Société

"Victime d’un mariage gris, on me traite comme un coupable"

O.P. a vu son rêve tourner au cauchemar. Le quadragénaire, certain d’être victime d’un mariage gris, s’indigne d’être traité comme un coupable. Alors qu'il dénonce une grande manipulation, il regrette que son épouse ait été crue sur paroles.


L'homme espère pouvoir faire annuler le mariage
L'homme espère pouvoir faire annuler le mariage
Démoli psychologiquement,  physiquement et financièrement. C’est ainsi que se décrit O.P., certain aujourd’hui d’avoir été victime d’un mariage gris. Comprendre par là un mariage dans lequel il s’est fait duper, sa femme ne souhaitant en réalité qu'obtenir des papiers français.
 
L’histoire commence en 2008. Alors en plein divorce et "fragilisé affectivement", cet ancien militaire effectue une mission en Afrique. Il y rencontre alors une femme, "M",  et l’épouse en 2009, à Djibouti.  Il rentre ensuite avec elle en France, avant d’être muté peu après à La Réunion. Après 2 ans de séjour, le couple part pour Metz.
 
"J’avais remarqué qu’elle essayait de m’éloigner de ma famille et de mes amis. Elle refusait même que je voie mes deux enfants issus de ma précédente union", explique O.P., qui avec le recul pense que son épouse a placé ses pions au fur et à mesure. "J’ai appris aussi qu’elle racontait à nos voisins que je la violentais, et j’ai trouvé des tracts d’associations pour les femmes battues dans notre maison. Par ailleurs, elle commençait à être violente, dans les mots mais aussi dans les actes" . L'homme ajoute en outre que son fils issu de son histoire précédente a fait une tentative de suicide en raison de violences physiques et verbales infligées par sa nouvelle belle-mère.
 
Tenter le tout pour le tout pour sauver son couple

Alors que le couple a déjà un premier enfant, son épouse se trouvant enceinte peu de temps après le mariage, il s’aperçoit également que sa conjointe prend des hormones de fertilité, sans l’en avoir informé. Ils auront d’ailleurs un deuxième enfant.
 
Le temps passe, les débordements se répètent, et les doutes sur l’honnêteté de celle qu’il a épousé s’épaississent. O.P. décide alors de déposer plainte pour soupçon de mariage gris et violences . "Mais elle m’a caressé dans le sens du poil, j’ai fini par retirer ma plainte", confie-t-il.
 
Alors qu’il affirme qu’un amour sincère existait entre eux, de son côté tout du moins, O.P. décide alors de tenter le tout pour le tout pour sauver son couple : il propose à "M" de repartir s’installer à la Réunion, ce qu’elle accepte. Il pend sa retraite et investit ses économies dans une maison sur notre île. Mais la situation, loin de s’arranger, empire.
 
"Elle a raconté que j’étais alcoolique, que je me droguais"

En octobre 2015, alors que sa conjointe vient de recevoir la nationalité française, l’ancien militaire explique que les choses ont réellement dérapé. "Un jour, elle m’a frappé violemment avec un balai devant ma fille". S’il explique l’avoir fait constater par un médecin, il confie ne pas avoir voulu porter plainte. Il dépose tout de même une main courante. 
 
L’homme de 47 ans poursuit le récit de son calvaire. Au mois de novembre, sa femme exige de rentrer en Afrique avec ses deux enfants pour voir sa grand-mère mourante. Un mensonge, selon lui. "Elle a changé les dates de retour prévus. J’avais peur qu’elle ne me ramène pas mes enfants. Au total, elle a dépensé 16 000 euros dans ce voyage". Si elle regagne finalement La Réunion, le lendemain de son retour, "M" appelle les gendarmes pour se faire placer en foyer en raison de violences qu’elle dit subir.
 
"Les gendarmes n’ont pas constaté de coups, je n’avais même pas dormi à la maison la nuit. Les certificats délivrés ne sont pas probants, il y est écrit 'se plaint de'…" raconte l’ancien militaire, précisant au passage que son épouse a par la suite fait changer sa fille d’école à deux reprises. "Elle a raconté que j’étais alcoolique, que je me droguais. Elle est même allée jusqu’à m’accuser d’attouchements sur mes enfants", se désole-t-il, amer.
 
Une grande manipulation

A partir de là, pendant 4 mois, l’homme n’a plus vu ses enfants. Il a dû attendre un jugement en référé le déclarant maintenu dans son autorité parentale pour pouvoir les voir à nouveau, un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires. Ils sont aujourd’hui âgés de 6 et 2 ans.
 
Peu de temps après le jugement, "M" demande le divorce. Cette fois, plus de doute possible pour O.P., sa femme avait bien pour seule et unique intention d’obtenir la nationalité française et de s’assurer une situation financière correcte. D’ailleurs, le couple s’est marié sans contrat, c’est donc le régime de la communauté des biens réduite aux acquêts qui s’applique : "M" a le droit à la moitié de tout ce qui a été acquis durant le mariage.
 
Il en est certain, les violences conjugales qui lui sont reprochées ne visent en réalité qu’à dissimuler la fraude. "Elle savait qu'en demandant le divorce juste après l'acquisition de la nationalité, une présomption de fraude pèserait sur elle, c'est pour ça qu'elle a inventé tout ces mensonges. Tout a été réfléchi, c'est une grande manipulation". O.P. décide alors de prévenir la préfecture. Une enquête administrative est ouverte. 
 
Sortir de la spirale infernale

Aujourd’hui, O.P. a la désagréable impression d’avoir été piégé, dupé du début à la fin. Et ce qu’il regrette, et tient à dénoncer dans le même temps, c’est que sa compagne ait été crue sur paroles. "Une femme qui veut démolir un homme, c’est très simple. Il suffit qu’elle s’adresse à des associations et aux services sociaux et elle est aidée dans sa démarche. Même dans un commissariat, si on regarde les affiches pour les violences faites aux femmes, c’est carrément un mode d’emploi pour détruire son mari ! Ici la victime c’est moi, mais on me traite comme un coupable, un criminel".
 
S’il reconnaît que démêler le vrai du faux est souvent délicat, il s’insurge : "Il faudrait vérifier et enquêter plus profondément". Les services sociaux lui ayant, selon lui, refusé toute aide au motif qu’ils s’occupaient déjà de la partie adverse, il s’est tourné vers l’association Paire 2 Cœur. "L’association lutte contre l’aliénation des enfants, ce que fait mon épouse. Je suis inquiet pour leur santé psychologique". Il se dit en effet convaincu que celle-ci se sert d'eux comme d’une "monnaie d’échange" . "Les services sociaux ont fini par me demander ma version au bout de 8 mois. Ils m'ont finalement écouté, mais trop tard, ça ne rattrape pas tout ce qui a été bousillé". 
 
Aujourd’hui, la procédure de divorce est en cours. L’homme refuse évidemment un divorce par consentement mutuel et vise l'annulation du mariage. "Une plainte a également été déposée par mon avocat devant le tribunal correctionnel pour violences et vandalisme de véhicule". Las et abîmé par cette histoire, le quadragénaire qui se juge "sali" n’espère qu’une chose : sortir de cette spirale infernale et être restauré dans sa dignité. 
Jeudi 7 Juillet 2016 - 15:20
marine.abat@zinfos974.com
Lu 5381 fois




1.Posté par ALI KAFHIR le 07/07/2016 15:42
"fragilisé affectivement"
il n'y a pas de place pour les faibles et les malades dans les pays ou l'on vit avec moins de 2 dollar par jour
certaines personnes sont prete a tout pour accéder au reve occidentale il faut le comprendre assez rapidement au risque de finir comme ce Mr

2.Posté par Janus le 07/07/2016 16:02
Il l'épouse en 2009 ... Et constate 6 ans après, et 2 enfants après, qu'elle n'était intéressée que par la nationalité française ...

Difficile à croire ...

3.Posté par yabos le 07/07/2016 16:15
Certes, mais ce monsieur a choisi librement cette femme et il est seul responsable de la situation et des événements. De plus, dés qu'il y a eu les premiers dérapages, il aurait du trancher. Maintenant, on a du mal a être ému!

4.Posté par Choupette le 07/07/2016 17:42
Qui l'a dit à ou allez maille avec band' z'affaires-là ?

Des jolies femmes dans votre pays n'étaient pas assez bien pour vous ? Trop intelligentes, trop maniérées, trop cultivées ... ?

En tous cas, c'est bien la première fois que j'entends parler de mariage gris.

Comme quoi, on apprend tous les jours ... .

5.Posté par Zarbi le 07/07/2016 18:34
@ - 2 . Avant de se dévoiler - et de ne plus craindre un retour à la case africaine - il fallait que cette dissimulatrice acquiert la nationalité française : CNI en poche , y'a bon la CAF , l'APL , le RSA , la pension alimentaire , la prestation compensatoire et .... la moitié des biens de l'ancien militaire !
Encore heureux pour lui s'il n'a pas fini empoisonné ( pratique courante pour se débarasser d'un "mari" devenu encombrant ; faites une recherche gogole : Cameroun , 14 mariages avec des belges = 14 décès inexpliqués ! )
Il existe une association officielle ( la seule ) , anvifrance.org ( mariagesgris.fr ) qui peut apporter de l'aide dans ces cas de mariages frauduleux ; des forums d'anciennes victimes qui donnent des conseils également .
Une annulation ? Après 6 ans et 2 rejetons ce sera difficile . Prendre impérativement un bon avocat ( 90% sont incompétents , procédure compliquée , rien à voir avec un divorce ) . Il y en a 2 qui obtiennent des annulations : Mtre Dutheil à Versailles et Mtre Cohen , l'obtention d'annulations doit être la seule référence à considérer .
Ne pas rester seul ; ces cas de mariages gris - pour venir en France - sont nombreux bien que tus , estimés à mini 10.000 par an en France .
La difficulté de s'en extraire , c'est la démonstration ( courriels , sms , lettres , conversations téléphoniques enregistrées , témoignages ... fouillez les ordinateurs - historique - ils ont de la mémoire ) formelle de l'intention frauduleuse dès le départ .

6.Posté par Reveillez vous le 07/07/2016 18:36
Janus

il faut le voir pour le croire..mais il n est pas tous seul ....
idem avec les francais qui parte épousé des femmes a droite a gauche et qui revienne 2ans aprés mariage en culotte courte....

7.Posté par titi974 le 07/07/2016 18:47
Quelle naïveté ce type c'est fait pigeonner comme beaucoup ... de temps en temps il faut réfléchir avant de tomber dans le piège de l' Africaine qui tombe très vite amoureuse de la situation pour se sortir d'une vie merdique et qui ne recule devant rien pour tirer profit de la situation , ce n'est pourtant pas faute d'être informé quand vous allez en mission en Afrique ....

8.Posté par kersauson de (p.) le 07/07/2016 17:54
j sais pas ou dupuy a pioche son torchon mais c est ecrit sur un autre find d article. c ca qd on a de pty moyens.

9.Posté par Athena le 07/07/2016 17:56
Voilà ce qui peut arriver quand on réfléchit avec ses c.......

10.Posté par gabriel le 08/07/2016 08:45
Cette histoire lamentable est très classique surtout avec des femmes malgaches , des magistrats de l'hexagone peuvent apporter des centaines de preuves et j'ai été témoin plus d'une fois de mariage gris

11.Posté par ANTHECHRIST le 08/07/2016 10:51
P j'espère que vous vous en sortirez remettez-vous, mais ne vous acoquinez plus avec des gens dont la seule motivation est de sortir de la misère... Certaine personnes sont prêtes a tout elle aurait même pu vous tuer. En janvier cet hiver un homme à d'abord été sauver par son fils alors qu'il était victime d'un malaise il ont fait la une dans les pays de Loire et quatre jour après on le retrouvait suicidé ??? Il n'avait aucune raison de se suicider...

12.Posté par Zarin le 08/07/2016 14:20
@10.Posté par gabriel le 08/07/2016
...surtout avec des femmes malgaches

J'ai souvent croisé des POUX friqués avec des beautés malgaches (les pauvres !)

13.Posté par @10 le 08/07/2016 15:52
avec des femmes d'europe de l'est aussi
les "réseaux russes" sont très connus en métropole
sache que la russie se dépeuple et que ce n'est pas uniquement du à des questions de natalité, mais aussi d'émigration
l'immigration en france est très majoritairement familiale (regroupement familial et conjoint de français)

14.Posté par jean claude payet le 09/07/2016 08:56
vous avez l'air bien renseigne pour trouver des femmes....la reunion est aussi un pei d'afrique faut il aussi s'en mefier....bon nombre y ont laisse leur chemise et compte en banque.....

15.Posté par Zarin le 09/07/2016 09:51
Souvent la crème fraîche et le piment sont incompatibles...

16.Posté par Le Klaphouck ASSOCIATION le 19/08/2016 12:14
Au-delà de l'horreur et du calvaire vécu par cette victime il y a un vrai constat à faire. Depuis 2011 la lutte contre les mariages gris est menée, d'une façon qui est à mourir de rire.

Au surplus en 2009, une association gardoise a eu l'aval du ministre de l'immigration de l'époque Éric Besson qui "aurait" selon les termes du communiqué de presse de l'époque conclu et signé "une convention" en ce sens avec cette association gardoise aux fins de prévention.

À ce jour des personnes se font encore avoir par ces escrocs aux mariages, ce qui confirme que l'engagement préventif de cette association gardoise est clairement insuffisant.

Une autre interrogation qui subsiste : En 2013 cette association a perçu plus de 50 000 € de subvention, dont 40 000 euros sur la réserve parlementaire de Gilbert Collard.

Certes, ce n'est pas illégal de percevoir une subvention sur la réserve parlementaire même si celle-ci provient d'un député FN.

Néanmoins, les victimes sont en droit de savoir quelle part de cet argent public a réellement servi à la prévention et à la lutte contre les mariages gris ? Tout en sachant que l'argent perçu d'une réserve parlementaire ne peut en aucun cas servir à des frais de fonctionnement d'une association.

Cet argent public, doit servir à la cause pour laquelle il a été versé. C'est législatif on aura un peu de mal à me faire croire le contraire.

Nous pensons intervenir auprès du Ministère du Budget en ce sens dans quelque temps afin que les vraies victimes de mariages gris ne servent pas d'aimants pour attirer dans les filets associatifs d'autres personnes naïves.

Si les subventions perçues ne servent pas à la cause d'intérêt général, il y a matières à perdre cette qualité, voire à rembourser l'argent public.

Nous pensons que cette mise au point était nécessaire.

Les victimes sont en droit de connaître quel projet a été travaillé et développé pour la prévention en dehors de publier des articles de presse déjà existant comme celui-ci.

Le Klaphouck[http://www.le-mariage-gris-pour-les-nazes.fr]

17.Posté par Cœurs piégés le 05/09/2016 18:31 (depuis mobile)
Toujours aussi haineux le kaplouk . mais malheureusement pour vous la seule association qui meme une lutte et aide les victimes en France l''anvi v.vous avez tout tenter même la Belgique mais personne vous a donné crédibilité. À bon entendeur salut à

18.Posté par Le Klaphouck ASSOCIATION le 05/09/2016 20:25
Bonsoir madame Cœurs Piégés, je vous rassure, je ne suis pas haineux, je suis plutôt interrogatif sur le sujet des subventions issues des réserves parlementaires.

En effet, le montant des subventions versées au titre de la réserve parlementaire est soumis aux règles communes à toutes les subventions de l’État : Le montant des subventions ne peut dépasser 50 % du volume des travaux prévus (HT).

Supposons qu'une association quelconque perçoit 40 000 € de subvention de la part d'un député, cela doit dire selon les textes qu'il y avait un projet initial estimé à 80 000 €.

Vous comprendrez donc qu'avec 80 000 euros au total ou alors avec les seuls 40 000 € de subvention il y avait la possibilité de voir en grand sur la prévention des mariages gris. Étant rappelé que les subventions issues des réserves parlementaires ne peuvent en aucun cas, "sauf à me démontrer les contraire" servir à payer des frais de fonctionnement d'une association.

Bien évidemment il s'agit de la loi Française peut être que le fait que vous résidiez en Belgique est un peu complexe pour vous à les appréhender.

Je conçois que mes interrogations déplaisent, mais dès lors que l'on est dans le débat d'idées c'est du ressort associatif cela est permis. Un peu comme les politiques qui conteste toujours les argumentations de leurs opposants. Vous voyez ce que je veux dire, n'est-ce pas...!

Partant de ce constat, je pense que votre argumentation ci-dessus ne sert qu'à diluer le problème en créant un autre problème. Les politiques usent du même stratagème, vous voyez toujours ce que je veux dire j'espère.

Ne voyez point de diffamation de ma part, mais plutôt une interrogation à laquelle je ne suis plus seul à y réfléchir.

Mais si je puis me permettre une réflexion sur la haine, cela pourrait être, prenons pour exemple un parti politique Belge francophone qui a la haine envers les néerlandophones et qui rêve de voir bannir le néerlandais des écoles....! Vous voyez toujours je l'espère ce que je veux dire.

À contrario, la diffamation c'est un peu ce que font vos acolytes associatifs lorsqu'ils balancent la vie privée des gens sur Facebook lorsqu'ils n'ont plus d'argument à avancer pour défendre leurs lacunes.

Cependant, c'est étonnant que vous interveniez alors même que je ne vous ait pas cité.

Bonne soirée Madame

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

Mercredi 7 Décembre 2016 - 09:47 Casting: La série CUT cherche des acteurs

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales