Société

Village fraternel à Ste-Marie: Avoir un autre regard sur le handicap


Village fraternel à Ste-Marie: Avoir un autre regard sur le handicap
Toute cette journée s'est tenue le "Village Fraternel", à Sainte-Marie, organisé par la Ligue de l'enseignement, en association avec la Ville de Saint-Marie. Un village qui fait suite à la tenue de la semaine de l'Education contre le racisme dans les différentes écoles de la Réunion. Un village avec pour principal objectif, la lutte contre le racisme, mais également contre toute forme de discrimination.

Le handicap, quel que soit sa nature, fait partie de ces formes de discrimination qui sclérosent notre société. "Aujourd'hui il est trop tard pour nous éduquer, nous les adultes. Mais il faut le faire pour cette génération d'enfant, le futur de notre société", explique Olivier Lesfritz, trésorier de la Ligue de l'enseignement. Et pour "éduquer" les marmailles, différents stands étaient présents pour informer les enfants sur les discriminations à travers des jeux ou des ateliers. "Par exemple, on a disposé un parcours jonchés d'obstacles à faire en fauteuil roulant pour que les enfants se rendent vraiment compte de la difficulté de déplacement", souligne-t-il.

Des cartes postales pour fraterniser

Dans le cadre de la semaine d’Éducation contre le racisme, la fédération réunionnaise de la Ligue de l’enseignement a relayé l’opération nationale "Jouons la carte de la fraternité". "En tout huit cartes postales avec des photos ont été sélectionnées par un comité de pilotage national. Elles ont été proposées aux classes, qui après un travail de lecture et de commentaire d’images avec leurs enseignants et animateurs, se sont exprimées sur le racisme, les discriminations", explique Olivier Lesfritz.

Les élèves ont écrit un message de fraternité qu’ils ont envoyé à une adresse tirée au hasard dans l’annuaire. Un volet réponse sur la carte permet à celle ou celui qui la reçoit d’écrire à son tour un message de fraternité. "Les messages sont des questions qui portent sur le racisme ou bien le handicap ?", précise-t-il.

Associé au festival, la troupe Race Tapage, composée de personnes souffrantes de handicap, s'est produite sur la scène aménagée à l'occasion du festival. Un vrai moment de bonheur et d'épanouissement pour ces personnes trop souvent montrées du doigt en société. "Le groupe existe depuis deux ans et se compose de chanteurs, danseurs et musiciens", expliquent les encadrants du groupe, Nicole, Fernande, Olivier et Jean. Une troupe qui a vu le jour après un long travail en atelier. "On a vu qu'ils étaient tous capables de jouer, chanter ou encore danser. Il y avait un véritable potentiel", expliquent-ils.

"Cela me procure le plaisir de joueur et je ressens surtout la présence de mes petits camarades, qui m'aident sur la gestion de mes émotions", explique Véronique, chanteuse dans le groupe et déficiente visuel. Un peu plus loin, Aurélie, atteinte de la trisomie 21, est ravie de sa prestation. "Je veux donner aux gens, au public, le bonheur, le meilleur et partager le plaisir. J'ai donné le meilleur de moi-même", explique-t-elle.

Une vraie leçon de vie où le handicap est mis de côté le temps d'un spectacle.

Mercredi 21 Mars 2012 - 17:03
Lu 1366 fois




1.Posté par noe le 22/03/2012 06:17
Le handicap est une affaire de coeur , une affaire de tous , une affaire de solidarité ....
Il ne doit pas être regardé comme un jouet ....
N'importe qui d'entre nous peut devenir "handicapé" d'un moment à l'autre : accident , AVC , crise cardiaque , chute , goûtteux ....

Ayons un regard de fraternité , d'amour , envers tous nos semblables !
Ne nous laissons pas emporter par nos émotions !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales