Faits-divers

Une guérisseuse entraîne la mort d'un jeune malade

Hier, une femme de 50 ans, guérisseuse, a été mise en examen pour avoir profité de la vulnérabilité de ses patients, et notamment d'un adolescent de 14 ans atteint de la mucoviscidose. Le jeune garçon aurait, sous ses conseils, arrêté son traitement provoquant ainsi sa mort prématurée. Elle a été placée en détention provisoire.


Une guérisseuse entraîne la mort d'un jeune malade
Vivienne Beaupréau était une guérisseuse réputée dans son quartier. Au fil du temps, elle devenait davantage un gourou qui prodiguait des soins à travers des sacrifices d'animaux et des cérémonies tamoules, faisant preuve d'autorité sur son entourage.

Depuis 2007, cinq plaintes de "patients" mécontents, fragiles psychologiquement et ayant perdu beaucoup d'argent, se succèdent sur le bureau de la gendarmerie. Pour cette raison, la guérisseuse est mise en examen pour "abus de faiblesse sur personnes particulièrement vulnérables.

Mais l'affaire a pu éclater avec des faits plus graves. En 2008, un adolescent de 14 ans est mort à Paris, à l’hôpital Necker. Le petit Bénédictin était malade de la mucoviscidose. Or, ses parents étaient adeptes de cette guérisseuse qui les conseille de stopper le traitement en cours.

L'état de santé de garçon se dégrade, l'enfant est hospitalisé à la Réunion, avant un transfert à Paris. Les médecins sont fermes, jamais cet enfant n'aurait dû mourir aussi vite. Vivienne Beaupréau est donc également mise en examen pour “privation de soins sur un mineur de moins de 15 ans, par personne ayant autorité, ayant entraîné la mort”.
Vendredi 18 Juin 2010 - 07:37
Mélanie Roddier
Lu 3751 fois




1.Posté par Under Ground le 18/06/2010 11:55
Nous pouvons tous les jours voir dans l'journal (Jir & Quotidien) des annonces vantant les qualités de médiums, guérisseurs et autres liseurs de bonne aventure. Nous avons ceux qui guérissent tout dans la semaine (mini tract sur nos pare-brises) jusqu'à ceux qui mettent en avant des diplômes délivrés par telle université versant dans le paranormal (du pipeau bien sur), souvent située au Canada ou quelque part au Zuéssa. On a aussi nos festivals de voyance (jusqu'à l'année dernière, on avait droit au Sterne, tous les ans, ce type de rendez-vous, entre marc de café et machines à sous) et nos conférences pilotées par tel oiseau guérit jadis du mazout qui vient nous raconter son bonheur de croire aux pouvoirs d'une pierre en plastique. S'agissant des guérisseurs des pages intérieures de nos journaux, on peut d'ailleurs remarquer qu'une ligne de démarcation existe, séparant les médiums "blancs" et les "noirs". Les uns, comme le fameux Brice Saint-Clair (bravo le pseudo) pouvant se payer un quart de page, mettent en avant leur qualité de "baiseurs d'paquet international" en affichant leur pédigrée (fils naturel de tel grand spécialiste de la métempsychose et ayant écumé toute l'Europe des gogos avec succès) et leur mine de présentateur télé... Les autres se réservant, à défaut des annonces gratuites, un format timbre poste pour des messages allant à l'essentiel, mais souvent avec plus d'indices exotiques : "...guérit le cancer avant qu'il ne se déclare, peut faire gagner au loto, etc.". Pour ceux-là, la vie est souvent plus dure. Ils ont plus souvent vite fait d'être reconduits à la frontière, avec un coup d' pied au cul comme au revoir, mais passent parfois quelques jours derrière les barreaux. Ils sont les seuls à être "inquiétés". Car ils salissent la profession. Ils vont trop loin des les promesses. Faut être raisonnables dans le milieu des attrapes nigauds. Regardez ces pubs pour mobiles où on demande chaque soir avant le journal télévisé (d'Antenne par ex.) : "Tu veux connaitre ton avenir ? Alors tape le 666... et envois Pigeon"... Comment pourrait-on condamner de telles pratiques? Surtout quand elles rapportent aussi bien aux médias qu'aux charlatans?
Et puis, j'allais oublier... On a nos artistes "péi"... Nos guérisseurs et guérisseuses du terroir... (On ne parle pas ici des tisanneurs, bien entendu... Quand ils ne font que de la tisane qui ne tue pas...) J'ai vu, au milieu des années 70, un des mes oncles atteint de la maladie de parkinson, se faire fouetter à coup de nerfs de bœuf, jusqu'au sang, par une guérisseuse très connue du côté de l'Etang-Salé, juste à côté du dancing qu'elle tenait les weekends et jours fériés. Cet homme aurait très bien pu consulter un spécialiste, mais à cette époque (qui ressemble bizarrement à la nôtre) l'entourage immédiat de cette personne avait tout de suite décelé en lui l'action et l'œuvre du diable. Mais bien sur...
Se tordant de douleur sous les coups qui lui laceraient le cuir (on lui jetait sur les plaies quelques poignées de sel fin de temps à autre pour parachever le tableau), allongé dans la poussière, gagné par toute une série de convulsions, tenant alors des propos incohérents, tonton montrait à la fin ce qu'il fallait de signes extérieurs de possession pour passer tout droit par la case "démons".

...

2.Posté par A Under Ground le 04/10/2011 08:33
Monsieur, viens dire à moin en face que mon ami est un baiseur de paquet internationnal et mi va prouve à ou que son travail lé pas une opérette et ma prouve à ou aussi que son nom c pas un pseudo. si out tonton la gagne chabouk dessus son corps, i donne pa ou l droit d'insulte MON AMI (...)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:53 Le CROSS évacue un marin philippin par hélicoptère

Vendredi 2 Décembre 2016 - 10:51 St-Louis: Collision entre un bus et une voiture

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales