Politique

Une prison pour 2017 : Les syndicats n'y croient pas

Malgré un détour par la Réunion qui n'était pas forcément prévu puisque le ministre ne devait à première vue se déplacer que pour la départementalisation de Mayotte, celui-ci a malgré tout relancé le projet de nouveau centre pénitentiaire dans le sud de l'île. Les syndicats eux parlent de délai utopique et attendent de voir.


Un nouveau centre pénitentiaire pour 2017. Une nouvelle qui aurait pu ravir les personnels de la pénitentiaire. Mais forts de leur expérience passée, tous ressortaient partagés après l'entrevue d'une demi heure avec le ministre.

Si dans le principe, tous attendent de nouveaux locaux adaptés aux exigences carcérales du 21è siècle, mais aussi aux contraintes européennes, ils restent perplexes quant au timing d'un tel projet.

De toute évidence, la démographie carcérale aidant, "en 2017, on aura besoin de places supplémentaires, mais nous on a déjà subi l'ouverture de Domenjod" se souvient Joseph Rubens, secrétaire régional de la CGT Pénitentiaire.

Une prison pour 2017 : Les syndicats n'y croient pas
Il laisse parler son vécu : "Il aura fallu attendre 20 ans entre le projet et la livraison de la prison. C'est pourquoi on lui disait (au ministre) qu'on était réaliste et que 5 ans ça nous semblait un peu juste".

7 départs en retraite pour 4 remplacements


En toute fin de journée, le Garde des Sceaux confirmait à la cour d'appel de Saint-Denis et devant le monde judiciaire local qu'il "confiait dès à présent au Préfet le soin de trouver du foncier pour l'édification de ce nouveau centre". D'un geste de la tête, Michel Lalande acquiesçait.

Autre point crucial des revendications syndicalistes, le maintien du remplacement poste pour poste des départs à la retraite. "Il faut que notre organigramme soit complet pour pouvoir fonctionner normalement. Il est hors de question de ne pas remplacer les départs à la retraite".

A ce titre Joseph Rubens prend l'exemple du centre de détention du Port où 7 départs à la retraite (pour 2011) seront pourvus par 4 remplacements seulement.

Voilà qui clôt le passage "pas forcément prévu" du ministre dans l'île et qui finalement soulève tout autant de questions, si ce n'est plus, qu'avant son arrivée. Les magistrats quant à eux ont bien l'intention de se faire entendre la semaine prochaine au cours d'une journée "justice morte".
Mardi 12 Avril 2011 - 07:34
Ludovic Grondin
Lu 1238 fois




1.Posté par cassepapaye le 12/04/2011 10:21
Michel Mercier peut dire tout ce qu'il veut, il ne sera plus là dans 1 an ! Parole, parole ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales