Courrier des lecteurs

Vive la VIème République


Vive la VIème République
Renouveler la classe politique, c'est une priorité absolue ! A l'ère d'internet, où l'on peut joindre qui l'on veut à tout moment et où qu'il soit, il faut dégraisser les écuries d'Augias, les assemblées de nos parlementaires, comme on l'a fait pour le mammouth, l'Education Nationale. Philippe Pascot, dans son ouvrage "Pilleurs d'Etat" a bien mis en lumière comment de trop nombreux élus pillent l'Etat le plus légalement du monde, les autres restant dans l'expectative  avec l'espoir de bénéficier un jour, eux aussi, de quelques privilèges.

Gouvernants, parlementaires et autres élus savent se faire plaisir : ici, un ministre supplémentaire, là un commissaire, ailleurs une distribution de mandats. On ferme les yeux sur la crise. On se met à l'abri. A La Réunion, aux dernières élections, on a élu sept députés et, qui plus est, cinq d'entre eux sont fonctionnaires !  L'Education Nationale fait les yeux doux à ses candidats : un congé pour briguer et, au besoin, un petit certificat de maladie pour prolonger et sur lequel on se voile la face. Voilà de beaux avantages que l'agriculteur ne connaît pas, ses vaches s'y opposant en bêlant à qui mieux mieux. L'égalité réelle, c'est pour les lendemains qui chantent. Rien d'étonnant de voir tant de fonctionnaires dans les deux assemblées ! Trop, c'est trop !

Je me permets de faire des suggestions au futur Président de la République :
réduire de moitié le nombre des parlementaires.

élire des sénateurs recrutés seulement parmi les civils non fonctionnaires - les fonctionnaires étant exclus, car déjà surreprésentés chez les députés. Les élections doivent se dérouler en même temps que celles des députés, au suffrage universel, avec, pour l'heureux élu, un mandat de même durée. Et donc suppression des grands électeurs qui, jusqu'à présent, étaient tout disposés à élire même un saltimbanque au grand dam du peuple !

attribuer une seule indemnité à l'élu, quel qu'il soit, et pour un seul mandat. A la rigueur, tolérer un second mandat, mais sans rétribution supplémentaire. Et, dans ce cas, on pourra opter pour l'indemnité la plus avantageuse. Et nous verrons la voracité à engranger les mandats se tarir à vue d'StartFragment œil.

à la retraite, l'élu ne doit bénéficier que d'une seule pension, comme c'est le cas pour l'ouvrier et le paysan. Songeons enfin à l'égalité réelle.

Et il y a lieu de se pencher sur le code électoral pour redorer le blason de ceux qui choisissent les bulletins blancs, actuellement comptabilisés quelques minutes avant d'être jetés à la poubelle. On s'est déplacé pour voter et, au final, on est traité comme l'abstentionniste. A quoi bon se déplacer ? Songeons à la pollution qu'on pourrait atténuer en restant chez soi. Pour les scrutins de liste, au deuxième tour, il revient au préfet d'établir la liste des élus provenant des bulletins blancs en choisissant des fonctionnaires récemment retraités et considérés comme bons gestionnaires, ce qu'il fait lorsqu'il met en place une délégation pour remplacer un maire dont la gestion calamiteuse enclenche une tutelle. Personne n'a critiqué le choix du préfet. Toutefois cette liste  devrait être limitée pour laisser la priorité à la liste des candidats qui l'emporte et que les votants ont choisie. Cette mesure devrait inciter un bon nombre d'abstentionnistes à se déplacer pour couler leur bulletin : comme on ne croit pas aux promesses des élus, on a une belle occasion de voir siéger un fonctionnaire intègre. 

Rien de cela ne peut se faire par l'intermédiaire des parlementaires réunis en congrès : ils sont trop attachés à leurs beaux privilèges. Il ne reste qu'une solution : par référendum, faire voter une nouvelle constitution, à coup sûr acceptée, et proclamer la VI ème République.

Après mise en place des deux nouvelles assemblées de parlementaires, on pourra dire, enfin, adieu aux pilleurs d'Etat, aux maquignons de la République ! 

Gérard Jeanneau

A Gières,  le 20 novembre 2016

Lundi 21 Novembre 2016 - 10:30
Lu 475 fois




1.Posté par Gérard Jeanneau le 21/11/2016 14:14

Et voici le lien vers les Courriers de La Réunion" :


2.Posté par Zozossi le 21/11/2016 20:53

Ca, par exemple !

Mais c'est la reprise mot pour mot des propositions du ministre de la non-agriculture Le Maire, dit "le divin hectare", ou "Fais-moi glouglou", depuis sa mésaventure télévisée !

Las !
Le "troisième homme" surgonflé du média semble avoir quelque peu déçu même chez les Zuhèmepistes dont il n'a convaincu qu'un petit 2,4 %.

Renseignement pris, le candidat, qui reconnaît modestement que son "intelligence est un obstacle" en politique, va redresser la situation en suivant l'avis de son conseiller Alain Sachs (metteur en scène de son état).
Le Maire doit en effet résoudre un problème de fond : doit-il mettre ou ne pas mettre… une cravate? D'après "Le Point", Sachs lui aurait dit à ce sujet : "Tu vas décider le matin ce qui est le moins pire pour toi".

La prochaine fois, tous les espoirs sont donc permis, et la république sera sauvée…

3.Posté par Gérard Jeanneau le 21/11/2016 21:57

Que Zozossi recopie le texte de Bruno Le Maire ou donne un lien. Pour le moment, les paroles de Zozossi font glouglou !

4.Posté par Pif le yinch le 22/11/2016 22:54

Il y a eu "Hector des mares", maintenant on a "Hectare des morts" ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 26 Septembre 2017 - 17:23 Thierry Robert, le roi du buzz à 2 balles

Mardi 26 Septembre 2017 - 15:55 Contrats aidés au Tampon : Le mépris des nantis