Société

Une pétition "Non aux incinérateurs à La Réunion" lancée en ligne


Une pétition "Non aux incinérateurs à La Réunion" lancée en ligne
Le Collectif Zero Déchet a lancé une pétition sur le site change.org pour appeler Didier Robert à ne pas construire d’incinérateurs dans notre île. Intitulée "Non aux incinérateurs à La Réunion ! Oui à une politique de réduction des déchets !", la pétition a déjà recueilli le soutien de 890 internautes.

Pour le collectif, la construction d’une unité de valorisation énergétique (UVE) ou encore de combustible solide de récupération (CSR), "ne sont ni plus ni moins que des incinérateurs mais qui permettent de la production d’énergie en brûlant les déchets".

Des unités qui produisent des "fumées toxiques" et "dispersent une grande quantité de particules cancérigènes qui échappent aux filtres", explique Collectif Zéro Déchet 974.

Ce dernier encourage plutôt la Région à mettre en place "des politiques audacieuses de réductions de déchets" comme à Roubaix ou à San Francisco.

Jeudi 23 Juin 2016 - 14:20
Lu 1017 fois




1.Posté par khera le 23/06/2016 14:31
il y aura pas d' incinérateur, c' est quoi cet article, alimenter des ladi lafé c' est le rôle des verts qui ne servent pas à grand chose.

2.Posté par pika le 23/06/2016 14:37
Bonjour

C'est bien beau de ne pas vouloir d'incinérateur, mais que fait on des déchets on les cachent à la vue de tous en les enterrant? je ne suis pas un fan de l’incinérateur mais les solutions proposé n'apporte rien. on risque de voir de nouveau nos ravines pleines de deschets alors que depuis 20 ans, un travail dans le bon sens est fait. Que doit on faire,donner le reste à ses poules et si on vie en appartements? qui fait t'on des deschets hopitaux, on les renvoit en bateau ou en avion - bravo le bilan carbone. Combien de personnes sont pret à arrété les couches, a payer plus cher, alors que pour bcp c'est difficile. Bien sur moins de dechets c'est bien. et bien sur il faut aller dans ce sens . Bien sur qu'une filialle de recyclage doit être mise en place mais de penser que grace à ca on aura 0 dechet. ... au quotidien, C'est malheureusement un luxe que tout le monde ne peu avoir, car ca coute cher. Alors quoi ?

3.Posté par Eno le 23/06/2016 14:39
Pour les cadavres humains ... OUI !
Pour les branches et herbes ... NON !

4.Posté par Merlin le 23/06/2016 15:13 (depuis mobile)
Incinérateur ou pas Îl faut trouver une solution pour nos déchets . Si les autres avaient anticipé on en seraient pas la !

5.Posté par Gerome le 23/06/2016 15:15 (depuis mobile)
On va d'abord voir les plans et ensuite on verra ce qu'on fera . A ceux qui ont signé la loi de transition énergétique et bien au boulot !

6.Posté par Zourit le 23/06/2016 15:26
pour les bagnoles ce sont les pots catalytiques et pollution zéro ( à priori sûre ....!!!!!)

solution : mettre un gros pot sur la centrale d'incinération ......lol.



7.Posté par sylvie le 23/06/2016 15:27
Elle etait ou votre pétition, quand verges était au pouvoir et qu'il ne pensait pas une seconde au devenir de cette situation? Ah oui ce n'est que la semaine dernière qu'il a commencé a s'inquéter.

8.Posté par sylvie le 23/06/2016 15:28
tout cette agitation est basé sur de la manipulation humaine. Comment peut on se servir des Réunionnais pour assouvir leurs soifs de vengeances.

9.Posté par bel air le 23/06/2016 15:29
je vous invite de venir passer une journée BANS LA CITÉE DU BEL AIR a STE SUZANNE """" comme son nom l indique """" après une période de pluie et vous me dirait l odeur ou encore aux abord de se cente pour voir les dégâts
qu est ce qu on na pas dit a la construction de la central thermique de bois rouge
ALORS me sieurs sois disant écolo OCCUPER VOUS de votre vrais travail
LAISSER LES GENS COMPÉTENT TRAVAILLER

10.Posté par Bazile le 23/06/2016 15:57
Il va falloir faire une explication de texte aux écolos sur incinératteurs et UVE....
C'est malheureux parce que c'est eux qui citent la Suede en exemple alors que ce pays valorise justement grace Aux UVE.

11.Posté par trop fort le 23/06/2016 16:31
Et oui
contre la NRL
contre la carrière
contre l'incinérateur

comme dit le proverbe "prend un ptit bois allé joué dans la taille"
zot na point travail pou fé cossa ?

12.Posté par Nounousse le 23/06/2016 16:41 (depuis mobile)
Je me demande. Si a la reunion ont est fes cons ou ont le fait espres car mr didier robert a bien dis qu ont fera pas d incinerateur mais il saura trouver do s solutions aux problemes si les autres elus au lieu de debiter des conneries ce metter ense

13.Posté par Nounousse le 23/06/2016 16:44 (depuis mobile)
Ils auraient peu etre trouver des solutions mais ils prefair se souciers plus de leurs interer que ce problemes. Alons mesdames et mesieurs les deputer occuper vous plus de nous

14.Posté par Marcel le 23/06/2016 16:50
Loi NOTRE oblige, il faut adapter le plan relatif aux déchets afin de caler ce qui est envisageable pour notre île. Sans ce plan rien ne peut être envisagé même pas une solution meilleur si il y en a une

15.Posté par Pamphlétaire le 23/06/2016 17:34
Il "existe", souvent plus performant sur le papier que concrètement dans le fonctionnement de l'installation, différents modes de traitements, souvent plus chers les uns que les autres pour leur installation et fonctionnement car ce sont les communes qui payent (ou plutôt les citoyens)...

Est-ce que celui ci-après est performant? Sur le papier sûrement. Et en réalité?
Unique en France : SYMEVAD, une unité de tri et de valorisation des déchets ménagers
À l’occasion de son grand rendez-vous, organisé le 23 juin 2015 à Lille, l’Observatoire a présenté l’expérience d’entreprises de la région qui créent le mouvement. Cette semaine : la performance énergétique du SYMEVAD, une unité de Tri Valorisation Matière et Énergie (TVME).

Ce sera la deuxième du genre en Europe : une usine capable de donner une seconde vie aux déchets ménagers et de les transformer en énergie sous forme gazeuse et solide. Gros plan sur un projet ambitieux, porté par un syndicat regroupant trois intercommunalités du Nord-Pas-de-Calais.
Réunis pour une belle cause : la valorisation des déchets ménagers

Là où se dresse fièrement la rutilante unité de Tri Valorisation Matière et Énergie (TVME) fonctionnait, il y a encore deux ans, une usine d’incinération datant de 1972 qui arrivait en fin de vie. Cette nouvelle installation témoigne d’un changement d’époque et de mentalités. S’il y a quarante ans, on trouvait normal d’incinérer les déchets ménagers, aujourd’hui, on cherche à les recycler et à les valoriser. C’est en tout cas, cette direction qu’a souhaitée prendre le Syndicat Mixte d’Élimination et de Valorisation des Déchets ménagers (SYMEVAD) des communautés d’agglomération du Douaisis, Hénin-Carvin et d’une partie de la communauté de communes Osartis-Marquion dans la région du Nord-Pas-de-Calais. « Lorsqu’on a commencé à travailler sur l’avenir de la gestion des déchets ménagers, on a cherché la meilleure technologie disponible en Europe », se souvient Martial Vandewoestyne, Président du SYMEVAD. Il apparaît rapidement que pour mettre en place un dispositif complet, moderne et performant en matière de déchets ménagers, à l’image de celui qui existe en Allemagne depuis 2006, il fallait qu’il capte un volume de déchets ménagers substantiels et concerne au moins 250 000 habitants. « Trois agglomérations qui n’étaient pas dans le même département, ni de la même organisation politique ont alors décidé de mettre de côté leurs différences pour engager leurs 310 000 administrés dans un projet commun », se réjouit Martial Vandewoestyne.

L’aventure valait la peine : l’unité de TVME du SYMEVAD, unique en son genre en France, est considérée aujourd’hui comme un exemple national.

L’« or » des poubelles transformé en énergie gazeuse et solide

Vu de l’extérieur, on ne l’imagine pas. Et pourtant, les déchets ménagers résiduels qui échappent au tri sélectif réalisé par le particulier recèlent un vrai potentiel énergétique qu’il « suffit » d’extraire. Il s’agit des déchets d’origine végétale. Au fil de plusieurs transformations, 80 % des déchets ménagers qui entrent dans l’unité de TVME en ressortent sous la forme d’énergie gazeuse ou solide. Seuls 20 % des déchets entrants finissent dans une décharge, faute de filière de valorisation existante.

Comment ça marche ? Sitôt arrivés à l’usine, les déchets ménagers sont séparés automatiquement par diverses machines selon leur poids, leur taille, leur forme, leur matière, etc. Les métaux ferreux, non ferreux et les matières inertes (verre, gravats) sont isolés pour être recyclés. Puis, les déchets essentiellement composés de matières organiques sont mélangés et brassés avec de l’eau (environ 1,5 m3 d’eau pour 1 tonne de déchets). Après une étape, dite de pressage, la partie liquide est envoyée vers un digesteur. Dans cette cuve, sans oxygène, les matières organiques fermentent et produisent du biométhane. Après avoir été épuré, il sera vendu et injecté dans le réseau « gaz de ville ». Lorsque l’usine aura trouvé son rythme de croisière, cela représentera près de 2,5 millions de m3 de biométhane par an.

La partie solide restante est déshydratée par séchage biologique et triée pour que les indésirables comme le PVC soient retirés et transformés en un combustible de substitution aux énergies fossiles classiques (fioul, charbon) appelé CSR. Il sera utilisé dans les fours des cimenteries régionales ou à proximité, en Belgique. Bien sûr, l’eau ayant servi durant ce long processus est soit recyclée dans le procédé, soit envoyée vers la station d’épuration de la commune voisine.
Un territoire rendu attractif grâce à une politique de valorisation des déchets ménagers

La collecte et l’élimination des déchets ménagers en France coûtent huit milliards d’euros. « À
l’échelle d’une commune, cela représente un poste important dans le budget », explique Martial Vandewoestyne, par ailleurs maire de Lambres-Lez-Douai. Voilà pourquoi les communes qui composent le SYMEVAD se sont toutes lancées dans une politique de réduction des déchets, de leur tri et de leur recyclage. « Sur notre territoire, la contribution des agglomérations membres du SYMEVAD aux traitements des déchets est bloquée depuis six ans, alors même que nous avons dû investir beaucoup d’argent dans la construction de l’unité de TVME ».

Cette attention portée à la chasse aux déchets n’est pas sans lien avec l’histoire du territoire, comme aime à le souligner le président du SYMEVAD : « On sait la peine et la sueur que cela a demandé aux mineurs pour aller extraire l’énergie fossile se trouvant dans le sous-sol du Nord-Pas-de-Calais. Il est donc logique, aujourd’hui, que nous cherchions à valoriser l’énergie disponible et à portée de main : celle que recèlent les ordures ménagères ».
Le TVME en chiffres

54 millions d’euros, c’est le coût du site.
8 millions d’euros, octroyés par l’ADEME et des fonds européens (FEDER) pour encourager le projet au titre du caractère démonstratif de cet équipement.
100 000 tonnes de déchets par an, c’est la capacité maximum de traitement de l’unité de TVME.
2,4 millions de m3 de biométhane produits par an dans l’unité de TVME et injectés dans le réseau GrDF.

16.Posté par Réflexion le 23/06/2016 17:36
Que faire de nos déchets ? Toutes sortes de collectifs sont crées dans l'unique but de contrer les projets qui sont en cours d'élaboration...Comme le disent bon nombre d'entre vous, que faire de nos déchets? Les centres d'enfouissements ne sont pas éternels, et nous rappelons à ce collectif que nous sommes sur une île, nous avons déjà énormément de mal à trouver du foncier pour loger les réunionnais ...

Je rappelle également que La Réunion importe une quantité astronomique de charbon pour faire tourner les usines du Port, Le Gol et de Bois Rouge : le coût carbone : excavation , transport ( bateau ) , transport ( usine ) + rejet C02 de l'usine.

Enfin à un moment il faut faire preuve de lucidité, nous sommes sur une île...alors oui nous devons accentuer le tri des déchets, la politique en matière de gestion des déchets doit mettre l'accent sur une optimisation du tri selectif, mais concernant le reliquat de déchets...la solution de l’incinération est la plus efficace : qui permettra d'une éliminer les déchets sans polluer nos sols et ses alentours ( je vous invite à vous rendre sur les terrains entourant les centres d'enfouissements surtout Pierrefonds... , ensuite la combustion de ces derniers générera de l'énergie, réduisant l'apport en charbon dans les usines.

Des camions sillonnent tous les jours l’île de St Marie a Pierrefonds pour déverser les dechets... faite le bilan carbone..

ARRETER DE CREER DES COLLECTIFS SI CE NEST POUR APPORTER AUCUNE SOLUTION ET SURTOUT MENER AUCUNE REFLEXION DERRIERE !

17.Posté par Paradoxe quand tu nous tiens !!!! le 23/06/2016 18:30
Ben oui faut faire comme Jean noel Cadet le dit , il faut trier et sur la part de déchet ultime, ne pas bruler ou valoriser : on met tout ca sur un bateau et on envoie ca loin de nos yeux !!!!
CA C EST de L ECOLOGIE DE HAUT NIVEAU !!!!

18.Posté par Pourquoi ne pas signer le 23/06/2016 18:32
Parce que enterer la merde sous nos pieds est irresponsable,
l'envoyer loin de nos yeux est irresponsable,
que traiter nos déchets est de notre responsabilité !!!!
et qu'a l'heure actuelle les incinérateurs de type Suedois (evoqués par MrCadet mais auquel il est opposé) est la meilleure solution connue !!!!

19.Posté par flora le 23/06/2016 18:49
jean alain cadet la palle du plus mauvais ecolo, sa soluyion aller poluer chez son voisins. ouahhhh rassurez moi vous avez pas faut des etudrs pour nous pondre des ignominies pareil.

20.Posté par fi colon le 23/06/2016 20:55
Je viens d'entendre des élus vanter l'incinérateur.
C'est ce sont des experts en parole.
on le sait au siècle dernier, ils avaient aussi trouvé l'amiante , un matériau formidable.
Et aujourd'hui, il y a un plan amiante et ça coûte la p...... des f....... pour le soustraire de nos lieux habités.
Moi je ne suis pas contre, mais je voudrais prendre du recul pour voir les effets sur la santé des riverains proches ou non de ces brûleurs de déchets.
Quelles enquêtes sur la santé ont été menées en ce sens.
Je mets au défi n'importe quel décideur, chimiste ou concepteur de me prouver que j'ai tort.
Alors brûlés en laboratoire, on sait les résultats et en usine, comme par hasard, il n'y a plus de conséquences, d'un coup tous les effets néfastes disparaissent.
Je suis aussi contre Mme BELLO et M. ROBERT Thierry car eux ils étaient pour il y deux ans . Et, se trouvant dans l'opposition, ils sont tout à coup contre.
Et dans vingt ans on verra? Prenez note.

21.Posté par Nounousse le 23/06/2016 22:51 (depuis mobile)
Ne nous laissont pas manipulé car y a coup fourré et coup monté derriere tous sa ont decide pas sur un coup tête de faire grève devant la région si ce n est pas pousser par l opposition qui est toujours entreind de foutre leurs m.....!!!

22.Posté par titi et gros minet le 24/06/2016 09:08
De toute facon les verts quand c'est les copains qui ne se soucis pas de la nature ou de l'environnement ils font motus bouche cousus ,on n'a pas vu et c'est pas les copains ont dénonce tout dans la presse
Bravo à nos vert ,l'hypocrisie i tue pas

23.Posté par ALEXANDRA le 24/06/2016 12:07
il existe un process propre, moins cher..

24.Posté par Nari le 04/07/2016 17:22
Faut bien se débarasser des ordures non? Donc, si on ne les brûle pas, et considérant qu'un réunionnais produit beaucoup de déchets, où va-t-on les mettre lorsqu'ils commenceront à s'empiler?! On va les envoyer ailleurs? Pour qu'ils polluent les pays voisins??? N'importe quoi!

25.Posté par georges le 02/09/2016 18:07
Même combat avec l'incinérateur d'IVRY SUR SEINE !!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales