Société

Violences faites aux femmes : Une semaine de rencontres entre élus et professionnels

Ce matin, l'ORVIFF (Observatoire réunionnais des violences faites aux femmes) s'est réuni en préfecture en présence de la coordinatrice nationale de la MIPROF (Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains), Ernestine Ronai. Une semaine de rencontres entre professionnels et élus pour renforcer la lutte contre les violences faites aux femmes.


Violences faites aux femmes : Une semaine de rencontres entre élus et professionnels
Les chiffres parlent d'eux-mêmes. A la Réunion, 1.600 plaintes ont été déposées en 2012, soit quatre par jour. En tout, 1.200 affaires sont enregistrées au tribunal et 140 mesures d'éviction de conjoint violent du domicile conjugal ont été prononcées. "Un contexte local préoccupant", fait remarquer l'ORVIFF.

Ce matin, l'observatoire s'est réuni à la préfecture en présence d'Ernestine Ronai, coordinatrice nationale de la MIPROF. Créée en janvier 2013 sous l'impulsion de la ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, cette mission a pour objectif de contribuer à la mise en oeuvre des objectifs de la politique de lutte contre les violences faites aux femmes.

La MIPROF part d'un constat, le manque de données suffisantes sur cette problématique sociétale. "Les données sur les violences faites aux femmes sont aujourd’hui insuffisantes, parce que les outils statistiques ne sont pas optimisés et parce que les enquêtes nécessaires n’ont pas été commandées. La MIPROF a pour missions le recueil, l’analyse et la restitution des informations relatives aux violences faites aux femmes", explique la Préfecture dans son communiqué.

Ernestine Ronai est reconnue comme étant une "experte" sur la question de la lutte contre les violences faites aux femmes. En 2002, elle devient chargée de mission pour la mise en place de l'Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de Seine-Saint-Denis. Premier observatoire départemental en France, il est élaboré sur une base originale, celle de rendre visible les violences et d’observer les réponses apportées par les différentes structures pour faire reculer les violences faites aux femmes.

Présente à la Réunion, Ernestine Ronnai ira à la rencontre des élus et professionnels toute cette semaine.
Lundi 2 Juin 2014 - 15:45
Lu 659 fois




1.Posté par noe le 02/06/2014 16:53
Du cinéma comme d'habitude !
Les plaintes ne sont pas prises dans les postes de police et de gendarmerie ...il faut que les femmes présentent "patte blanche" ...
Souvent on considère que les femmes qui reçoivent des coups ...les ont cherchés !
Pays de machos !
Les tribunaux ne font que des pièces de théâtre pour canards boiteux !

2.Posté par àtweetter le 03/06/2014 15:06
Vaste campagne de séduction hypocrite par Mme Ernestine Ronai
Après Mme Najat Vallaud Belckacem ministre des droits de la femme et Mme George Pau Langevin ministre des outre-mers qui ont lancé il y a peu un appel à projets du fond d’expérimentation pour la jeunesse où « il s’agit de sensibiliser les acteurs locaux, collectivités, associations, pour mettre en place des actions nouvelles de lutte contre l’action des inégalités et d’agir sur les pratiques professionnelles et sur les représentations des jeunes pour mieux prévenir le violences faites aux femmes », une nouvelle vague de campagne de séduction tout aussi hypocrite s’effectue ce jour à la Réunion au travers de Mme Ernestine Ronai, coordinatrice nationale de la MIPROF (Mission Interministérielle pour la Protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains), qui aussi a pour objectif de contribuer à la mise en oeuvre des objectifs de la politique de lutte contre les violences faites aux femmes.
Vaste campagne de séduction hypocrite tant les casseroles accumulées par les instances institutionnelles à la Réunion (autant par la magistrature que le monde politique), résonnent depuis des lustres au fin fond de l’univers. ( on ne citera pas de nom pour que personne ne se sente responsable)
Donc faire croire aux hommes réunionnais qu’ils sont plus infantiles qu’ailleurs, et qu’ils seraient les seuls responsables des violences faites aux femmes, il n’y a qu’un pas. Et la diversion politique et la manipulation sont magistrales. La population de femmes réunionnaises est plus importante en nombre que celle des hommes, donc une manne potentiellement manipulable, où il suffira de trouver la bonne entrée, la bonne doses de mesures aussi indécentes les unes que les autres pour endormir les non averti( e)s et les monter les uns contre les autres.
Un exemple de casserole qui mérite un tweet en réponse à cette campagne :un homme divorcé signe une autorisation de sortie du territoire pour ses enfants. Alzheimer qui s’ignore, il porte plainte pour non présentation d’enfants. UNE vice-procureure, Mme .. dégaine un rappel à la loi à l’encontre de la mère de manière irrévocable. La plainte est pourtant reconnue diffamatoire par une juge d’instruction et au commissariat. La vice procureure, n’est pas sanctionnée. Le délinquant a récidivé et n’a jamais été inquiété. Les procureurs informés n’ont pas plus bougé jusqu’à ce jour. Certaines des personnalités avec qui elle discute en préfecture, n’ont pas bougé non plus. Qu’en dit Mme Ernestine Ronai ? Qui du coup devient aussi une complice à l’insu de son plein gré de tous les supplices infligés par les institutions locales aux citoyens.
Les violences faites aux femmes par les hommes, si dans la chair, on en souffre, car j’en suis une également, elle n’est rien à côté des souffrances psychologiques et morales infligées par les institutions ( magistrature, politique et autres) peu soucieuse du citoyen dont elles sont supposées en prendre soin. Etrange paradoxe ! Les condamnations de faits divers dont se fait la presse pour nourrir le voyeurisme est encore un jeu pervers de com dont nul ne tient les rennes.
Cette dame, dont les efforts sont louables devraient comme ses collègues gouvernementales s’informer des mœurs locales ( véritable panier à crabes) avant de mettre sa crédibilité en jeu.
CQFD

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 09:00 Les Avirons: Le noël magique des micro-crèches

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales