le canal du Mozambique.

L’avion aurait continué de voler en pilotage automatique

Toujours aussi prompt à dégainer, le gouvernement malaisien a vite commenté sans trop de précaution cette trouvaille. Le ministre malaisien des Transports, Liow Tiong Lai, a estimé, dès le jour de la divulgation de la trouvaille qu'il était "fort probable que le débris retrouvé au Mozambique provienne d'un Boeing 777". Il faudra cependant attendre la conclusion de l'analyse plus poussée menée en Australie où la pièce a été expédiée hier, à des fins d’expertise.

La semaine dernière, encore, mais cette fois à La Réunion, le même Johnny Bègue, découvreur du flaperon en 2015, a de nouveau sollicité la gendarmerie après la découverte d'un autre objet susceptible d'appartenir au fuselage du Boeing 777.

Le 29 janvier dernier, la Malaisie a officiellement déclaré que cette disparition était "un accident", ce qui est loin de répondre aux questions des familles.

Dimanche dernier enfin, un rapport rédigé par des experts indépendants internationaux n’a lui aussi pas répondu à leurs attentes. Ce rapport technique soutient dans sa conclusion que l’explication la plus crédible pour expliquer la perte de l’appareil est qu’une brusque chute du niveau de l’oxygène au sein de l’avion a rendu l’équipage et les passagers inconscients. L’avion aurait continué de voler en pilotage automatique, jusqu’à sa chute en mer, faute de carburant.
 

Mardi 8 Mars 2016 - 02:26
Lu 2139 fois




1.Posté par Pamphlétaire le 08/03/2016 03:09
Publié le 26 décembre 2015 à 17h00 par Joël Ricci dans Air journal.
Les recherches du Boeing 777-200ER de Malaysia Airlines (vol MH370) disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, peu après son décollage de Kuala Lumpur pour Pékin, s’interrompront en juin 2016 même sans résultats probants, a indiqué le centre de coordination australien des recherches (JAAC). 80 000 km2 de la zone de recherche ont déjà été scannés.

Deux navires, Fugro Discovery et Havila Harmony, sont actuellement dans la zone de recherche, a indiqué dans un communiqué de presse le Centre de coordination conjointe australien (JACC) dans un communiqué de routine. L’arrivée de l’été dans l’hémisphère sud devrait en outre faciliter la poursuite des recherches dans l’Océan indien. « Conformément à l’engagement pris par les gouvernements de l’Australie, de la Malaisie et de la République populaire de Chine plus tôt cette année, les 120 000 kilomètres carrés auront bientôt été couverts », indique le JAAC. « Il est prévu ce sera achevé aux alentours de juin 2016. »

Rappelons que selon le vice-premier ministre australien Warren Truss, les recherches se font bien au bon endroit, suite à une nouvelle vérification de toutes les données disponibles par le Groupe des sciences et de la technologie de l’armée australienne. «Les principaux résultats de ce travail supplémentaire valident ce qui a été jusqu’alors entrepris. Ils confirment que l’avion se trouve probablement quelque part dans ces 120 000 kilomètres carrés».

Un flaperon (une pièce de l’aile d’avion) a aussi été découvert cet été sur le littoral de Saint-André, dans le nord-est de l’île de la Réunion. Il s’agit de l’unique pièce selon les enquêteurs provenant « avec certitude » du vol MH370 de Malaysia Airlines. Mais le mystère reste entier pour expliquer les raisons de sa disparition.

Cette disparition, cette tragédie reste une énigme qui va alimenter de nombreuses théories de complots en tout genre.

2.Posté par Eno2016 le 08/03/2016 05:54
C'est un passage dans une sorte de "Triangle des Bermudes" chinois ... un trou de vers ...un passage dans une autre dimension de l'espace-temps !
L'avion est tj là ... mais où ?
Les passagers nous voient et nous entendent mais ne peuvent pas communiquer !
Il faut faire appel aux mentalistes !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales