Politique

Vers un IRA à la Réunion ?

Réunis le temps d'un entretien à la pyramide inversée, le président de la Région Didier Robert et le secrétaire d'Etat en charge de la Fonction publique, Georges Tronc, se sont entretenus sur différentes problématiques en lien avec l'éducation et l'accès à la formation. L'occasion pour l'élu réunionnais de rappeler son intention d'implanter un Institut régional d'administration à la Réunion. Explications.


Vers un IRA à la Réunion ?
La Réunion disposera t-elle, comme cela est déjà le cas à Metz ou Lyon, d'un Institut régional d'administration ? Cette question, nombreux sont les étudiants à l'avoir déjà posé. Pourtant, il y a encore cinq mois, Didier Robert avait déjà évoqué la piste "IRA" lors de la présentation du volet éducation de son programme. Une piste à nouveau défendue ce mardi en présence de Georges Tronc.

Georges Tronc favorable au projet mais...

Si le secrétaire d'Etat en charge de la Fonction publique a accueilli le projet favorablement, cela n'est pas gagné pour autant. Dans un contexte marqué par la diminution progressive du nombre de fonctionnaires, le projet d'implantation d'un nouvel Ira, au nombre de cinq actuellement, risque de ne pas se concrétiser rapidement.
Pour autant, Didier Robert n'a pas manqué d'avancer ses arguments en faveur d'un projet dont la visée est, entre autres, de décentraliser une partie des grands concours nationaux à la Réunion. Premier point, la mise en place de cette institution devrait, selon le président de Région, "permettre de former les diplômés réunionnais et ainsi de 'leur donner accès aux concours, avec une préparation sur place, de même que la formation d'enseignants qualifiés pour ce type d'Institut". L'objectif étant de compléter l'offre de formation à l'échelle locale et ainsi de "positionner davantage de Réunionnais à des postes à responsabilité au sein des administrations" poursuit Didier Robert.

Véritable passerelle vers les prestigieux Instituts d'études politiques (IEP), les Centres de préparation à l'administration générale (CPAG) ou encore les Instituts de préparation à l'administration générale (IPAG), cela fait désormais trente ans que les IRA de Bastia, Lille, Lyon, Nantes et Metz font leurs preuves en terme de formation des cadres administratifs de catégorie A. Pour y parvenir, trois concours (externe, interne et 3ème concours) permettent de sélectionner chaque année quelques 300 candidats sur les 7.000 inscrits.

Le président de Région a également défendu le dossier de l'amélioration du système des mutations des fonctionnaires. Le 27 novembre 2009, l'ancien député-maire du Tampon avait déposé une proposition de loi visant à "favoriser les originaires de la Réunion notamment pour leur retour sur place dans le cadre des mutations de la fonction publique". Résultat, le président du Conseil régional a demandé l'appui et le soutien de Georges Tronc sur ce dossier pour une application rapide du dispositif. Affaire à suivre.
Mardi 24 Août 2010 - 17:30
Ludovic Robert
Lu 2784 fois




1.Posté par Cambronne le 24/08/2010 17:44
allez les jacobins mettez en encore un autre il n'y en a pas encore assez ces dingue comment l'on trouve aussi facilement des outils et des solutions pour entretenir des fonctionnaires souvent incompétents alors que l'on emmerde en permanence les entreprises du privé créatrices d'emplois

2.Posté par Anne-Lo le 24/08/2010 17:49
"Véritable passerelle vers les prestigieux Instituts d'études politiques (IEP), les Centres de préparation à l'administration générale (CPAG) ou encore les Instituts de préparation à l'administration générale (IPAG), "

??? Non, au contraire les places au sein des IRA sont trustés par les étudiants d'IEP trés bien entrainé aux épreuves de sélections, très académiques. On fait un IEP pour intégrer un IRA et non le contraire.

3.Posté par Trois ros plates le 24/08/2010 17:58
"On fait un IEP pour intégrer un IRA et non le contraire"... Ca sent le vécu d'une ancienne étudiante de Sciences-Po.... looooooooooooll.... C vrai, y a bcp d'étudiants des IEP qui ne pensent qu'aux IRA. Ils en oublieraient même l'ENA, la magistrature, les MBA et autres agrégations... Mdr... !!!!!!! ils en ont rien à taper des IRA, les mecs des IEP, il faut se réveiller Anne-Lo.

4.Posté par Tcherno-Bill le 24/08/2010 18:59
L'IRA est DEJA présente à la Réunion ! Son Général ?........Cambronne ! ( lol )

5.Posté par JMR le 24/08/2010 19:05
Issu du concours interne d'accès à l'IRA de Nantes, je souscrits tout à fait à l'idée de créer un IRA à la Réunion, île dont je suis originaire. La création d'un tel établissement permettra aux réunionnais d'accèder à certains postes de responsabilités mais à condition que les directeurs et les chefs de service le veuillent bien. J'en parle en connaissance de cause. Les réunionnais cadre A actuellement en poste en métropole rencontrent souvent des difficulutés pour retourner dans leur île natale pour occuper des fonctions de cadres administratifs.

6.Posté par boyer le 24/08/2010 19:30
une bonne initiative de Didier Robert.

7.Posté par phebe974 le 24/08/2010 19:57
Ira ou pas d'Ira, proposer à sa jeunesse (ici comme en métropole) que la fonction publique même si c'est de l'encadrement ce n'est pas très rock n'roll. il vaudrait mieux utiliser les hypothétiques crédits vers autres choses.

8.Posté par Untel le 24/08/2010 20:17
Quel intérêt d'avoir un IRA à la Réunion?
Partons du postulat de la création à la Réunion de cette école d'application de la fonction publique d'Etat. Il est alors important de préciser que le concours de l'IRA est national avec rang de classement à l'entrée. Il n'est donc pas certain que tous les Réunionnais qui auront réussi le concours effectueront leur scolarité à la Réunion, tous les lauréats mieux classé peuvent légétimement demander et avoir leur affectation ici. On aura alors encore une répétion de l'histoire (prof stagiaires). Mais soyons d'excellente augure : tous les Réunionnais lauréats font leur scolarité à la Réunion. Il existe un rang de classement de fin d'étude, à nouveau rien ne peut empêcher un parisien qui a choisi de faire sa scolarité à la Réunion et qui est bien classé de prendre le poste proposé à la Préfecture de la Réunion, le Réunionnais serait alors obligé d'aller travailler en Seine-Saint-Denis.
Ainsi dire que l'ouverture un IRA à la Réunion permettra la "créoilsation " des cadres de la fonction publique d'Etat est un sophisme.
Le débat est clos ; et il est temps de se questionner sur la volonté de permettre aux Réunionnais d'accéder à des postes de responsabilité dans la fonction publique d'Etat. Vaste programme!

9.Posté par patrick fontaine le 24/08/2010 21:25
Untel a tout à fait raison; l'accès des Réunionnais aux postes d'encadrement dans la fonction publique à La Réunion ne passe pas par la création d'un IRA à La Réunion(rien ne garantit à leurs lauréats qui ne seront pas forcément réunionnais d'ailleurs d'être nommé à La Réunion), mais exige que les postes ouverts dans la fonction publique dans le département de La Réunion ne soient pas systématiquement mis au mouvement national en application des règles normales de la fonction publique , dès lors qu'un Réunionnais peut y pourvoir...il faut donc sortir du droit commun et déroger à ces règles...c'est notamment le point de vue soutenu par un parti politique qui il est vrai n'est pas en odeur de sainteté sur notre présent site...mais sur ce point il a raison...

10.Posté par P4 le 24/08/2010 21:53
Des fonctionnaires souvent incompétents ?
Que pourraient t’on dire des architectes incompétents de St Pierre qui profite des bonnes faveurs du maire de St Louis, HEIN CAMBRONNE ?

11.Posté par nicolas de launay de la perriere le 24/08/2010 23:53
JMR, pour quelle(s) raison(s) ces difficultés ?

12.Posté par grangaga le 25/08/2010 03:48
I-ndépendance
R-éunionnaise
A-rrive

13.Posté par Timan974 le 25/08/2010 05:47
Je m'y perds un peu entre toutes ces propositions! CPAG, IPAG, IRA IEP... Après quelques petites recherches, l'IPAG , IEP et le CPAG proposent des formations voir diplômes pour réussir les concours d'entrée dans l'administration d'État, territoriale et hospitalière. Mais en aucun cas l'inverse c'est à dire que l'IRA donne accès à ces formations! L'IRA est une école de formation des futures cadres de l'administration concentrée et déconcentrée de l'État accessible que par concours. Les personnes qui rentrent à l'IRA ont la qualité de fonctionnaire stagiaire et n'ont aucune certitude sur leur affection à leur sortie. Les postes leurs seront proposés essentiellement en métropole, ce qui veut dire que créer un IRA à la Reunion ne gage pas un emploi pourvu localement et ne donne accès qu'à la fonction publique d'état! Tout en sachant que chacun est libre de choisir l'IRA de son choix!
Le mieux et le moins compliqué serai de créer tout simplement un CPAG ou IPAG près de l'université de la réunion qui prépare les jeunes aux concours des 3 fonctions publiques!

14.Posté par Saint-Marien le 25/08/2010 07:25
Moi aussi je suis natif d'ici et je sors de l'IRA de Nantes mais je ne vois aucune utilité à un IRA ici. Est ce que cet établissement créera de l'emploi ? Non, les professeurs sont tous des professionnels qui travaillent ailleurs donc ceux qui en profiteront ici ne sont pas les nécessiteux... Est ce que les élèves seront tous des réunionnais ? Non, c'est un concours national ....Est-ce que tous ceux qui sortiront auront un poste à la Réunion ? Non, parce que non seulement, il n'y aura pas assez de postes sur place mais les administrations centrales sont aussi proposées lors du classement et...... contrairement à ce qu'on pourrait penser..... ce sont les postes qui sont choisis les premiers.... y compris pour ceux qui sont originaires du lieu d'implantation de l'IRA....

15.Posté par va s'y l'ira le 25/08/2010 08:59
Parole et paroles et paroles. Didier Robert est fan de Dalida c'est sur maintenant, tout comme son mentor Nicolas Sarkozy, en moins doué quand même puisque les gens voit déjà son manège.

16.Posté par tisentinel le 25/08/2010 10:45
Créer un IRA c'est bien .Mais,notre nouveau président "tibus" nous ment lorsqu'il annonce que cela profitera aux diplomés réunionnais :
.qu'i regarde le nombre de réunionnais fréquentant la nouvelle école de kiné (créée à l'initiative de la Région),ou les centres de formation des infirmiers ....
.tout candidat peut se présenter à ce type de concours quelque que soit son lieu de domicile et le pdt "tibus" le sait bien ....

17.Posté par Cambronne le 25/08/2010 11:25
14.Posté par Saint-Marien le 25/08/2010 07:25

En fin un peu de réalisme dans ce monde de fous

18.Posté par obiwan le 25/08/2010 14:51
Pourquoi des réunionnais aux postes à responsabilités dans nos collectivités locales ?
Après une formation à l'IRA voici la réponse attendue:
Cette conception présente au moins trois intérêts.
Le premier est de permettre le dépassement de l’opposition entre l’idiographique et le nomothétique, qui était un des moteurs de son ambition théorique le plus en rupture avec sa tradition disciplinaire, depuis les années 1970. En effet, les théories de l’administration publique font comprendre comment des processus généraux identiques sont susceptibles de produire des effets et des structures différents en fonction des conditions initiales et des valeurs des paramètres qui contrôlent les interactions et leur évolution.
La liberté de choix des acteurs, les préférences culturelles ne sont plus exclues de l’explication pour leur incompatibilité avec la production de régularités par des processus généraux.
Le second intérêt est d’inviter à repenser la diversité adminsitrative, non plus comme le produit d’une combinatoire contingente autorisant toutes les associations possibles (par exemple de structures élémentaires), mais comme le produit de certains processus fonctionnant sous certaines contraintes et selon diverses temporalités, qu’il s’agit de mesurer et de hiérarchiser. Les particularités des entités adminsitratives sont explicables par une succession originale de trajectoires stables et de bifurcations, selon une évolution qui procède par sauts, et qui entraîne le système vers des attracteurs distincts. Les structures observées à un moment donné intègrent cette « histoire » particulière produite par une dynamique générique, et donc toutes les associations qualitatives de propriétés ne sont pas également probables.
Enfin, le troisième intérêt réside dans la mise en relation explicite de configurations administratives, de structures spatiales, avec des processus générateurs agissant à d’autres échelles.

19.Posté par JUBILATION le 25/08/2010 17:30
Ah, ça ira, ah, ça ira.............................
IRA va former des IRANIENS et des IRANIENNES !!!!
Ma foi, tout évolue, de lénarchie-politique, nous passons à l'irarchie-politique en FRANCE.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales