Faits-divers

Violences contre une handicapée : Deux ans de prison pour le prévenu


Violences contre une handicapée : Deux ans de prison pour le prévenu
Au tribunal correctionnel de Saint-Pierre n'était présente que la victime, entourée de ses tuteurs, hier. Cette femme d'une quarantaine d'années a vécu un calvaire pendant plus d'un an. Cette habitante de Saint-Joseph souffre d'un important retard mental, elle est d'ailleurs "sous curatelle renforcée depuis 1998", indique le Jir. Début 2010, elle rencontre un homme, Guibert. "Je cherchais un homme qui me respecte. Je me suis dit, c'est peut-être lui", raconte la femme à la barre.

Elle reçoit des coups tous les jours

Mais l'homme, un SDF, en profite. Il l'a affirmé lors d'une audition des enquêteurs, il a "joué de sa naïveté" pour s'offrir un toit gratis. Les premières semaines, tout se passe bien pour le couple. Mais Guibert se met ensuite à la frapper chaque jour. Puis, selon la victime, l'homme la violait régulièrement et l'a ensuite forcée à avoir des relations sexuelles avec d'autres personnes, contre de l'argent. Mais ces crimes sexuels n'ont pas été retenus par l'instruction. L'homme a donc simplement été jugé pour violences sur personne vulnérable.

Guibert n'a reconnu que deux gifles devant les enquêteurs : "Je la giflais pour lui remettre les neurones en place", s'est-il justifié, visiblement sans le moindre regret. Le tribunal a condamné Guibert à 2 ans de prison ferme et le malfrat devra verser 3.000 euros à sa victime. Absent de son procès, le prévenu fait l'objet d'un mandat d'arrêt.
Vendredi 8 Juin 2012 - 07:28
Lu 757 fois




1.Posté par Gajik le 08/06/2012 09:01
"je la giflais pour lui remettre les neurones en place" ... Cà me rappelle un autre histoire " d'amour " dont j'ai été témoin il y a une dizaine d'année :

Un homme suit sa femme en cachette, car elle a quitté le domicile conjugal avec ses filles suite à des menaces. Il la rattrape dans le couloir d'une administration où elle se rend.

Il s'approche d'elle et lui envoie deux calottes d'une violence absolue, en vociférant à chaque calotte : putain, JE T'AIME CAROLE, JE T'AIME ! (Carole, nom d'emprunt)

Je me souviendrai toujours de ces mots JE T'AIME et surtout de leur parfaite synchronisation avec les deux gifles.

C'est çà que certains hommes appellent "aimer". Un "amour" possession qui nie totalement la volonté de l'autre. Le fusionnel avec sa maman passe directement, devenu soit disant "adulte" de cette fusion à la fusion avec un femme. Il s'identifie à un fils pour cette femme qu'il voit comme il voit sa mère. Il devient, non pas le mari, mais l'enfant de cette femme. C'est là le noeud pour tout comprendre.

Si la femme refuse cette relation exclusive et menaçante et menace à son tour de le quitter, il entend de l'ABANDONNER, il pète les plombs. Car une mère n'abandonne pas son enfant. C'est immoral.

Je dis souvent que si le bébé avait une mitraillette en mains, il tirerait à vue sur celui ou celle qui lui retirerait son biberon ou refuserait de le tirer du berceau pour le prendre dans les bras.

L'idée de Jean-Jacques Rousseau qui prétend que l'homme naitrait bon et devient méchant ensuite est une absurdité totale : l'homme nait égoïste (mignon, ok, mais un sacré égoïste) et tout le travail de l'éducation est de l'ouvrir au respect de l'autre. Un chemin que certains ne font JAMAIS, élevés par leur mère dans la fusion et l'encouragement à rester immature pour se le garder pour elle. La responsabilité des mères célibataires (ou toutes puissantes, non castrées symboliquement) est totale dans ces ratées d'éducation

C'est tout un apprentissage d'abandonner l'amour enfantin, possessif et souvent aux mains crochues, vers l'amour adulte, qui garde les mains ouvertes. Il y en a qui ne l'ont jamais fait.

Voilà ce que cet article m'a inspiré. C'est quand même presque amusant cette phrase : "remettre les neurones en place". D'une affligeante naïveté, pour qu'il puisse dire çà devant des magistrats, c'est qu'il le pense vraiment. Il a l'inconscient à fleur de peau ce "sdf" et il aurait aussi besoin d'aide pour remettre en place ses propres neurones !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales