Politique

Virapoullé : "Ne faites pas rentrer dans le fruit martiniquais le ver de la déstabilisation institutionnelle de Polynésie"

Après l'adoption en première lecture, par le Sénat, du projet de loi organique permettant la création d'une collectivité unique en Guyane et en Martinique, Jean-Paul Virapoullé a souhaité réaffirmé, avec force, "l'attachement de la Réunion à l'égalité institutionnelle avec la métropole". Voici le communiqué du sénateur de la Réunion.


Virapoullé : "Ne faites pas rentrer dans le fruit martiniquais le ver de la déstabilisation institutionnelle de Polynésie"

"A l’occasion de la discussion générale ce jeudi 12 mai du projet de loi créant une collectivité unique en Guyane et en Martinique, j’ai tenu à rappeler que l’immense majorité des Réunionnais demeure profondément attachée au statut départemental et régional, dans la stricte égalité institutionnelle avec la métropole.

C’est ce statut qui a permis la création pour nos compatriotes de droits et de libertés que nous envient les pays avoisinants. C’est également ce statut qui nous a permis d’acquérir les bases de notre richesse et de l’égalité sociale.

Les Martiniquais et les Guyanais ayant donné leur consentement pour la création d’une collectivité unique, je voterai en faveur de ce projet de loi mais j’ai tenu à faire remarquer au Gouvernement et à mes collègues sénateurs 2 points importants :

- D’une part, depuis la réforme constitutionnelle de 2008, l’article 48 de la Constitution permet l’adoption à l’Assemblée Nationale et au Sénat d’un nombre important de propositions de loi d’initiative parlementaire qui peuvent servir de véhicules aux adaptations nécessitées par nos spécificités ultramarines. Cet article vide donc de sa substance le processus d’habilitation par le Parlement de la fixation par les collectivités des règles applicables sur leur territoire, créé par la réforme constitutionnelle de 2003 (article 73), et qui ne s’applique pas à la Réunion grâce à l’amendement que j’ai fait adopter dans la Constitution.

- D’autre part, j’ai tenu à faire remarquer au Gouvernement que les Martiniquais n’avaient pas donné leur consentement pour la création d’une collectivité unique dont le mode d’organisation est foncièrement différent du modèle métropolitain. En effet le projet de loi prévoit qu’en Martinique sera créée une assemblée élue avec un Conseil exécutif responsable devant elle après adoption d’une motion de défiance.

Le texte qui est présenté aujourd’hui au Sénat me semble donc avoir outrepassé la volonté populaire et risque, comme en Polynésie, d’avoir des conséquences négatives à la stabilité institutionnelle.

"Ne faites pas rentrer dans le fruit martiniquais le ver de la déstabilisation institutionnelle de Polynésie".
Vendredi 13 Mai 2011 - 10:55
Lu 1691 fois




1.Posté par gros patrick le 13/05/2011 11:01
vira alé dormi dont ti fruteau su les 2 cantons la pli le vieux désiré avec ton fiston le peuple saint-andréen la baleye aou définitivement de la scène politique pou toute bonne millitant vira t croi nout maire ti fruteau t sa chapé mi pense mal au ventre zeute la du gagné le soir zéléctions

2.Posté par Ccondor le 13/05/2011 12:12
remarques pertinentes
où sont MMes PAYET et HOAREAU il est vrai que ce débat doit les dépasser

3.Posté par noe le 13/05/2011 11:29
Virapoullé a raison ...Le tsunami des Antilles ne doit pas atteindre la Réunion ...

Qu'on les laisse se débrouiller ! Ils l'ont voulu , ils l'ont gagné d'être mis "hors du Droit commun" ....

4.Posté par laluno le 13/05/2011 12:50
Qu'ils continuent aux Antilles ....Bientôt ils seront au même stade que Haïti..

5.Posté par Caton2 le 13/05/2011 14:04
Le pouvoir va être tellement envié, jalousé, que les pires coups bas sont possible. JPV à raison. La corruption sera encore plus facile, d'autant que la zone caraïbe regorge de trafics en tous genres, et d'îles hors la loi! Le temps des forbans va revenir. Un joli feuilleton en perspective. Pourquoi croyez-vous que Hayot investit à la Réunion?

6.Posté par bertel le 13/05/2011 18:00
bertel
"5.Posté par Caton2 le 13/05/2011 14:04
Le pouvoir va être tellement envié, jalousé, que les pires coups bas sont possible. JPV à raison. La corruption sera encore plus facile, d'autant que la zone caraïbe regorge de trafics en tous genres, et d'îles hors la loi! Le temps des forbans va revenir. Un joli feuilleton en perspective. Pourquoi croyez-vous que Hayot investit à la Réunion? "


Bien vu ! ... encore que... le temps de forbans... ou des délinquants en col blanc ... nous connaissons... au niveau national et régional.

Bertel de Vacoa

7.Posté par bertel le 13/05/2011 17:18
"5.Posté par Caton2 le 13/05/2011 14:04

Bien vu ! ...encore que le temps des forbans... transformés en délinquants en col blanc... nous connaissons déjà... et subissons... tant au niveau national que régional, départemental et communal...

Bertel de Vacoa

8.Posté par Tanbi le 13/05/2011 17:34
"C’est également ce statut qui nous a permis d’acquérir les bases de notre richesse et de l’égalité sociale."

Quelles richesses ? Celles des 50 % des réunionnais qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ? Celles des 110 000 illétrés ? Celles provenenant de l'assistanat que nous envie les mauriciens ?

Belle égalité sociale en effet !

9.Posté par P Collet le 13/05/2011 18:55
M Virapoullé montre une fois de plus qu'il fait son travail de parlementaire en étudiant à fond ses dossiers. Combien comme lui ?

Et comme presque toujours je trouve son analyse pertinente.
Il aurait peut-être pu se demander pourquoi 68% de la population n'a pas voté : communication insuffisante sur les enjeux du scrutin ? autre raison ? Sans doute a-t-il la réponse ...

Si une grande partie de ces 68% sont insatisfaits (plus les 30% des votants ayant dit "non") ils pourraient le manifester un jour autrement qu'avec un bulletin de vote. Il convient d'être circonspect afin de prendre des décisions en toute connaissance de cause.

10.Posté par lol le 13/05/2011 20:52
A retrouver dans Nouvel Obs
Les socialistes ont définitivement perdu leur boussole. A moins d’un an de l’élection présidentielle, ils en sont toujours à s’interroger sur la pertinence même de se préoccuper des classes populaires... La gauche de DSK ou de Ségolène n’est décidément plus celle de Jaurès. Nicolas Sarkozy l’avait compris bien avant eux.

Le dernier rapport de la fondation Terra Nova, proche du candidat non déclaré Dominique Strauss Kahn, est explicite : il propose un choix stratégique et électoral du PS en faveur de "l’élargissement (…) plus facile à faire en direction des classes moyennes" alors que "les classes populaires (…) ont davantage basculé vers la droite". En clair, il fait un pari : soit les classes populaires sont "acquises" à la gauche, soit elles basculent vers la droite, mais dans les deux cas, cela ne sert à rien, selon le PS, de perdre du temps à s’y intéresser.

Cet abandon des classes populaires se retrouve dans la (très) récente ébauche de programme du Parti socialiste, pour deux raisons.

D’abord, le coût exorbitant de leurs propositions pèsera sur le porte-monnaie des Français, y compris des plus modestes et des générations à venir. Par exemple, les 200 euros donnés aux familles pour que 3 millions de mineurs puissent partir en vacances est une proposition facile à faire, mais qui coûterait 600 millions d’euros par an, pour une utilisation bien théorique et peu pratique ! Côté dépenses, le PS regorge d’idées comme celle-ci. Inutile de préciser qu’il ne propose rien pour réduire la dette…

Ensuite, ces propositions maintiennent plus que jamais les plus défavorisés dans une situation de dépendance totale qui aliène sans garantir, à aucun moment, leur insertion dans le monde du travail ni leur participation active à la société. Les 300 000 emplois jeunes, vieille recette de 1997 (il y a 15 ans !), proposés de manière idéologique - et sans aucune logique (pourquoi 300 000 ?) - ne signifient en rien le retour à l’emploi durable.

Renouer avec la République du travail et du mérite

Aujourd'hui, les Français - qu'ils viennent de classes moyennes ou populaires, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes - n'attendent pas qu’on crée des allocations supplémentaires ou des emplois assistés à court terme. La seule et légitime attente de chacun est d’être reconnu selon son travail, ses compétences et son mérite et, ainsi, de ne plus être assisté et maintenu sous des plafonds de verre infranchissables. Là est le devoir et l’objectif des politiques publiques : revaloriser cette société de la mobilité et de l’ascenseur social fondée sur le travail individuel, seul gage de dignité et d’espoir.

C’est parce que nous croyons en chaque individu que nous faisons en sorte, avec le RSA par exemple, que les revenus du travail soient supérieurs à ceux de l’assistance. C’est parce que nous croyons au travail et à l’excellence pour chacun, dans tous les domaines, que le gouvernement renforce jour après jour l’accompagnement individualisé à l’école, les filières professionnelles et l’alternance, le soutien aux meilleurs élèves par les internats d’excellence ou l’accession des boursiers aux classes préparatoires, ou encore l’auto-entrepreneuriat.

C’est enfin parce que nous voulons concentrer davantage les moyens sur les plus défavorisés que le gouvernement a permis un service minimum en cas de grève, le relèvement du minimum vieillesse, l’indexation du montant des allocations familiales sur l’inflation, la création d’un dixième mois de bourses ou les bourses au mérite.

Face à cette vision d’un individu libre et responsable, les bribes de propositions de la gauche ne surprennent pas : il y a longtemps qu’elle a abandonné toute ambition pour les classes populaires, qu’elle regarde de haut, ainsi que les classes moyennes auxquelles elle ne propose que l’immobilisme. Le simple fait que le PS puisse songer à abandonner certains électorats au profit d’autres prouve bien qu’il n’a rien à proposer ni même qu’il ne sait à quelles valeurs se rattacher.

11.Posté par Anti cons et connes le 13/05/2011 21:00
Monsieur Virapoisson :
Ne faites pas entrer le vers de la malhonnêteté des politiciens dans le fruit des entreprises réunionnaises.
Par exemple dans l'affaire de l'attribution des quotas de légine à l'entreprise franco-mauricienne de votre fils.
Arrêtez de nous prendre pour des cons.

12.Posté par un martiniquai le 14/05/2011 13:21
Enfin, la vérité, la métropole a su tranchet. L'ile de la reunion na pas de production viable, avec plus de 50% de la population inactif, comment voulez vous faire face aux antillais. Vous nous critiquer beaucoup nous les antillais, mais nous au moin ont es productif, avec de vrai investisseurs. Vous étes des assister avec un pourcentage de métropolitain sur votre département qui vous commande, et qui vous font passer pour des imbéciles. Ragisser BORDEL, arréter l'ésclavage c'est fini.

13.Posté par ndldlp le 14/05/2011 21:09
au fil de l'eau

je cite :

"C’est ce statut qui a permis la création pour nos compatriotes de droits et de libertés que nous envient les pays avoisinants"

en quoi le droit français doit il être mis en avant vis à vis d'autres législations nationales environnantes ..? Le statut départemental obtenu, l'a t il été en mettant en avant ses avantages, le statut départemental français à l'époque a t il été comparé à d'autres statuts de pays de la zone, et le choix a t il été donné à l'époque aux réunionnais, de choisir par exemple entre un "rattachement" à la France et une alternative..?

je cite
C’est également ce statut qui nous a permis d’acquérir les bases de notre richesse et de l’égalité sociale.

Les bases de la richesse à la Réunion, ne sont pas liés au statut de département français.
Ce serait faire injure à JPV que de rappeler les fortunes faites dans l'agriculture bien avant le statut de département..

D'ailleurs, bien malin celui qui pourrait dire l'origine de la richesse de la Réunion.. de quelle richesse d'ailleurs s'agit il ? patrimoniale pécuniaire, patrimoniale culturelle..? Pour l'égalité sociale, faut tout de même pas oublier que cette égalité a été obtenue bien des décennies après la départementalisation, sans que les partisans de Debré ne s'en émeuvent...

je cite

"l’article 48 de la Constitution permet l’adoption à l’Assemblée Nationale et au Sénat d’un nombre important de propositions de loi d’initiative parlementaire qui peuvent servir de véhicules aux adaptations nécessitées par nos spécificités ultramarines"

je ne boude pas mon plaisir de solliciter l'équipe des journalistes de zinfos, sinon l'attaché parlementaire de JPV, afin que ceux ci ou celui-là, nous indiquent les initiatives de JPV sur la base de cet article, et les éventuels initiatives d'autres parlementaires réunionnais sur ce principe.

allez..http://www.senat.fr/propositions-de-loi/virapoulle_jean_paul01010f.html
propositions de loi dont JPV est l'auteur
2009 / 2010 : PROPOSITION DE LOI relative à la création dans les départements d'outre-mer d'une majoration régionale spécifique de retraite
2008/2009 : PROPOSITION DE LOI portant encadrement des prix de cent produits de première nécessité dans les départements d'outre-mer
2006/2007 : PROPOSITION DE LOI visant à créer un Observatoire des pratiques du commerce international et de la mondialisation

voilà..3 propositions de loi depuis 2001...dont certaines hautement profitables directement pour la Réunion.. chacun jugera.

14.Posté par ndldlp le 14/05/2011 21:11
et pour finir :

Cet article vide donc de sa substance le processus d’habilitation par le Parlement de la fixation par les collectivités des règles applicables sur leur territoire, créé par la réforme constitutionnelle de 2003 (article 73), et qui ne s’applique pas à la Réunion grâce à l’amendement que j’ai fait adopter dans la Constitution.

c'est bien là tout ce que certains dont moi vous reproche, monsieur le sénateur. un ancrage stupide.

15.Posté par UN GENTIL MARTINIQUAIS le 19/06/2011 06:56
Je tiens à rappeler aux réunionnais qui critiquent les antillais que le DOM le plus développé est la Martinique avec un PIB par habitant de 20 000 €, suivi de près par la Guadeloupe.
La Martinique est le seul DOM à sortir du programme convergence de l'union européenne qui aide les régions les plus pauvres donc "laluno" qui nous prédit un avenir comme Haïti, est mal renseigné.

En ce qui concerne Mr HAYOT, il n'investit à la Réunion que pour remplir ses poches et non pas parceque la Martinique n'est plus "rentable"ou corrompue. Aussi notre économie ne s'appuie pas seulement sur Le groupe Hayot, la Martinique compte plusieurs autre grands groupe : Groupe Monplaisir, Groupe Elizé... ainsi qu'un tissu de PME performantes.

Je rappelle que l'industrie est en pleine expansion en Martinique et je ne parle pas de rhum mais de pétrochimie, parachimie, métallurgie, énergie, agroalimentaire et beaucoup de nos produits sont exportés aux USA et dans la Caraïbe. Le carburant distribué en Martinique est produit en Martinique. Notre industrie couvre toute la palette de produits de consommation possible: produits surgelés, nettoyants, boissons, cosmétiques... La Réunion en fait-elle autant?

Côté tourisme, le secteur de la plaisance est en plein boom et beaucoup de millionnaires russes et américains ont décidé de choisir la Martinique comme port d'attache pour leurs yachts.
Beaucoup de grands projets sont en cours de réalisation en Martinique : un quartier d'affaire international (dont la construction est presque finie), un réseau de tramway, un technopôle, des nouveaux quartiers, un hotel Marriot 4 étoiles et un hotel Novotel ( les 2 intégrés au quartier d'affaire international)...

J'informe ceux qui critiquent notre changement de statut, que les régions européennes qui réussissent sont celles qui ont une certaine autonomie. La France est le dernier Etat centralisateur d'Europe ce qui n'a aucun sens. On ne se développe pas en prônant l'immobilisme, la Martinique bouge et a décidé de prendre plus de décisions au niveau local car contrairement à certains réunionnais, on veut sortir de la logique d'assistanat, notre Etat n'a pas à être une vache à lait pour les DOM.

Donc la réalité des Antilles et particulièrement de la Martinique, n'est pas celle qu'on montre au 20h de TF1.

16.Posté par UN GENTIL MARTINIQUAIS le 19/06/2011 20:40
Je tiens à dire à "noe" que la Martinique et la Guyane ne seront pas "hors du droit commun" car c'est toujours l'article 73 de la constitution qui sera en vigueur dans ces 2 départements et cela comme tous les départements de France.
Ce qui change c'est qu'il n'y aura plus de Conseil Régional et de Conseil Général car les 2 vont fusionner, ce qui est plus logique vu que les 2 géraient le même territoire, donc la gestion de la Martinique va être facilitée.
La Martinique sera toujours un département et une région, mais sera géré par une seule assemblée et pas 2, ce qui est profitable pour la gestion de notre développement.
Les conseillers généraux et régionaux vont être remplacés par des conseillers territoriaux, ce qui sera le cas aussi pour tous les départements et toutes les régions françaises en 2014.

Alors j'invite certains à mieux se renseigner avant de déblatérer bêtement des inepties.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales