Faits-divers

Université: un poste de Maître de Conférence fait litige

C'est un sujet particulier qui a été évoqué ce matin au Tribunal administratif de Saint-Denis. Au coeur de l'affaire: un poste de Maître de Conférence de Géographie à l'Université de la Réunion. Le plaignant, Thierry Nicolas, remet en cause la décision du Conseil d'administration car l'attribution du poste ne s'est pas faite de manière impartiale.


Université: un poste de Maître de Conférence fait litige

Pour lui, le processus de recrutement a pris fin le 22 avril dernier. La candidature de Thierry Nicolas, pourtant spécialiste des îles de l'Océan indien, des Caraïbes et du Pacifique, n'a pas été retenue. Cette année, ils étaient 21 à postuler à La Réunion. Pour un seul poste au final. Le jeune homme a immédiatement contesté la décision du Conseil d'Administration de l'Université et porté l'affaire au tribunal. La procédure n'aurait pas été régulière. Le plaignant reproche notamment au comité de sélection d'avoir choisi un autre candidat à sa place et ce, pour des raisons douteuses.

Un dossier pourtant valable

"J'aurais dû être auditionné: j'ai un profil équivalent au sien". Docteur en Géographie depuis 2002, Thierry Nicolas est aujourd'hui spécialiste des îles de l'Océan indien, des Caraïbes et du Pacifique. Après avoir été vacataire dans différentes universités, ce poste de Maître de Conférence était pourtant l'aboutissement logique de son cursus. "Mon concurrent n'a validé qu'une Maîtrise de Géographie sur Mafate alors que moi, je connais parfaitement le terrain!".

Impartialité

Selon le plaignant, le principe d'impartialité n'aurait pas été respecté : "le directeur de thèse d'un des candidats faisait partie du jury", souligne Thierry Nicolas. Son avocat, Maître Dugoujon, poursuit : "Ce directeur de thèse aurait du se désister. Le fait qu'il ait été dans le comité de sélection a pu influencer la décision".  

Un autre point évoqué hors audience par le plaignant reste plus difficilement prouvable: celui de la discrimination."Dans les 21 candidats, il y avait quatre ou cinq gens de couleur comme moi et aucun n'a été retenu", précise Thierry Nicolas.

Pour l'Université: la procédure est complètement légale

"Le jury est souverain: on ne peut pas contester sa décision", souligne Mme Nurbel du Service des Affaires juridiques de l'Université. Le Conseil d'administration devait trancher entre quatre candidatures, et celle de Thierry Nicolas ne faisait pas partie. Le Conseil d'administration ne peut donc pas être attaqué. Selon elle, il n'y eu donc eu aucune erreur manifeste d'appréciation.

La décision de la Cour sera rendue le 7 septembre prochain. En attendant, la nomination du poste de Maître de Conférence a été suspendue.
Jeudi 2 Septembre 2010 - 11:52
Zaïa Ayama
Lu 5255 fois




1.Posté par Amphi le 02/09/2010 12:36
Ce n'est que la première affaire d'autres ne vont pas manquer de suivre!
Qu'elle est belle l'université présidée par ce MONSIEUR!!!

2.Posté par Zean Bérick le 02/09/2010 13:04
Ils sont bien gentils au service des affaires juridiques. Pourtant on sait très bien qui donne les ordres...Cet enseignant à bien raison, il faut dénoncer ce qui se passe dans cette université et plus particulièrement à la faculté des lettres. Quid du courageux qui pourra dénoncer le recrutement de la femme d'un illustre enseignant de cette faculté (commentateur politique du dimanche...), certifiée d'EPS et qui se retrouve aujourd'hui Professeur des Université en Histoire du sport et des loisirs dans le Sud-Ouest de l'Océan Indien, occasionnellement (en fait très souvent, puisqu'on l'a eu en cours) à la manœuvre dans les cours d'histoire contemporaine pure... Certains membres de l'Unef et de Réunir aurait essayé et le regrettent encore aujourd'hui paraît-il ! QUE FAIT LA FSU, QUE FAIT L'UNSA, QUE FAIT LE PRESIDENT . Vraiment, met des crabes dans un panier...c'est l'Université !

3.Posté par va s'y l'évincé le 02/09/2010 13:04
"Le jury est souverain: on ne peut pas contester sa décision" affirmation gratuite et fausse.
Pour votre gouverne Madame la responsable des affaires juridiques de l'université, l'appréciation souveraine du jury ne vaut que si le principe d'égalité des candidats a été respecté. hors il se trouve que ce candidat met en question l'impartialité du jury. Ce genre de cas, s'il est avéré a déjà été tranché à de multiples fois par le Conseil d'État: annulation du concours.
Mme Nurbel ferait bien de réviser ses cours de droit.

4.Posté par Jeff le 02/09/2010 13:51
Bien sur qu'il a raison de contester Thierry Nicolas (que je ne connais pas), J'ai été moi-même jury de théses et à la délibération, il est très facile d'influer sur le jury en temps que directeur de thèse si l'on est membre du jury, surtout à la Réunion où c'est pourri quoiqu'on veuille.

Mais pour ce que j'en dis, maintenant je m'en fiche, je suis à la retraite et je connais trop le système Educ. Nat. .

5.Posté par phebe974 le 02/09/2010 14:06
M.Thierry Nicolas ne lâchez pas l'affaire, on sait tous (ceux qui ont fréquentés l'Université de la Réunion, ailleurs c'est pareil) qu'il y a du copinage pour l'affectation de postes : la compétence ils (le petit monde des professeurs émérites, des MC douteux etc...) s'en contrefichent, l'avenir des étudiants et de leur discipline ils s'en moquent également. Il faut que vous teniez bon, pour que cesse se genre de comportements.

6.Posté par phebe974 le 02/09/2010 14:21
La mafia politicienne c'est du pipi de chats en comparaison de cette mafia universitaire, notamment dans la faculté des lettres comme Zean Bérick le dit. Je suis sorti de l'Université de la Réunion (ailleurs c'est pareil) totalement dégouté, écoeuré et attristé par toute cette magouille.

7.Posté par Tyny le 02/09/2010 15:46
Et les membres du jury, de quelle couleur(s)...???

8.Posté par Commerson le 02/09/2010 16:39
géographie mais aussi,histoire,anthropologie,info-com, c'est également à ces filières qui faut s'interesser et aux recrutements de certains de leurs enseignants.
Couleur des candidats ,mais aussi et surtout genre et statut:épouse ,concubine,maitresse et ainsi on verrait ce qui commande les recrutements dans cette université où depuis l'arrivée de l'actuelle équipe ,avec le "gagnant-gagnant" ces pratiques prospèrent.
Bravo Mr Nicolas vous. avez raison de ne pas vous laisser faire.

9.Posté par Jeff le 02/09/2010 16:44
Tyny, c'est quoi cette question à la con? Le taux de mélanine n'a rien à voir avec le sujet. Y'en a marre de ces sous-entendus : la connerie n'a pas de couleurs, cela ne va pas te rassurer.

10.Posté par noe974 le 02/09/2010 17:02
Piston ou compétence , cette nomination ?

11.Posté par fabrice le 02/09/2010 17:36
mais qui était dans ce jury ? qui l'a composé ? qui est dans ce conseil d'administration ? pourquoi ce président d'université n'agit pas ?
depuis qu'il est président, pas une semaine ou se passe, où il dysfonctione totalement ; fermeture de diplomes, recrutement copinage personel, magouille pour recruter les professeurs, problème IUFM, ....
quel parti politique aura la lucidité de faire dégager ce fléau d'ici afin que la jeunesse de notre pays puisse béneficier de l'EGALITE des CHANCES dans l'acce à ces poste de responsabilités ?

12.Posté par TOTO le 02/09/2010 17:38
Selon les services de l'Université "Le Conseil d'administration ne peut donc pas être attaqué".

Ah bon... et que faites vous Madame des grands principes de droit .... administratif. selon lesquels :

Le Conseil d'Administration devrait être composé suivant les dispositions du Code de l'Education c'est à dire notamment que " les membres représentants les Collectivités Locales doivent être désignés par l'organe délibérant des Collectivités concernées" !! Est ce le cas ? Oui ou non?

Dans ces conditions pouvez-vous affirmer que "Le Conseil d'administration ne peut pas être attaqué" ? ...sur ce point et bien d'autres encore!!!

Affaire à suivre.

13.Posté par mansour le 02/09/2010 19:19
Avec une telle avocate ,dont il serait utile de connaitre un peu plus sur ses fonctions et statut ,l'université est servie!
Bravo Madame NURBEL quel argument!
J'ose espérer que vous n'avez pas été envoyée pour défendre un tel dossier en raison de votre identité parce que là question cynisme le Président aura fait fort!
Maintenant sur le fond j'adhère à la tonalité de nombreux posts il est devenu urgent ne plus laisser ce président croire que tout lui est permis.
C'est l'avenir de la jeunesse réunionnaise qui est en jeu tout simplement.

14.Posté par Tyny le 02/09/2010 19:39
Jeff, lit bien l'article...STP

15.Posté par Jeff le 02/09/2010 20:46
Mansour, c'est non seulement l'avenir de la jeunesse réunionnaise qui est en jeu mais l'avenir de tous nos jeunes.

L'Université française est pourrie, très pourrie, le madarinat prédomine, et là on a pas d'alternatives. ce ne sont que compromissions et incompétences, en commencant par le Président qui n'a qu'un rôle politique et non qualitatif.

Vous n'allez tout de même pas croire qu'un professeur dun jury va dédire un collègue, ils sont trop "malhonnêtes" pour cela. Il est inadmissible qu'un directeur de thèse fasse partie d'un jury, mais c'est la France alors tout est permis.

Honte à la France.

16.Posté par Commerson le 02/09/2010 21:29
Mansour auriez-vous levé un lièvre?
Le responsable du service des Affaires juridiques de l'Université n'est pas Madame Nurbel c'est un jeune fringuant fonctionnaire qui nous vient tout droit d'un IRA.
Je vous tairai le surnom que nous lui donnons à ce monsieur "moi qui ai fait l'IRA "
En bonne règle c'est au responsable du service des Affaires juridiques de défendre ce genre de dossier !
Pourquoi n'avoir pas respecté cette règle? Cette question mérite en effet réflexion et vous avez lancé une sacrée piste!

17.Posté par Raoul Lucas le 02/09/2010 22:19
A l'auteur du post 2 et plus généralement aux lecteurs de zinfos .
Je viens de prendre connaissance du texte de zinfos et aussi de tous les commentaires suscités à cette heure(21h45).
Maitre de conférences Hors classe,membre du Conseil d'administration de l'université de La Réunion,membre des instances académiques et nationales de Sup-Recherche(,syndicat des enseignants-chercheurs de la fédération UNSA ) je voudrais répondre à votre interpellation et porter à votre connaissance,ainsi qu'à tous les lecteurs de zinfos, les quelques éléments suivants ,après avoir rappelé que je m'exprime ici à titre personnel.
Siègent au conseil d'administration actuel 2 membres se réclamant de l'un ou l'autre des syndicats de l'UNSA et une collègue élue sur une liste ,soutenue par l'Unsa ,mais non syndiquée.
Au conseil d'administration restreint ne peuvent siéger que des enseignants .Nous ne sommes donc plus que deux .L'autre mandat étant celui de ma collègue qui appartient au corps des professeurs ,élue sur la liste que nous avons soutenue .
J'ai siégé au conseil d'administration restreint dont il est question dans cet article,comme j'ai d'ailleurs siégé, notamment , à tous les autres conseils qui ont eu à se prononcer sur les questions de postes ou de carrières .
Sans avoir à rapporter les éléments relevant de la confidentialité des débats sur les jurys de concours et les candidats (ce qui je ne sais n'est pas la règle dans cette université de la part de certains amis et soutiens de Monsieur Rochdi ,qu'on se rappelle ici meme les écrits de mon collègue Pascal DURET,à propos du poste mis au concours en staps) je voudrais que vous sachiez que ce conseil a été émaillé par de nombreux incidents et s'est achevé par une agression dont j'ai été l'objet de la part du Président de l'université.
Ces éléments ,et quelques autres,vous pouvez -vous les procurer à partir des procès-verbaux et des correspondances sur cette affaire auprés des responsables de l'institution.
Je voudrais également préciser que ce qui se passe autour des promotions et recrutements ne font que traduire de façon exacerbée le management de cette université par le président et son équipe.
Je voudrais enfin dire ,que bien qu'ultra minoritaire , nous ne nous laissons pas compter par les discours et les pratiques de cette équipe.Mais je me dois également d'ajouter que les changements nécessaires à l'université ,si c'est celà est encore possible,ne peuvent venir que de l'extérieur de l'institution pour peu évidement que l'extérieur prenne conscience de ce qui je joue depuis que l'équipe de nos collègues Serge SVIZZERO-Mohamed ROCHDI se sont succédés à sa présidence.
C'est le sens de ma démarche ici ce soir.
En toute transparence et responsabilité et dans le respect de l'institution universitaire et de mes mandats.
Raoul LUCAS
Membre du conseil d'administration de l'université de la Réunion.

18.Posté par KWZ le 02/09/2010 23:00
Nous savons tous que l'université de La Réunion,est dans une discrimination concernant l'embauche des réunionnais.Le réunionnais est dans une disqualification naturelle dans cette institution et cela avec la bénédiction de nos élus locaux.

Combien de Kaf enseigne à l'université de La Réunion ?
Savez vous qui siège au conseil d'administration de l'université de La Réunion ?
Ceux qui disaient quelques années en arrière 'donn kréol travay"
Les jeunes doivent se battre pour l'égalité des chances
La Réunion est l'université des petits copains du copain,ce meme copain trés pote à Paris avec un copain qui vie à la Réunion grace à un copain de l'université,


Nous sommes la dernière colonie Française

19.Posté par Toujours plus le 03/09/2010 07:58
Elle est belle cette université! A quand lui donner un nom qui correspond à ses fonctions réelles?
" UNIVERSITE COLONIALE DE LA REUNION" devrait parfaitement convenir si je lis bien tout qui se publie!
Des lors tout est parfaitement ok ! et Mohamed Rochdi est l'homme de la situation!Comment dit-on en anglais Messieurs les universitaires en poste?

20.Posté par mansour le 03/09/2010 08:03
La lettre de Mr Lucas est édifiante et amène au moins 2 questions:
1-qui protège ce président d'université,?
2-A quoi et à qui sert une telle université à La Réunion?

21.Posté par Royal Bourbon le 03/09/2010 08:49
A Raoul Lucas,
Je ne suis pas maitre de conf hors classe mais je ne me laisse pas CONTER et non COMPTER.... Amicalement....

22.Posté par Gégé le 03/09/2010 11:08
Comment peut-on être à la fois spécialiste des îles de l'océan Indien, des îles des Caraïbes et des îles du Pacifique ? Il ne serait pas aussi spécialiste des îles méditerranéennes et des îles du Nord de l'Atlantique ???

23.Posté par Tonton le 03/09/2010 11:21

Quelque soit le représentant de l'Université aux débats. IRA , IRA pas etc...

Tous " les moyens légaux" existent dans cette affaire pour faire en sorte que le CA de l'Université soit révoqué.

Un Conseil d'Administration composé de personne dont la désignation n'est pas conforme à la loi ne peut prendre aucune décision.

Oté!!!

24.Posté par Mort de rire le 04/09/2010 03:03
Bien vu Gégé concernant les compétences du Monsieur le candidat recalé. Tu oublies qu'il est aussi sans doute spécialiste des îles de la mauvaise foi et des îles des chevilles qui enflent, qui enflent..... Bon en tout cas si les 19 autres candidats portent plainte aussi parce qu'ils ne sont pas sur la liste des auditionnées on va bien continuer à rigoler. Et si tout les candidats de tout les postes qui sont recalés font de même on va pouvoir faite un annuaire des plaintes.

Au fait ce Monsieur Thierry Nicolas, il est bien natifs des Antilles ? on a du mal à comprendre pourquoi alors tout le monde croit qu'il est réunionnais et que l'on vole la place aux réunionnais. Si il avait été élu c'est plutôt lui qui aurait pris la place d'un vrai candidat local de l'université de La Réunion......

25.Posté par temuco le 05/09/2010 23:13
Toute une polémique pour pas grand chose. Monsieur Thierry Nicolas est dans l'attente d'un recrutement depuis 2002. Depuis 2002, c'est un candidat malheureux. Si le dossier du candidat était aussi extraordinaire, il aurait été recruté depuis longtemps par une université de France, de la Réunion ou de Guadeloupe !!! En décembre 2010, l'université de la Réunion a organisé un colloque de haut niveua sur l'insularité et le développement durable, le célèbre candidat n'a proposé aucune communication. Nous aurions pu voir la qualité de ses travaux !!! Les polémiques sont faciles mais qu'on expose honnêtement le contenu des dossiers. Et parfois il faut accepter de reconnaitre qu'on n'a pas le niveau requis ; que tous les jeunes candidats qui viennent de finir leur thèse sont plus de plus en plus performants !!! il faut s'accrocher ou se reconvertir !!!

26.Posté par Mohamed Ali le 07/09/2010 16:16
Qu'il est drôle de voir ce grand "spécialiste" (une recherche rapide sur internet permettra de se rendre compte du nombre impressionnant de publications de ce monsieur qui, à l'entendre, est spécialiste de la terre entière à l'exception des quelques enclaves non bordées par un Océan...) se plaindre du système de "copinage" à l'Université.Un poste taillé pour lui par ses relations haut placées au CREGUR, pour être sûr qu'il soit sélectionné. L'intitulé du poste volontairement taillé très étroitement pour ne correspondre qu'à son profil ou presque. Et malgré cela... Quand l'hôpital se moque de la charité... Les 19 autres candidats refusés doivent ils porter plainte pour discrimination (anti-femme, anti-barbu, anti-...) ? Quand on pense aux "personnes de couleur" (je cite l'article) qui sont victimes de réelle discrimination, il est indigne d'instrumentaliser leur souffrance !

27.Posté par Je_suis_candidat le 18/09/2010 10:27
Comme de nombreux postulants à ce type de fonction, j'en ai vu des vertes et des pas mûres !

Malheureusement, cette situation est courante. Que de techniques pour éliminer la concurence du candidat présenti ! Profilage délirant du poste (Cherchons candidat travaillant sur la physique des plasma, qualifié en info et en math pure. Et pourquoi pas en droit public !), faire en sorte que les candidats sérieux n'arrivent pas à l'audition, pressions sur les membres des commissions "souveraines" (et parfois même menaces...), motivations plus que douteuses de certains "spécialistes" (Un membre d'une commission peut-il favoriser les candidats qui ont la même nationalité que la sienne ? Que dire du recrutement de celle qui est, de toute évidence, la maîtresse du président du comité de recrutement ?)... La liste est un peu longue ! Souvent, les intérêts personnels et politiques prennent malheureusement le pas sur la qualité du recrutement.

Thierry Nicolas a bien raison dans l'absolu mais, dans le monde universitaire, on n'aime pas les vagues et on sait trouver de bonnes raisons à tout.

28.Posté par tiyab le 17/04/2014 10:53
Salut à tous,

idem à la fac des sciences de la Réunion, et j'ai même mieux des postes sur concours sont déjà offert 1 ans à l'avance ;)

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales