Social

Violences conjugales : Mise en place du dispositif "Téléphone Grave Danger" le 9 juin


Le Téléphone Grave Danger (TGD) se concrétise. Un partenariat va être signé le 9 juin prochain entre les présidents des conseils régional et départemental, le directeur d'Orange, les présidents du réseau VIF et l'association réunionnaise pour l'aide juridique aux familles et aux victimes (ARAJUFA), pour la mise en place de ce dispositif destiné aux femmes victimes d'actes de violences.

Ce dispositif, dont le budget prévisionnel est de 45.000 euros (répartis entre le conseil départemental, le conseil régional et l'État), est accordé par le procureur de la République après une évaluation du danger encouru par la femme de victime de violences.  

Il "permet de garantir à la victime une intervention rapide des forces de sécurité, en cas de grave danger et donc avant la commission de nouveaux faits", comme expliqué par le ministère du Droit des femmes sur son site internet.

La Réunion disposera de 15 téléphones, plaçant le département au dessus de la moyenne nationale.
Mercredi 3 Juin 2015 - 17:26
.
Lu 1497 fois




1.Posté par noe le 03/06/2015 19:29
Du cinéma de mauvais goût !
Les corbeaux en soutane noir des prétoires laissent faire !
Ils libèrent souvent les cogneurs-tabasseurs-violenteurs et violeurs des femmes fragiles ... en se disant qu'elles ont cherché leur baisement !

2.Posté par caniardland le 03/06/2015 22:48
faut pas exagerer si tout ce temps la y avait pas de dispositif c'est que justement la reun fait figyre d'exemple,ici on bosse,on ne compte pas sur les aides de l'état et on voit avec modération.....la reun y fé pitié

3.Posté par david Vincent le 03/06/2015 23:46
Téléphone Grave Danger , c'est quoi encore cette Couillonnade de Socialauds . A mon avis il y a autrement plus grave que les femmes victimes de violence , à savoir les enfants qui sont sans défense et entièrement victimes puisqu'ils n'ont pas demandé à être dans la situation dans laquelle on les a mis , ne méritent pas et ne sont pas dans la possibilité de s'enfuir . A noter quoi que l'on que l'on dise ,la grande majorité de criminels d'enfants , ce sont pas " les" mais certaines" mères " par le moyen principalement de l' IVG ( Infanticide Volontaire Généralisée ) avec la complicité de l'Etat criminel et des " Médecins de la Mort " exécutants .Toutes les femmes ne sont pas ainsi , heureusement sinon , personne ne serait là pour témoigner . Et pour ces enfants que l'on assassine ou que l'on maltraite , à quand le Téléphone Gravissime Danger ? C'est vrai que là aussi , les quelques survivants ne sont pas aptes à revendiquer ou à manifester .Et les hommes qui sont victimes de violence ? Bien entendu la condition de quelques femmes prime sur celle des animaux soumis aux " CAMPS DE CONCENTRATION , DE TORTURE ET D'EXTERMINATION " !

4.Posté par Zorro le 04/06/2015 12:02
Et les hommes victimes de violences conjugales?
Ils n'ont droit à rien?
Même si l'on compte "seulement" 1 homme pour 4 femmes tués dans ce type de violence, doit-on pour autant oublier que "les" femmes peuvent aussi être violentes?
"La femme est une blanche et innocente colombe, victime de l'homme vil, coupable et brutal"
Tant que le discours ambiant restera bloqué sur ce type de préjugé stupide, la société n'avancera pas d'un millimètre.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales