Société

Une étude révèle les conséquences du chikungunya sur le nouveau-né


Une étude révèle les conséquences du chikungunya sur le nouveau-né
La transmission du virus du chikungunya par la mère à son bébé lors de l'accouchement a-t-elle un impact sur le développement de celui-ci ? La réponse serait oui, selon une étude du programme de recherche clinique hospitalier "Chimère" faite par des spécialistes réunionnais et dont les résultats ont été publiés sur le journal de "PLOS Neglected tropical diseases", dédié aux maladies tropicales les plus négligées.

33 enfants, infectés entre 2005 et 2006 à La Réunion, et âgés de deux ans au moment de l'étude, ainsi que 135 enfants sains ont été étudiés. Le développement psychomoteur a été analysé par des examinateurs qui ignoraient quels enfants avaient été infectés. Les mouvements, la posture, la coordination, le langage et la sociabilité, soit les "quotients de développement" ont été étudiés, ainsi que le développement neurologique de manière plus globale. 

Le quotient de développement pour les enfants infectés est de 86,3, tandis que celui des enfants non infectés est de 100,2.

Concernant les retards neuro-développementaux, 51%, des enfants infectés en ont présenté (soit 17 sur 33), contre 15% (21 sur 135) chez les enfants non infectés. Ces retards concernent principalement la coordination et le langage (57%), la sociabilité (36%) et le mouvement et la posture (27%). La moitié des enfants infectés présentent donc des déficiences cognitives et des retards de développement.

La transmission à l'enfant est rare

Les résultats de l'étude sont inquiétants mais la transmission du chikungunya de la mère à son enfant reste rare. Les spécialistes précisent que la transmission du virus à l'enfant a plus de chance de se produire lors d'épidémie à grande échelle. Dans ces cas-là, le risque d'infection est de 50%.

Pour l'étude complète, rendez-vous sur le site anglophone de PLOS.
Mardi 29 Juillet 2014 - 12:33
.
Lu 4962 fois




1.Posté par Princesse Fraise pour Bandcochon le 29/07/2014 16:09
Zinfos974 a été le SEUL média qui a relayé la communication sur les batteries... étrange...
Et là il serait bon aussi que les scientifiques se posent la question : ok le chikungunya.. mais le plomb ???
La semaine dernière on comptait 2500 batteries : aujourd'hui le compteur de la honte en dénombre 14 de plus...

2.Posté par noe le 29/07/2014 17:58
C'est grave !
Un de ces jours on aura des enfants tarés dans nos écoles ! des enfants malheureux !
« Deviens ce que tu es. » (Nietzsche)

Aujourd'hui, nous savons que, si, pour une raison ou pour une autre (son sexe, son visage ingrat, la présence d’une maladie), l'enfant ne peut remplir le « contrat », l’équilibre familial est bouleversé, ce qui provoque généralement chez l’enfant des symptômes psychiques et somatiques, biaisant son développement. Pris dans un cercle vicieux relationnel où il ne lui reste que très peu de liberté, il ne trouve pas en face de lui, des parents « suffisamment bons », mais une famille qui le rejette, le stigmatise, le désigne comme seul coupable d’une faillite dont il n’est, en réalité, pas du tout responsable dans le présent.
Donc il faut tout faire pour trouver des solutions à ce problème qui risque de faire plus tard des enfants "malheureux" .

3.Posté par ZembroKaf le 30/07/2014 12:50
Etudes faites par les pédiatres du GHSR !!!

4.Posté par Sugar le 28/12/2014 11:04 (depuis mobile)
Lorsque le nouveau né a été contaminé par la mère comment fait elle pour savoir si son enfant progresse bien doit elle attendre ses 2 ans? Quelles sont les mesures mises en place pour eux ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales