Faits-divers

Violent, hypocrite, lâche : "Allez directement en prison !"


Violent, hypocrite, lâche : "Allez directement en prison !"
Au Monopoly, ce tricheur ne passerait plus par la case départ : trop habitué des prétoires, il est arrivé menotté et est reparti de même. Il faut dire que le sieur Dejean y met du sien et que ce n’est pas la première fois.
 
Pour le coup, il a fait fort avec pas moins de trois affaires sur le dos, mais des affaires à volets multiples. Qu’on en juge un peu :
 
Violences aggravées en récidive sur son ex-concubine ; outrages à agent et rébellion ; vols aggravés ; ébriété manifeste ; menaces de mort avec arme ; cavale ; dégradations immobilières ; coups et blessures volontaires (sa concubine a eu le nez fracturé dans un des tabassages dont cette malheureuse était l’habituelle victime) ; menaces sur sa propre gamine ; violences avec arme encore (en l’occurrence, une chope de bière cassée sur le comptoir) ;  guet apens et violences en réunion ; vols ; conduite sans permis mais avec charrette… Excusez du peu.
 
Pour faire bref, l’individu Dejean a la coutume charmante de prouver son amour à ses concubines en les battant comme plâtre quand il a picolé. Ce qui lui arrive souvent. Enfin, ça lui arrivait parce que maintenant, au gnouf… Il les menace également de mort et pour prouver le sérieux de ses propos, menace aussi l’enfant en bas âge.
 
Hypocrite (faut voir ses airs de premier communiant à la barre), il dit regretter.
 
"Oui, acquiescent la présidente et le procureur, vous regrettez mais ce n’est pas la première fois. Quand est-ce que vous allez comprendre ?" Excellente question…
 
Dans la seconde affaire, bonhomme était encore beurré comme un coing quand, dans un bar, il a "cru" qu’on le défiait et a "entendu" le claquement d’un cran d’arrêt. Lequel n’a jamais été vu par personne. Qu’importe ! Il fracasse sa énième chope sur le comptoir et, des tessons, en porte un violent coup à la tête de son supposé adversaire. Les blessures sont impressionnantes ; la carotide y a été d’un cheveu et cela aurait pu plus mal finir.
 
Troisième volet, la jalousie sexuelle. Ce tyran domestique, qui vit en concubinage, a aussi une maîtresse mais n’admet pas que celle-ci jouisse des mêmes libertés extra conjugales que lui-même. Violent, hypocrite, lâche, macho de surcroît !
 
Il soupçonne qu’un ami a une relation avec sa maîtresse et, sans preuve autre que celles de son esprit malade, décide de punir l’outrecuidant. Il lui fixe un rendez-vous de nuit, dans un endroit désert et, aidé par un copain, l’affidé Lorion, massacre joyeusement le soi-disant concurrent amoureux. Puis les deux lâches le dépouillent de ses vêtements, de ses bijoux, de son téléphone.
 
C’est tout pour cette fois.
 
Compassion évidente de la cour et de l’auditoire quand le jeune Me Nassar se lança dans ce qui relevait de "Mission Impossible". Il a en l’occurrence plaidé la seule chose possible : "Il faut l’aider à se guérir de cette frénésie de violence dont parle monsieur le procureur. Sinon, on le reverra encore et encore ici… ou aux assises !"
 
Message compris : 30 mois ferme de rabe pour Dejean et 10 mois avec sursis pour son complice. Avec l’accumulation des peines antérieures, cela fait encore quelques années à tirer pour ce sinistre personnage. Mais plus tard ?...
Vendredi 13 Décembre 2013 - 11:44
Lu 3388 fois




1.Posté par LF le 13/12/2013 15:56
Haut et court, cette vermine n'a pas lieu d'être... mais c'est vrai que les "humanistes" vont nous sortir un discours alambiqué comme quoi ce n'est pas de leur faute et qu'il faut les pardonner...
Pendant ce temps cabris y manze salade, femm lé tabassé et y continue encore et encore...

2.Posté par Daoud le 14/12/2013 07:36
Je comprend ta réaction LF, mais c'est pas possible. Pourquoi ne pas faire d'un tel abrutis un serviteur de la collectivité, par le biais d'un programme de réinsertion il serait UTILISÉ pour faire les sales boulots et par la même dédommager ces victimes.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:56 Un homme chute en bas de la Rivière des Remparts

Mardi 6 Décembre 2016 - 08:05 Le bébé maltraité a succombé à ses blessures

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales