Faits-divers

Violent, arrogant, m’as-tu-vu, le faux caïd de Bois-d’Olive reste en prison

Correctionnelle Sud


S’il prétend vouloir changer de vie, Mickaël Kéraldy ne fait rien pour accréditer ses dires. En fait, avant même que son affaire ne soit examinée, ce faux caïd prouve qu’il tient à son statut de terreur du quartier.

Arrogant, ricaneur, roulant des mécaniques entre les gendarmes qui le serrent de près, parlant haut malgré leurs avertissements, il tire manifestement parti de sa haute stature et de ses biceps.

A Bois-d’Olive chez sa mère où il résidait, il profitait largement de sa violence affichée pour faire régner l’insécurité, insulter ceux dont le portrait ne lui revenaient pas, mettre la musique à fond nuit et jour.

Il en profitait aussi pour recevoir des potes aussi généreux que lui-même, infestant les escaliers de son immeuble, causant et riant jusqu’à plus d’heure, crachant sur les rambardes et semant leurs papiers gras, barquettes vides et canettes partout.

Jusqu’à ce qu’un de ses malheureux voisins, âgé, de petite taille, fasse circuler une pétition contre le fâcheux. Une pétition largement et vite remplie. Il n’en fallut pas plus pour que ça démarre. Comment ! On osait contester sa personne ? Mettre en cause son droit divin à emmerder le monde ?

Les menaces de violences puis de mort se sont mises à pleuvoir sur l’iconoclaste. Cela se passait entre deux séjours en prison du grossier personnage. Pour tenter de calmer le jeu, une entrevue fut décidée chez le conciliateur de justice désigné par le procureur de Saint-Pierre. Las ! Trouvant que le médiateur prenait le parti de son contradicteur (ce qui a été formellement nié à l’audience), le violent se met à insulter le pétitionnaire et, sans demander son reste, s’en va en claquant la porte. Hop !

Vols, violences, destructions…

Cela se passait entre deux séjours à l’ombre, ce qui explique que notre héros des caros patates comparaissait menotté, une fois de plus. C’est que son CV judiciaire est chargé, à ce Jesse James en savates deux doigts ! Plus d’une vingtaine de condamnations dont les premières prononcées par le tribunal pour enfants.

Vols divers, extorsions, vols aggravés, destruction de bien public, violences diverses, évasion, conduite sans permis, délit de fuite (courageux, le mec !), outrages à l’autorité, on en passe et des moins saumâtres.

Pourquoi il a menacé un vieux, affaibli par l’âge et la maladie ? Rien de plus simple :"Mi veux i laisse à moin fé ça que mi veux… Mi veux i laisse mon famille tranquille… Ca in l’hypocrite, ça ; moin la connu navé in pétition quand moin lété en prison…"

A noter qu’une ordonnance lui intimant de changer de résidence n’y a rien fait. S’il a déménagé de Bois-d’Olive à La Ravine (1 kilomètre à vol d’oiseau), son comportement n’a pas changé d’un iota.

"Ma règle out’ compte, moin !"

L’indésirable s’est sévèrement fait assaisonner par Me Vanessa Séroc, partie civile, qui a insisté sur le fait que les violences et exactions diverses durent depuis 7 ans. Mettant en avant le fait que le caïd fait école puisque son frère est poursuivi pour violences contre la même victime, qu’il a menacé de lui "régler son compte" à sa sortie, et qui ne sort plus de son appartement.

Cela fera 4 mois fermes de plus, avec interdiction de s’approcher de sa victime et quelque 1.850 euros d’amendes et dommages-et-intérêts divers. Il est reparti entre ses gendarmes, toujours aussi faraud et ricaneur, même si selon nos informations, en prison, il la ramène moins face aux vrais caïds...
Vendredi 3 Juillet 2015 - 11:11
Jules Benard
Lu 3022 fois




1.Posté par gros kafrine le 03/07/2015 12:36
Bravo jule c'est bien résumé parc contre se sale type est irrécupérable au moin en prison les détenus vont le recadrer vus qu,il la ramene moin se sale type est fort avec les plus faibles et face a un mec costaud j'aimerais bien voir s'il réagirait pareil

2.Posté par ZAN le 03/07/2015 14:48
"selon nos informations, en prison, il la ramène moins face aux vrais caïds"
la dessu i fo nou en dir + !!!!
pour que l'article soit plus marrant

3.Posté par moin la di le 03/07/2015 16:07
Bravo Mr Bénard pour avoir relaté avec les mots justes cette triste histoire qui à mon gout a tendence à se répéter alors avec ce récit :
" Plus d’une vingtaine de condamnations dont les premières prononcées par le tribunal pour enfants.
Vols divers, extorsions, vols aggravés, destruction de bien public, violences diverses, évasion, conduite sans permis, délit de fuite (courageux, le mec !), outrages à l’autorité, on en passe et des moins saumâtres" (sic)
MI COMPREND PAS nana un pou explique à moin ? pourquoi que la société n'a pas de réponse pour ce genre énergumène ...est ce une volonté politique ? faut il donner plus de pouvoir aux gendarmes et policiers pour régler ce fléau en amont ? avec moins de procédures ? faut il attendre La Marine Nationale ? les questions restent sans réponse alors j'attends même une réponse de Noé

4.Posté par Michayle le 03/07/2015 17:09
très bien écrit , même si la réalité des faits et le coupable sont pitoyables.Et sa famille, qu'en pense-t-elle ?

5.Posté par Caffreman le 03/07/2015 18:17
Ici à Maurice on dis que certains prisonniers doivent ramasser des savonnetes tomber par terre dans les salles de bains communes,je ne sais pas pourquoi ...

6.Posté par Ange le 03/07/2015 22:11
Je deteste te lire. D'ailleurs je te lis pas . Même pas une ligne. Rien tu sais. J'aime rien te lire

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 08:55 Quatre blessés graves en cette fin de week-end

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales