Santé

Une nouvelle épidémie de type "chik" est-elle possible ?

La Réunion et les professionnels de la santé sont-ils prêts à faire face à l'émergence d'une nouvelle pathologie infectieuse? Deux enquêtes commandées par les organismes sanitaires mettent en évidence la nécessité de développer la formation des médecins sur les maladies à transmission vectorielle et les arboviroses, et d'améliorer les moyens d'échanges entre les pouvoirs publics et les médecins.


A l'issue de deux enquêtes menés auprès de la population générale et auprès des médecins généralistes, sur les comportements et perceptions des risques liés aux moustiques à La Réunion, il en ressort que la formation à la médecine tropicale devrait être plus complète et que l'informatisation autour de la maladie aurait dû être plus significative pour les professionnels. L'enquête auprès de 415 ménages de la population réunionnaise montre que la gestion de l'épidémie a eu un fort impact sur l'environnement...

Cependant, les gens ont adopté les bons réflexes pour éviter les eaux stagnantes propices aux développement des larves. "90% des personnes interrogés savaient que le moustique est le vecteur de transmission du virus du chikungunya". Mais selon ce dernier, il y aurait encore "du chemin à faire car les personnes ne se sentent pas encore suffisamment impliquées. Elles ont le sentiment qu'elles n'y peuvent pas grand chose".

Malgré les multiples campagnes d'information et de communication consécutives de l'épidémie du chik, il y a toujours une difficulté pour une fraction de la population à établir un lien entre environnement et santé s'agissant de maladies transmissibles vectorielles.
Vendredi 17 Avril 2009 - 07:54
Karine Maillot
Lu 750 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales