Faits-divers

Une jeune Malgache trop jolie, un vieux Français trop riche, deux mondes trop opposés !


Une affaire qui aurait dû se régler devant le Juge des affaires familiales est arrivée en correctionnelle parce qu’un mari déçu veut se venger et faire annuler un mariage par lequel sa jeune épouse peut acquérir la nationalité française. Une façon de se demander si Cendra n’a pas épousé Jean dans ce seul dessein. Mais au fil des débats, on va finir par en douter.

Le seul qui semble n’avoir douté de rien est Jean. Il est divorcé (pour la seconde fois) avec une jeune fille mineure et a 65 ans lorsque, sur Internet, il fait la connaissance de Cendra, 27 ans. Se dessine l’inévitable catastrophe. On veut dire que si des coups de foudre peuvent exister entre une très jeune et très jolie jeune femme (Cendra est un vrai canon !) et un homme d’âge plus que mûr, ce ne peuvent être que des exceptions.

Cendra, un peu trop vite traitée de "p..." par certains témoins et son ex-mari, n’est pas une fille des rues ni une pauvresse. Elle est licenciée en géographie et a un diplôme en océanographie. Nous sommes loin de la coureuse de dot.

Jean, qui élève seul sa fille, cherche une compagne qui pourrait, pourquoi pas, devenir une mère en remplacement de celle qui les a abandonnés, sa fille et lui.

Site de rencontres, échanges platoniques qui deviennent vite plus chauds, photographies dénudées dont on ne saura jamais vraiment comment elles sont arrivées là…

Jean se rend à Tananarive plusieurs fois, ils se plaisent manifestement et décident de sauter le pas. Moins d’un an après leur première rencontre, ils se marient et le couple revient s’installer à La Réunion, à Saint-Paul où Jean dirige l’agence locale d’un très grand groupe international. De là à songer qu’il "a les moyens"…

Très vite la mésentente s’installe ; les reproches de Jean fusent :
"J’ai vite compris qu’elle ne voulait que le mariage et l’argent. Assez vite elle ne s’est plus du tout occupée de nous, se levait tard, ne faisait rien".

Elle, elle dit avoir ressenti du mépris. Elle se sent rabaissée, enfermée, se fait insulter avec des mots que nous n’allons pas rapporter ici. D’autant moins que les affirmations de ces deux-là ne peuvent être prouvées : la parole de l’un contre celle de l’autre.

Il y a bien des témoignages fournis par Jean contre sa jeune épouse, comme quoi elle aurait avoué à ses amies, au pays, qu’elle voulait "un  Français riche et un certificat de nationalité française".

Mais il apparaît clairement que ces témoignages sont plus que douteux. Achetés ?
La mésentente se transforme presque en haine réciproque, au point que Jean finit par cogner "l’étrangère", ce qui lui vaudra d’être condamné en correctionnelle. Logiquement, ils finissent par se séparer et entament une procédure de divorce.

Mais cela ne semble pas suffire à Jean qui sollicite l’annulation du mariage, ce qui conduirait inévitablement Cendra à rentrer dans la Grande-Ile. Pour cela, il porte plainte pour que la jeune femme soit convaincue de mariage blanc dans la seule intention d’acquérir la nationalité française. Ce qui conduirait à l’annulation ci-dessus évoquée.

Pour preuve de ses désidérata, il avance plusieurs faits troublants. La jeune femme se serait ainsi fait verser de l’argent par des inconnus par l’intermédiaire du tristement célèbre Western Union. Elle "aurait" vidé son compte en banque.

Cendra, de son côté, n’en démords pas :
"Je l’aimais vraiment. Mais il avait des problèmes, notamment par rapport à sa deuxième femme, qu’il traitait de p…, y compris devant sa propre fille ! Devant moi, il a dit à sa fille, un jour que la maman de celle-ci voulait lui parler au téléphone : Tiens, c’est la p… du Bois de Boulogne qui t’appelle !"

Ce que Jean nie formellement.

"Elle ne l’aimait pas. Elle voulait juste des papiers français ! "

Après les coups, Cendra effectue un séjour au CHSR puis chez Papamomonlélà, avant de rentrer dans le Sud où une amie l’héberge.

Pour Me Lacomblez, de la partie civile, c’est clair : "Elle ne l’aimait pas. Elle voulait juste des papiers français ! "

Le substitut Saunier a opté pour la dérision : "Mariage blanc, mariage gris ? Il y a toujours deux responsables dans une telle affaire. Il faut être bien naïf pour ne pas voir les difficultés à venir. Rencontre rapide, mariage encore plus rapide… Qui cherchait quoi là-dedans ?"

Arguant que nul ne pouvait se prévaloir de ses propres turpitudes, le substitut Saunier a dit sa répugnance à requérir en raison de sa perplexité et s’en est remis à la "sagesse de la Cour".

Me Vidélo-Clerc, pour l’accusée, a tiré dans le même sens que le substitut, affirmant que Jean voulait "une femme-objet", que l’enquête de gendarmerie avait été menée à charge et que les prétendus témoignages contre Cendra avaient été obtenus par des moyens ignobles.

Décision de la Cour jeudi prochain.
Vendredi 10 Avril 2015 - 10:24
Jules Bénard
Lu 11785 fois




1.Posté par zan le 10/04/2015 11:37
Avant dernière ligne du deuxième paragraphe:

"Cendra est un vrai canon !"

LOL

2.Posté par noe le 10/04/2015 12:55
C'est tj triste ces affaires de "cœur" entre une jeune canon et un "vieux" qui recherche l"AMOUR !

Que cette histoire corrige beaucoup d'hommes qui cherchent l'aventure , l'amour avec une jeune femme de Madagascar ou ailleurs !
Ne pas oublier que "l'amour c'est le fric" et que "sans fric , pas d'amour" !

3.Posté par Jules Bénard le 10/04/2015 12:57
A posté "zan" : chacun ses goûts, mon cher. Je peux vous dire que lorsqu'elle se déplaçait dans la salle des pas perdus ou dans l'enceinte du tribunal, quelques jolis torticolis ont pris naissance.

4.Posté par Bien voyons! On va se gêner ? le 10/04/2015 13:53
Cela lui serait revenu moins cher d'aller du côté de la pointe du diable, à st andré ou encore au port !!

5.Posté par thierry3468 le 10/04/2015 14:35
Il est toujours consternant de lire ce type d'histoire car des guignols s'imaginaient profiter de la misère des autres pour assouvir leurs bas instincts .C'est toujours la fable de l'arroseur arrosé et le plus navrant dans cet épisode,c'est que notre triste sire joue les victimes ....Pauvre guignol qui ne réfléchit pas plus loin que le bout de son ....nez.

6.Posté par joevany le 10/04/2015 14:44 (depuis mobile)
S''installer dans le sud pointe du diable nul ne peut ignorer la tendance ce n''est ni le dernier le mariage gris autorise les magistrats à tuer le père une deuxième fois. Jean ferrat dans sa chanson la femme est l''avenir de l''homme.

7.Posté par Jules Bénard le 10/04/2015 15:30
à Thierry 3468 : vous avez dit tout bas ce que personne n'a osé dire. Chapeau pour votre franchise, ça devient rare.

8.Posté par darloute le 10/04/2015 15:40
Elle aurait due prendre un jeune ti créole, un dupe ,cela aurait été plus simple.

9.Posté par olivier Montfort le 10/04/2015 16:59
L'on ressent une petite pointe de jalousie chez le rédacteur de cet...article,à charge, contre ce pauvre type. Déjà dire d'une femme mariée devant son mari qu'elle est "canon" mériterait deux bonnes baffes cette phrase étant prononcée par un particulier mais venant d'un " journaliste" ce devrait être un bon coup de pied au C....Il s'agit là d'un fait divers, point barre, et l'auteur de l'article n'a pas à donner son sentiment personnel . Pourquoi jeter la pierre à ce type un peu concon et naïf...Il devrait lire plus souvent les faits divers parlant des mariages" d'amour" d'un vazaha avec une jolie Gasy locale. Néanmoins ce type en plus d'être naïf me semble invivable et malsain pour parler ainsi de la mère de sa fille devant son propre enfant et cela n'a pu être inventé car je vois mal une Malgache être au courant de ce qui se passe dans le bois de Boulogne..., encore ce besoin de suprématie du zorey sur l'indigène.... Ah la la ! Ou est le bon vieux temps des colonies...?

10.Posté par Jules Bénard le 10/04/2015 17:26
A posté 8 "darloute" :
Comment pouvez-vous savoir ce qu'elle cherchait ?
Peut-être simplement une âme soeur ? Ca existe, quand même !
On a trop vite fait d'assimiler les jeunes Malgaches à des chercheuses de pognon.
Je vous rappelle que lorsque des Réunionnaises écrivent dans les annonces rencontres, elles mettent sans ambages "cherche métro" !!!!!!!!
C'est mieux ?

11.Posté par darloute le 10/04/2015 17:58
Mr Bénard ,je ne parle pas d'argent mais cela est aussi valable pour les réunionnaises sauf que la nationalité n'est pas en jeu. Elle 27 ans et lui 65 ans ,même si l'amour n'a pas d'âge et de frontières laissé donc le bénéfice du doute.

12.Posté par pipo le 10/04/2015 19:46
il etait une fois une jeune canon et le vieux crouton...

13.Posté par Maskagaz le 10/04/2015 20:45
Post 10: Bravo, il n'y arien à rajouter, sinon que les annonces en question précisent en général: cherche métro d'âge mûr.

14.Posté par Jules Bénard le 10/04/2015 21:12
A posté 9 "Olivier Montfort" :
- une pointe de jalousie, dites-vous ? sûrement pas pour votre style d'écriture, en tout cas !
- pour ce qui est de "la bonne baffe" ou encore du "coup de pied au cul", je vous invite à venir essayer... je dis bien "essayer". Je suis chaque jeudi au tribunal de St Pierre pour faire mon travail. On verra bien si vous êtes aussi courageux en actes qu'en paroles anonymes, cher connard
- "je n'ai pas à donner mon sentiment personnel" ? Crétin ! Je dis et écris ce que je veux et le seul à me faire des remontrances est mon rédacteur en chef ; pas un abruti comme vous !

15.Posté par maskagaz le 10/04/2015 21:34
Post 14: Vous avez raison, mais les insultes du genre connard ou abruti n'ajoutent rien à votre argumentaire, alors restons courtois, même avec les beaufs et les blaireaux qui regrettent le bon temps des colonies.

16.Posté par Ladi Lafé le 11/04/2015 07:54
à 27 ans, la canon, ce qu"elle peux manger par jour, à 65 ans, le vieux cons peut , peut être par par mois.
je suis un adepte du tchatche, enfin, j'étais un peu accros, mon age allait de 25 à 73 ans, mon statut de ""sortie de prison pour vengeance criminel""" à PDG de petite société , à 19 ans, elles n'ont pas peur d’épouser un arrière grand père, l'amour n'a pas d'âge qu'elles disent ! je peux vous dire que rien ne les arrêtent, surtout les ivoiriennes, je peux vous assurer que rien ne les arrêtent, elles savent tous les papiers nécessaires et les démarches à faire , sans oublier "western union" où elles sont incollables
Et les jeunes qui se marient avec des vieux ploucs, dès qu'elles ont les papiers , elles demandent la divorce parce que le mari devient subitement violent

17.Posté par Thierry MASSICOT le 11/04/2015 23:44
Non mais faut arrêter de juger les dires, enfin les arguties de Jules Bénard...C'est le genre de commentaire qui est répandu tout le long de la journée sur Freedom: "Du croustillant, du bien dégueu, comme on aime!" Ceci dit je ne pense pas que ce "Jules Bénard" ait une carte de presse..Je pense qu'il n'est qu'animateur enfin "Bonhomme de foire" un vendeur quoi..Il faut donc considérer ses propos et surtout ses réponses aux critiques à la juste hauteur qu'elles méritent : Le rase motte!

18.Posté par L'Ardéchoise le 12/04/2015 01:26
17, Jules vous déplaît? Alors pourquoi le lire ? Pourquoi le commenter?
Allez donc voir d'autres propos sur Mada, la famine, la misère de ce peuple oublié de tous.
Lâchez- vous, enfin, dans ce qui semble être plus chez vous un rase violettes, voire un rase pissenlits loin de considérations humanitaires.
Pauvre sire, vous faites pitié. Vos propos sont tellement bas qu'ils rejoignent ceux des "Chaleurs tropicales " qui font les beaux jours de la radio que vous citez.
Adepte sans doute du "mwin lé plis, mwin lé pas mwin", si intello de cette intelligentia réyonnaise qui se croit supérieure au mépris de ce qu'est le Réunionnais de base, le vrai, le gentil, le sympa, celui qu'on aime et qui donne envie de venir sur l'île,
Cela ne vous dérange guère de parler au nom de vos congénères.
Vous savez quoi : changez de blog, celui-ci et ses intervenants ne vous conviennent visiblement pas.
Et moi j'aime Thierry, mais ce boug-la...

19.Posté par Thierry MASSICOT le 12/04/2015 12:55
Post 18 Ma pauvre "Ardéchoise" Vos commentaires sont tellement confus, tellement hors de propos que cela frise le ridicule!

20.Posté par olivier Montfort le 13/04/2015 20:44
Pauvre Môssieur benard si vous aviez une once d'intellect vous répondriez autrement, l'insulte n'est que le reflet d'un QI des plus bas, l'insulte est l'apanage des ignorants et des étroits du bulbe, je vous croyais au dessus de cela. Il semblerait que Thierry Massicot vous connaisse mieux que moi. Bref je persiste et signe, vous n'avez pas à dire que la femme d'untel ou d'untel est canon, en public et en sachant que le mari lira le texte. Quand à la gifle ou le coup de pied au cul il eut été plus amusant de prendre cela au second degré, mais pour cela il vous faudrait déjà un degré. Le fait que vous mettiez en avant un emploi au tribunal de Saint Pierre ne vous valorise pas forcement il n'a jamais fallu de hauts diplômes pour buller dans ce genre d'endroit...empli de greffiers venu sur l'île profiter de la surem' même si vous êtes un natif de notre île. Je suis bien persuadé que vous n'avez aucune carte de presse, votre seul qualité est d'être apparenté au boss. Alors Môssieur benard à l'avenir exprimez vous, car c'est notre liberté à tous, mais de grâce, restez poli ça ne peut que vous rendre plus humain.... Mais si cette grossièreté vous sert et vous aide à règler vos problèmes affectifs alors allez y, après tout vous ne m’intéressez pas plus que cela...

21.Posté par Thierry MASSICOT le 13/04/2015 22:15
Post 20 Olivier Monfort/ Belle réponse à ce Monsieur Benard..Je ne le connais pas plus que vous...Si j'ai réagi, c'est que votre commentaire concernant son article était plus, il me semble, sur le ton de l'humour que de la virulence...Sa réponse fut grotesque, insultante...J'en déduit qu'il ne peut-être journaliste! Il ne doit rendre compte, a priori, qu'à son rédacteur en chef, soit...Dans un vrai journal, le blâme doit être au rendez-vous : Insulter les lecteurs à qui on donne l'opportunité de poster une réaction, sous la réserve expresse que le modérateur en vérifie la teneur et juge ainsi la dite réaction acceptable, implique que Jules Bénard n'aurait jamais dut vous insulter de la sorte..Mais au fait, le modérateur laisse passer les injures proférées par M.Bénard envers les gens qui le font vivre..Etonnant ! Non?

22.Posté par Pierre le 17/04/2016 23:20
Un vieux croûton qui voulait retrouver sa jeunesse avec une jeune minette et en plus faire d'elle sa femme de ménage, la nounou pour son enfant. A montrer aux autres qu'il plaît encore. S'il souffre d'un problème existentiel il aurait du voir un psychologue ce vieux crouton

23.Posté par Jean Rigaule le 18/04/2016 06:55
Bataille d'ego mis à part... Nous connaissons tous malheureusement des histoires qui finissent mal entre vaza et gasy mais également entre créoles et gasy. Mariage, enfant puis divorce, c'est le triste enchaînement des faits. Je connais par ailleurs des couples qui continuent a être ensemble mais ceux la se sont généralement rencontrés à la Réunion à la suite de turpitudes personnelles et conjugales préalables. A qui la faute ? La situation est similaire dans d'autres pays du monde des lors que l'on confronte des pays de richesse differente. Tristes tropiques...

24.Posté par vanille le 18/04/2016 07:58
Monsieur Bénard est-ce que votre torticolis va mieux ????
Donner RV à O. Montfort (avec lequel je suis peu souvent d'accord) dans un tribunal est très courageux de votre part !!! Votre avocat sera sur place aussi ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales