Economie

Vis ma vie: Le SGAR de la préfecture dans la peau d'un artisan

À l’occasion de la semaine de l’artisanat, les chambres de métiers mettent en avant les artisans en demandant à une personnalité de venir vivre la vie des artisans dans chaque région de France. Pour l’occasion, Loïc Armand a passé le tablier de fleuriste.


Vis ma vie: Le SGAR de la préfecture dans la peau d'un artisan
Loïc Armand, Secrétaire Général pour les Affaires Régionales (SGAR) de la préfecture aura réussi à composer un bouquet de fleurs, mais surtout à prendre le pouls du secteur.  "Ce n’est qu’une journée mais cela a été très utile. Ici en discutant avec Mme Garçonnet pendant plus d’une heure, j’ai pu la questionner sur les difficultés qu’elle rencontre, les points d’optimisme et on a pu discuter de la réalité de son métier", explique le sous-préfet de Saint-Pierre de 2013 à 2015.
 
Claudine Garçonnet est fleuriste et gérante de son propre magasin. Elle emploie quatre salariés dont deux ont fait leur apprentissage chez elle et sont là depuis plus de six ans. Elle accueille la démarche avec intérêt et n’hésite pas à soulever les réalités du terrain. "Au moins ils peuvent avoir une idée plus précise de notre métier. Après, ça reste un aperçu. Faisant un métier du luxe, notre secteur est le premier impacté. On est également confrontés à plusieurs problématiques, notamment la vente sauvage", déplore la fleuriste de la rue Jules Auber.
 
Quant à sa recette  pour garder la tête haute et traverser la crise, Claudine Garçonnet est sans équivoque : "le travail, le travail et le travail ! "
 
Bernard Picardo, président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat salue cette initiative. "L’état a son rôle à jouer dans le développement économique. Nous avons des chiffres encourageants pour l’artisanat à la Réunion. Ce sont 300 métiers à accompagner pour favoriser la reprise dans certains secteurs sur notre île".
 
Contrairement à certaines régions métropolitaines, à la Réunion les gens sont proches de leurs artisans. "Ils sont partout sur le territoire. On en connaît tous, on va chez son boulanger, son fleuriste, il y a un contact plus ou moins régulier" , conclut Loïc Armand.
Jeudi 17 Mars 2016 - 12:24
Laurence Gilibert
Lu 1020 fois




1.Posté par Eno2016 le 17/03/2016 12:41
Difficile de vire sa vie en étant "artisan" ...
Trop de contraintes et pas assez d'aides !

2.Posté par Marx le 17/03/2016 12:52
On est content de payer des impots pour payer les salaires de ce haut fonctionnaire ... si accaparé par sa mission si importante...

3.Posté par Pro No Stick le 17/03/2016 13:54 (depuis mobile)
Ce n'est pas le boulot du sgar de faire ce genre de fadaise..

4.Posté par ZembroKaf le 18/03/2016 13:54
après il pourra composer un bouquet pour sa femme !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales