Santé

Une nouvelle saignée impossible pour les laboratoires d'analyses

Les députés ont entamé les discussions autour du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Un projet de loi qui prévoit 2,4 milliards d'économies pour l'année 2013. Les laboratoires d'analyses sont directement concernés par cette réforme qui prévoit une nouvelle baisse des tarifs des actes médicaux d'un montant de 155 millions d'euros pour les laboratoires. Cette baisse s'ajoute à celles observées les dernières années pour arriver à un montant avoisinant les 1,5 milliard d'euros. Elle pourrait entraîner la fermeture de 3/4 des laboratoires d'analyses en France mais également à la Réunion. 8.000 emplois sont en jeu, dont 120 dans notre île. Pour protester, les biologistes ont décidé de baisser le rideau de leur laboratoire tous les après-midi de cette semaine.


Une nouvelle saignée impossible pour les laboratoires d'analyses
Cette semaine, Jean Rogier, biologiste et porte-parole de la PEP (Plateforme d'exercice professionnel), a rencontré le directeur général de la branche santé de la CGSS de Saint-Denis. "Il connait nos doléances", explique-t-il. Le mouvement initié cette semaine par les laboratoires n'est pas anodin. "En ce moment à Paris ont lieu les journées internationales de la Biologie. C'est un coup de projecteur sur la profession. Hasard du calendrier, cette semaine ont également lieu les discussions au parlement sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour l'année 2013", souligne Jean Rogier.

Si les biologistes ont décidé de baisser le rideau de leur laboratoire tous les après-midi cette semaine, c'est pour protester contre la baisse annoncée du tarif des actes médicaux des laboratoires d'analyses. "L'enjeu est important. Si la baisse drastique est confirmée lors du projet de loi, 3/4 des sites fermeront en France", prévient-il. En France, la fermeture des laboratoires représenterait 8.000 licenciements directs, à la Réunion elle se chiffrerait à 120 emplois directs. "Depuis plusieurs années, les biologistes ont encaissé les baisses sur les actes médicaux en s'adaptant. Il faut savoir que la biologie représente 4 milliards d'euros sur les dépenses totales de la Sécurité sociale", précise-t-il.

Envoie des feuilles de soins au format papier : Surcoût estimé à 300 millions d'euros pour la Sécu

"Aucune entreprise ne peut encaisser une telle baisse", prévient Jean Rogier. En plus de manifester leur mécontentement en baissant leur rideau, les biologistes ont décidé de ne plus transmettre les feuilles de soins au format électronique et de revenir au traditionnel format papier. "Un surcoût pour la Sécurité sociale et un bon moyen de pression", souligne-t-il. Si le traitement informatisé des feuilles de soins représente un coût dérisoire, celui du traitement manuel est évalué à 3 euros par feuille. "Les laboratoires envoient 100 millions de feuilles par an à la Sécu, je vous laisse faire le calcul", explique Jean Rougier. Un surcoût évalué à 300 millions d'euros pour la Sécurité sociale.

Au-delà de la mobilisation, les biologistes veulent lancer un cri d'alarme au gouvernement sur le risque de désert médical qui se profile en cas de fermeture des laboratoires d'analyses. "Il n'y aura plus de sites de proximité. Les patients devront faire des dizaines de kilomètres pour faire leurs analyses. En France, 500.000 prélèvements sont effectués tous les jours. A la Réunion on évalue à 6.000 le nombre de prises de sang quotidiennes", ajoute Jean Rogier.

Le regard des biologistes va se tourner vers le parlement cette semaine, mais également vers la CNAM (Caisse nationale d'assurance maladie) qui n'a pour le moment pas "écouté" les doléances des biologistes. "On espère ouvrir rapidement le dialogue", conclut-il.
Jeudi 8 Novembre 2012 - 10:28
Lu 1715 fois




1.Posté par Les pauvres le 09/11/2012 08:00
C'est un milieu que je connais bien (je les ai eu comme clients)
Ils ont tous une Porche ou une Ferrari en métropole et se plaignent de la consommation de leur voiture et du prix du carburant.
Toutes les analyses en biochimie et hématologie sont faites par des machines automatiques sur lesquelles travaillent des employés payés au smic.
Les biologistes essayent de confectionner eux mêmes les réactifs utilisés dans ces machines pour baisser leur prix de revient avec le risque de sortir des résultats moins précis (ou faux)
Qu'ils arrêtent de pleurer c'est l'une des professions les plus rentables dans le médical.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales