Faits-divers

Une enseignante accusée de maltraitances, le Rectorat la convoque

Le 31 mars 2014, les parents d'un enfant de 6 ans décident de porter plainte contre l'institutrice de leur fils. Employée à l'école Hégésippe Hoarau de la Rivière Saint-Louis, elle est accusée de maltraitances sur cet enfant qui sera diagnostiqué plus tard comme "phobique scolaire". L'enseignante est convoquée ce jour au Rectorat, annonce le Quotidien ce jour.


Une enseignante de l'école Hégésippe Hoarau accusée de maltraitance sur un élève de 6 ans.
Une enseignante de l'école Hégésippe Hoarau accusée de maltraitance sur un élève de 6 ans.
La prudence, c'est la position du Rectorat dans cette affaire sensible. Les parents de Léo*, âgé de 6 ans, sont révoltés. Ils accusent l'enseignante de leur enfant de maltraitances, physique et psychologique.

Une plainte a été déposée le 31 mars dernier. La mère de Léo raconte que son fils, en classe de CP, apeuré, ne veut plus se rendre à l'école depuis le début de l'année 2014. Elle explique que depuis la rentrée 2013, son institutrice lui mène la vie dure: "Lorsque j'ai vu mon fils qui était dépressif, j'ai parlé avec lui pour savoir ce qu'il y avait. (…) Il m'a dit que la maîtresse crie souvent, que la maîtresse le punit tout le temps", assure-t-elle aux gendarmes.

Un jour, Léo est mis au coin: "Je le vois qui sort de la classe en titubant. Il me dit qu'il sort de derrière la porte, qu'il a été puni parce que lui et une autre enfant se sont chamaillés. Il m'a dit qu'il ne tenait plus sur ses jambes et qu'il avait un mauvais goût dans sa gorge. Il n'était pas bien."

A l'occasion d'un cours de soutien, l'institutrice stoppe la leçon plus tôt et laisse l'enfant rentrer chez lui tout seul. Léo arrive à son domicile, qui se situe à cinq minutes de l'école, alors que son père est en train d'aller le chercher: "Je ne connais pas les raisons qui ont poussé madame (…) à partir plus tôt ce jour là mais elle a fait prendre des risques à mon fils", commente la maman qui a fait appel aux services du bâtonnier Georges André Hoarau.

Les anecdotes s'enchaînent, la situation se dégrade. Léo, traumatisé, ne veut plus aller à l'école et un médecin diagnostique une dépression et le développement d'une phobie scolaire. Sa mère a été forcée de prendre un arrêt de travail pour s'occuper de son fils, désormais suivi par un pédopsychiatre. "J'ai vraiment mal de voir mon enfant dans cet état. Qu'il a été déscolarisé, sa santé s'affaiblit, son mal être, de ne plus avoir de copains, de rester seul dans sa chambre", résume-t-elle. Selon cette dernière, l'institutrice aurait pris en grippe la famille depuis une altercation entre la grande sœur de Léo et une camarade de classe l'année précédente.

Une Atsem de l'école a accepté de témoigner en faveur des parents. Elle affirme dans une lettre que l'institutrice "passait son temps à critiquer les enfants de sa classe, en particulier Léo* qui a été obligé de quitter sa classe". Cette même Atsem aurait dit à la mère de Léo avoir vu "une fois, madame (…) secouer Léo* dans la classe", avant de le punir et le mettre au coin. Elle aurait entendu crier à l'enfant "qu'il l'énerve, qu'il est un monstre et qu'elle avait envie de l'étrangler", relate la mère dans son dépôt de plainte.

L'avocat de la plaignante, le bâtonnier Georges- André Hoarau, s'attachera à défendre cet enfant et sa famille avec d'autant plus de force que "mon père a exercé toute sa vie ce noble métier d'enseignant. Il avait l'habitude de dire qu'il avait charge d'âmes. C'est un sentiment partagé par la très grande majorité des enseignants mais hélas, cet enfant est tombé sur une exception qui porte atteinte tant à l'intérêt de cet l'enfant et de sa famille, qu'à celui de la profession", commente-t-il.

D'autres parents se seraient plaints des agissements de l'institutrice qui a rendez-vous ce mercredi au Rectorat pour donner sa version des faits.
Mercredi 30 Avril 2014 - 15:34
MR
Lu 14548 fois




1.Posté par Môvélang le 30/04/2014 16:44
ah bé oui, la mauvaise institutrice qui maltraite le bon zenfant! d'ailleurs, ce sont toujours les bon zenfants qui sont puni!!!!

2.Posté par noe le 30/04/2014 17:11
Platon a écrit : « Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne, alors c’est là en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyrannie. »
Ce qui n’était à l’époque qu’une réflexion philosophique très juste est aujourd’hui devenue réalité dans bon nombre d’établissements scolaires. Or la transmission du savoir ne peut s’effectuer ni dans le chaos, ni dans l’anarchie.
La préparation à la citoyenneté est grand défi. Elle doit être instillée dès l’école maternelle en appelant au respect de la loi et du savoir-vivre ensemble, par une éducation civique élémentaire et par la formation à la morale républicaine.
De plus, le professeur est au-dessus de l’élève. Et le parent d’élève n’est pas le client du professeur.
Si l’implication des parents est absolument nécessaire, il arrive qu’elle prenne des formes néfastes. L’intervention des parents se fait en effet de plus en plus au profit, non pas d’un soutien au personnel éducatif, mais d’une opposition à celui-ci.
Il faut trouver le juste milieu : "J'ai besoin de vous comme vous avez besoin de moi !"

3.Posté par coco le 30/04/2014 17:15
Si à chaque fois q'un instituteur ou une institutrice crie il faut déposer plainte ca serait la fête
Du reste cet enfant a l'air d'être un ange
Ca serait bien de connaitre toute l'histoire qu'on puisse se faire son opinion
l'article donne des informations uniquement à charges !!!!

4.Posté par dègue le 30/04/2014 17:19
Qui a raison ?!
La vilaine institutrice ou l'enfant roi ?!

5.Posté par Anecdote le 30/04/2014 17:23
Dan tan lontan, après l'ecole la maman te demande son marmaille : "ou la été gentil aujourd'hui".
Maintenant i demande " madame la ète gentille avec ou aujourd'hui".
Le premier problème de l'école moderne, ce sont les parents modernes qui montrent à leur enfants comment ne pas respecter l'institution.

6.Posté par elsa le 30/04/2014 17:23
Ouh là! Apparemment, les parents ne sont pas des sains et rapportent des faits qui sont plus que bizarres et meme tellement impossibles dans un journal local.
Leur enfant ne voulait tellement pas aller à l école qu il s est mis à avoir la fièvre.
On ne peut pas faire sortir un enfant avant l heure de soutien (presence du directeur et portail fermé)
Des parents soutiennent cette enseignante chevronnée
En tout cas si ce sont des accusations fausses, on devrait les condamner ( peine prison + dommages intérêts)

7.Posté par pie le 30/04/2014 17:36
Mon fils de 14ans rencontre le même problème mais ... au collège éponyme. On le dit turbulent, perturbateur, railleur et j'en passe. A plusieurs reprises, il y avait des "plaintes" d'un professeur dont je tairais le nom et la discipline enseignée. Mon enfant et moi, nous nous sommes expliqués et avons convenu d'une conduite à tenir, jusqu'au jour oú ce même enseignant le prend à nouveau à partie et lui demande son carnet de liaison et lit tout haut devant toute la classe, la profession que j'exerce. Comme si ce n' était pas suffisant, cet individu s' enquiert de savoir en quoi consiste mon travail. Bien évidemment, mon fils a répondu vaguement. Sans démordre, l'enseignant lui répond "et bin voilà, tu es comme ta mère, tu ne fous rien". Sur ces propos, j'ai demandé par écrit un rendez-vous en urgence avec ce professeur, le principal, mon fils et quelques témoins. A ce jour, je n'ai aucune réponse et je n'en aurais probablement pas car le professeur n'a rien trouvé de mieux que se mettre en arrêt de travail et ce, depuis octobre dernier. J'avais juste l'intention de rappeler à cette personne, ses obligations en matière d'enseignant et qu'elle s' occupe de ce à quoi elle est payée et les vaches seront bien gardées.

8.Posté par laisse moi rire le 30/04/2014 18:07
@7

le prof a trouvé comment avoir des vacances gratuites.

on devrait remettre en cause la non punition des fonctionnaires parce qu'il sont fonctionnaires et on devrait supprimer le tribunal administratif qui ne statut que pour les fonctionnaires. Tous à la même enseigne pour les jours de carences et on supprime tous les régimes spéciaux, ils se mettront peut être à bosser correctement.

9.Posté par caprichieuse le 30/04/2014 18:36
Si l'enfant n'avait pas de problèmes avant, pas de fumée sans feu ! A quand les caméras de surveillance pour calmer jeu et esprits ? Idem crèches and cie .

10.Posté par Choupette le 30/04/2014 19:00
7.Posté par pie

"Mon fils de 14ans rencontre le même problème mais ... au collège éponyme."

Déjà dans cette phrase vous dites tout ... et son contraire.

Éponyme signifie du même nom. Donc, votre fils fréquente la même école que le gosse faisant l'objet de tout ce foin.

Effet de style raté.

11.Posté par parent eleve qui vie mal sa scolarite le 30/04/2014 19:09 (depuis mobile)
Il existe des instituteurs Rices qui abusent est il normale qu''un enfant est puni parce qu''il transpire? Ou son enfant n''a pas le droit d''ouvrir la bouche puni car il boit sa bouteille d''eau... faut arrêter nos enfants sont pas des roiS

12.Posté par Bla, bla, bla le 30/04/2014 19:20
ce phénomène deviendra récurant! de par le fait que les "professeur des écoles" contrairement aux "instituteurs lontan" ne choisissent la voie de l’enseignement que par défaut et intérêt à la Réunion (+ 50% de sur rémunération.
Pas formé, pas motivé, pas encadré, souvent dépassé , ils gèrent l'indispensable, le reste......dans 6 semaines c'est les vacances....

13.Posté par @8 le 30/04/2014 19:41
Encore un qui fait une allergie au "fonctionnaires". Ça sent la jalousie à plein nez. Passe ton concours. Mais bon, faut avoir les diplômes et vu ton discours, tu as maxi celui qu'on donne à tout le monde. Le brevet des collèges, et encore.....

14.Posté par @8 le 30/04/2014 19:43
Au fait le tribunal administratif c'est comme les prudhommes. On supprimés les prudhommes aussi, et puis on met le même salaire pour tout le monde, et on remet Staline et les vrais communistes au pouvoir !!!,!,!,!

15.Posté par @ Choupette le 30/04/2014 19:58
Il y a bien un collège qui porte le même nom que l'école élémentaire. Donc l'enfant n'est pas dans la même école.
Quand on ne sait pas, on se tait... Cf le mur de l'oeil du cyclone ! Bis repetita

16.Posté par audrey le 30/04/2014 19:59
ne jugez pas trop vite peut etre que ce professeur maltraitait vraiment les enfants, on peux punir un enfant oui certes, mais il y a des limites!
je me souviens en CP j'attendais mon tour pour aller aux toilettes, voyant que mon envie était urgente, l'instit m'a dit : ou lé presser, rentre la alors! il y avait un garcon qui faisait pipi et l'instit m'a crié dessus!
Donc il faut savoir le fin fond de l'histoire avant de porter un jugement!

17.Posté par pie le 30/04/2014 20:35 (depuis mobile)
A post 10
Enfant de 6 ans, scolarisé à l''école primaire H. Hoarau. Mon enfant de 14 ans ne peut fréquenter l''école primaire H. Hoarau mais le collège éponyme. Je maintiens. Un peu de bon sens ...

18.Posté par Vivi le 30/04/2014 21:52 (depuis mobile)
Des enfants gatés pourris rois chez eux qui confrontés à l autorité à l école perdent pieds!! J ai bien l impression qu il ne sagit que de cela ici!!

19.Posté par krike le 30/04/2014 22:00
Enfant maltraité? C louche. Il se bagarre quand même et ne semble pas être puni pour rien.
Pas de sequelles physiques.
Si cette maîtresse ne l'aimait pas, elle ne l'aurait pas pris en soutien.
Ti marmaille on dirait la pou couillonne son band parents!
Rouve zot yeux!

20.Posté par Garf le 30/04/2014 22:37
Mon enfant est dans la même classe que ces enfants , il ma dit que la maîtresse mettait au coin tous les enfants sans exception pour bavardage ... Mais que les enfants en question étaient très difficiles ! j imagine la difficulté d enseigner dans ces conditions . Il ma dit que la maîtresse avait dit à l enfant de revenir une fois qu il serait calme ....
Pour ma part , la communication entre parents prof est indispensable pour trouver des solutions . Il ne faut pas confondre maltraitance et éducation . Les enfants ont besoin de cadre et de limite , la frustration fait partie de la construction psychique d un enfant , il ne faut s étonner des voir les jeunes de nos jours dans les excès ...et ces futurs adultes sous antidépresseurs .
La maman est venue à l école insulter la maîtresse en la traitant très vulgairement devant tous les enfants , est ce la un exemple de respect ? Il ne faut pas s étonner du comportement de ses enfants quand on voit le comportement des parents . Dans cette histoire là , j avoue croire mon enfant ... Très facilement ! Il y a beaucoup d exagération de la part des parents et des enjeux qui nous dépassent certainement ... J étais tellement heureuse d être tomber avec une maitresse sérieuse , passionnée , investie et jamais absente ....

21.Posté par laisse moi rire le 30/04/2014 22:56
@ 13 et 14

pas d'allergie particulière juste une égalité de traitement ça vous fait mal de voir vos petits privilèges s'envoler.

PS : mon niveau d'étude est loin d'être le plus mauvais, mais je comprends que dès qu'on touche à la fonction publique ça grince des dents. Allez travailler un peu dans le privé vous verrez la différence et arrêterez de faire grève à tout va.

de plus (Au fait le tribunal administratif c'est comme les prudhommes) ben justement si c'est pareil pourquoi deux noms et de façons de fonctionner différentes. ça coute plus cher pour rien pour payer encore plus de salaire de F........... (aie aie aie j'ai touché un point sensible). Sinon la vie est belle et tout va bien dans le meilleur des monde et supprimons ces inégalités voyons.

peace and peace mdr

22.Posté par Réflechir un peu donc le 01/05/2014 00:23
franchement c'est bane marmaille na raison de nos jours,le bane parents y cherche pu cosa le marmaille la fait , le bane parents y sa jure desuite l'enseignant, si bana t voir un peut comment zote marmaille c bane tit monstre zote noré pas reagir comme sa, faut filme le bane marmaille pour monte le bane parents comment zote zenfant y lé, et la zote va voir comment marmaille y lé l'ecole, si le marmaille son case c un bon marmaille ben l'ecole c un autre personnage et des fois en pire malheureusement , arrete un peu jure bane enseignant pour rien donc, marmaille lé inteligent pour roule son parent de nos jours malheureusement

23.Posté par pic pic le 01/05/2014 00:56 (depuis mobile)
@ choupette:
Effet de style raté pour vous également! Merci de nous avoir donné la définition du terme éponyme au cas où on ne comprend pas ce que pie veut dire dans son post.
Apprend'' à nou à lire, nou va apprend'' à où a écrire...

24.Posté par Logique le 01/05/2014 01:30
21
J'ai bossé dans les 2 et... vous savez quoi?
Je ne trouve pas que ce soit en tant que prof que c'était le plus facile.
La preuve? Je suis resté dans le privé.
Alors pour ce genre de remarque, on essaye d'abord et on cause ensuite !

25.Posté par !!!! le 01/05/2014 05:19
Désolé, mais à la Réunion beaucoup d'enfants sont nourris et sans aucune éducation!!!! dans ce cas on aura un futur diplômé, c'est sur!!!!

26.Posté par S le 01/05/2014 09:16
L'enfant roi existe pas de problème mais le professeur qui se sent tout puissant aussi !
Ne mettez pas toujours l'éducation des parents en cause, les enfant phobiques scolaires ne le sont jamais sans raison... Le problème est que l'éducation est une vieille institution que ne reconnais JAMAIS les manquements de ses personnels mêmes quand des "maltraitances" sont avérées la sanction est un grand silence et une petite mutation, rien de plus. Alors oui pour que les fonctionnaires soient considérés comme des salariés privés et puissent être sanctionnés !
L'éducation nationale est une vieille machine qui ne fonctionne plus. Les profs réunionnais sont surrémunérés et comment parler du nombre d'absence ??? Le corporatisme de cette institution est malsain, pas tout dans l'intérêt de l'enfant !
Un grand ménage s'impose !

27.Posté par noe le 01/05/2014 10:34
ça suffit !
On attaque un corps de métier dont les français ont confiance à 92% ... les 8% restants ne sont que des clowns qui sont jaloux et qui n'ont pas assez de diplomes pour devenir "profs" ...
Il faut instaurer la discipline et alourdissement des peines pour les personnes coupables d’avoir agressé physiquement ou verbalement un enseignant et qui portent des accusations idiotes ...car des parents croient trop dans les dires de leurs chérubins qui ne savent qu'inventer des conneries pour attirer leurs calins !

L’équilibre est délicat entre une implication des parents, nécessaire et bénéfique pour l’enfant, et une immixtion néfaste.
Faut-il élargir les temps de présence des enseignants dans les établissements afin qu’ils soient disponibles pour rencontrer les parents en dehors des heures de cours ?
Il faut réinstaurer le dialogue entre les Parents et les Profs !!!!

28.Posté par Zarin le 01/05/2014 11:11
A propos de style :

indiana jones gun vs sabre - fight au caire - YouTube
http://www.youtube.com/watch?v=F1VzOeGetkI

29.Posté par pie le 01/05/2014 14:48
A pic pic
Merci pour votre réponse à Choupette
Au cas oú elle ne le sait pas, personne n'a la science infuse, Choupette en est très loin (cf post 15 :un vrai embrouillamini avec le mur du cyclone et bis repetita. Quel rapport avec le sujet traité?)
Si elle n'existait pas, il n'aurait pas fallu l'inventer, même en carton.

30.Posté par S le 01/05/2014 15:07
@ noé: Vos stats à 2 balles y a que vous pour y croire, vos taux sont percés... Je peux vous dire que mère de collégien il y a un grand nombre de parents d'élèves qui ne sont pas satisfaits du travail des profs... Ce n'est pas une généralité mais il faut reconnaitre qu'il n'y a pas que des gens compétent, il y a des malades, des fainéants, des laxistes etc comme dans toute la population ! Pourquoi 2 justices pour les incompétents au travail !?

31.Posté par Choupette le 01/05/2014 15:38
@15

Dans ce cas, on donne le nom de la ville.

C'est quoi cette embrouille ... !

Niveau cour de récréation.

32.Posté par Choupette le 01/05/2014 15:47
Dans l'enseignement, j'ai connu des gosses qui racontaient des salades à leurs parents pour ne pas se prendre de punitions à la maison.

Les mêmes parents, préférant aller boire le café chez la voisine à longueur du temps tout en laissant leurs gosses à la dérive, prenaient ces salades pour argent comptant. (pic pic & pie new génération chips-télé ?)

Il y avait aussi des gosses qui rien qu'en mettant un pied dans la cour de l'école se plaignaient vraiment de maux de ventre. Voir son vécu dans une école antérieure.

33.Posté par @ Pie le 01/05/2014 16:49
Choupette donne des leçons de français à tout le monde... Lors du dernier cyclone, elle s'est permise de se moquer des journalistes qui évoquaient le "mur de l'oeil du cyclone", expression connue de tous sauf d'elle.

34.Posté par Roland le 01/05/2014 17:06
J'ai 67 ans, je suis en retraite, et je me souviens encore de ma première institutrice qui était ignoble, elle s’appelait Mlle Vanbouck. J'avais 5 ans!

35.Posté par ancien prof le 01/05/2014 17:41
Prof pendant 40 ans eh oui, j'en ai vu passer des élèves, des bons , des mauvais , des polis ,des voyous des calmes , des turbulents, bref de toutes sortes.
Et j'ai vu aussi des gosses ( des ados puisque j'étais en lycée ,dont ont dit qu'ils sont les pires, enfin, les plus difficiles , c'est la puberté ...) charmants en classe et de vrais voyous dans leur quartier ,(et même un qui frappait sa mère qui en avait peur ) , des gamins agités en classe et sages comme des images chez eux, des élèves faisant chier un prof et pas les autres ou l'inverse...J'ai vu des gamins heureux en classe et d'autres malheureux comme les pierres, j'ai même eu des enfants battus et maltraités ( voire abusés) par les parents pour qui l'école était un refuge et qui travaillaient comme des fous pour le simple sourire et le compliment du prof . J'ai eu des élèves qui prenaient commande le vendredi auprès des "potes" et qui le lundi revenaient avec les marchandises volées et revendues à bas prix ( bien sûr , cela se fait en cachette mais on finit par tout savoir), j'ai vu les fumeurs de joints, les buveurs de piles plates qu'il fallait parfois faire porter - littéralement à l'infirmerie.
Un jour où j'expliquais le mot recel , j'ai pris l'exemple des portables volés et j'ai dit" imaginez que les gendarmes entrent dans la classe et demandent à voir vos téléphones et la preuve de votre achat " et aussitôt 50% des élèves blêmir , se sentir gênés ...et après la classe venir me demander "mais qu'est ce qu'on risque alors si on a fait du "bizness"?. J'ai eu un élève qui volait systématiquement les lecteurs de DVD qui pouvaient se trouver dans l'établissement. Il a été dénoncé par un complice qui n'avait pas eu sa part. Conseil de discipline , la mère a dit que lorsque son môme revenait à la maison avec tous ces appareils elle trouvait ça normal!
J'ai eu des élèves rackettés et qui gardaient le silence et qui finissaient par abandonner l'école s'ils n'avaient pu changer d'établissement , d'autres qui se rebiffaient...
J'ai vu aussi des parents , beaucoup , et comme pour les élèves , de toutes sortes , des sympas , des agressifs des intelligents sans diplômes et des cons diplômés , des gens qui "savent tout" et le font savoir, des parents qui se mêlent de vous apprendre votre métier comme des parents intimidés...J'ai rencontrés des parents qui découvrent que leur gosse travaille bien alors qu'ils sont persuadés qu'il est un bon à rien ( pourquoi? mystère)., des parents qui pensent que leur gosse est un génie forcément méconnu par ces "sales cons de profs", j'ai même eu un père qui m'a dit méprisant que j'étais un minus avec ma paie de fonctionnaire ( pourtant indexée ,ah,ah,ah!) et que lui , dans le "bizness" il gagnait 10 fois plus , ce dont je me foutais car un con riche est toujours un con!
Et bien sûr , j'ai vu des profs qui faisaient bien leur boulot et des tire au cul, des profs jamais absents et des "toujours malades", j'ai vu des profs s'épanouir dans ce métier et d'autres dépérir face à des gamins qui les menaçaient ou les insultaient, j'ai vu des profs se transformer et passer de joyeux collègues à collègues aigris avant l'âge, mais j'ai vu aussi des profs remonter la pente après un "accident de la vie" comme on dit grâce à leurs élèves ( car quoi qu'on en pense , les gosses voient parfaitement et immédiatement à qui ils ont à faire , ils voient tout de suite si le prof va bien , est de bonne humeur, est fatigué...et la plupart du temps ils en tiennent compte) , j'ai vu des proviseurs sublimes et des crétins carriéristes, qui lèchent le cul de la hiérarchie pour obtenir la mutation de leurs rêves!

Bref , dans ma longue carrière j'ai côtoyé la société finalement, avec toutes ses composantes, avec des gens formidables et des pourris...

Je ne connais pas du tout cette enseignante accusée ni les parents de ce petit garçon ...j'interviens car je suis gêné de voir certains commentaires ...Soyons réalistes et modestes ...

36.Posté par Jean-Marc L. le 01/05/2014 23:56
Pour le moment, les faits exposés sont les seules représentations des parents. On ne connaît pas encore celles de l'enseignante. Il faut nous garder de faire de fausses impressions. L'émotion d'une mère est toujours vive, lorsque l'on touche à la chair de sa chair ! C'est naturel !

D'un autre côté, les propos qui sont véhiculés par la force des médias sont manifestement motivés par une succession d’événements non pris en compte et qui incriminent un système.
Il y a soit le facteur de classe, qui semble poser problème à savoir la relation entre l'enseignant et l'élève.

Il y a aussi le facteur d'établissement, on est en droit de se poser la question, si bien entendu les éléments relatés sont avérés, et de se demander comment se fait-il, que les signalements à priori remontés, par divers moyens, sont restés lettre morte au niveau de la direction.
L'établissement n'a pas franchement réagi aux sollicitations répétitives des parents.

Il y a aussi à prendre en compte le facteur de société, comme l'ont dit certains dans les post, aujourd'hui il est devenu difficile d'instaurer une autorité pédagogique pour notamment canaliser le vivre ensemble à l'intérieur de la classe, sans que cela soit tout de suite pris, comme une volonté, à tord, de nuire, ou de d'humilier l'élève.

Cette difficulté est d'autant plus renforcée, lorsque la famille et l'école considèrent que l'une et l'autre a l'exclusivité éducative.

C'est d'une certaine manière parler un langage de sourd !

Il y a également à prendre en compte le nombre d'enfants par classe, sous prétexte de rentabilisation, l’hétérogénéité d'une classe n'est pas d'un point de vue pédagogique prise en compte sérieusement.

Alors qu'il faudrait aller idéalement, ou par utopie, vers une pédagogie différenciée, où chacun serait pris dans sa dimension singulière, en adéquation, et, dans le respect des personnalités, des comportements, face aux apprentissages, nous voyons plutôt les limites de l'intervention du corps enseignant, complètement éparpillé, et en perte de contrôle, lors de situation de gestion des ces différences.

Là où il serait bon de considérer la richesse de la diversité en classe, c'est là où réside aussi l'adversité, qui déstabilise l'enseignant. Ce dernier gère tant bien que mal les situations, et les échanges entre pairs pour envisager en commun des solutions aux problèmes de comportement des élèves sont pas toujours pratiqués. L'enseignant est un peu seul au monde.

Par ailleurs, faut-il penser que malgré la formation des enseignants, où ces problèmes sont largement évoqués, décortiqués, analysés, et dont des solutions sont érigées le cadre de simulations, il y a cette persistance des conceptions antérieures, qui (ré) apparaissent, comme un effet boomerang !

Car comme l'a souligné le post 35, il y a des crétins carriéristes et autres énergumènes qui se trouvent dans le même espace où enseignements et apprentissages doivent faire corps mais qui au final, n'atteint pas le second niveau. La dimension de l'élève est-elle prise en compte ?

Si l'enseignant reste dans la transmission de savoirs sans réellement prendre en compte le besoin de l'enfant surtout à cet âge là, est-il alors vraiment en mesure de réajuster son comportement à celui de l'élève, non pas pour s'effacer, mais pour le reconsidérer dans les apprentissages.

Dire de cette manière peut amener à penser que je viens donner des leçons. Tant pis j'en prends le risque. Si être enseignant c'est un métier, être parent aussi !

On oublie souvent que l'enseignant est aussi parent, et peut-être la critique est parfois facile !
On oublie également que le parent est sensible à sa progéniture, et que lorsque l'on touche à un seul de ses cheveux, l'enseignant aura à le regretter !

Il est vrai que les parents veulent le meilleur pour leur enfant, et pense tous, que la meilleure éducation est celle qu'ils ont donnée !

J'espère que cet événement, permettra de clarifier la situation entre parent/enseignant dans cette école, au bénéfice de l'enfant, et que toute la stigmatisation amplifiée par l'effet médiatique et judiciaire, auront fourni les raisons pour amorcer et co-construire une image de l'école plus acceptable pour les uns et les autres.

Là où je suis moins tempéré c'est lorsque l'on cherche à porter sur un gosse de 6 ans la cause et la responsabilité de problèmes de gestion de classe, ou d'établissement pour ne pas avoir à assumer les siennes en tant qu'adulte !

Il y a certes à co-responsabiliser parent et enseignant, mais aussi à dénoncer toutes formes de violence, portant atteintes au développement et à l'épanouissement de l'enfant.

L'école est un lieu où chaque enfant doit trouver sécurité et confiance.

37.Posté par Zarin le 02/05/2014 06:33
Pédagogie Montessori

La pédagogue italienne Maria Montessori, fut d'abord un médecin. En tant que pédagogue elle a étudié pendant 50 ans les enfants de milieux sociaux et culturels très défavorisés et en grande difficulté d'apprentissage. Elle s'intéresse aux enfants "anormaux" qui lui donneront l'occasion de mettre au point sa méthode d'enseignement qu'elle reprend et généralise à l'usage des enfants "normaux"2.

Elle élabore une pédagogie qui repose sur des bases scientifiques, philosophiques et éducatives. Elle utilise du matériel repris, parmi d'autres[Qui ?], aux professeurs Jean Itard et Édouard Séguin, tout en l'adaptant aux périodes sensibles de l'enfant.
-----
Pédagogie Montessori — Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9dagogie_Montessori
----------
Pédagogie Steiner-Waldorf

La pédagogie Steiner-Waldorf, fondée sur les théories éducatives de Rudolf Steiner, est une application de l'anthroposophie, courant de pensée et de spiritualité dont il est le fondateur.

Cette pédagogie est pratiquée dans les écoles Waldorf, connues sous le nom d'écoles Steiner, écoles associatives autonomes, qui comptent environ 1 000 sites dans le monde, principalement en Europe et en Amérique du Nord, dont 200 sites en Allemagne. En 2009, il en existe une vingtaine en France dont onze officiellement associées en une Fédération des écoles Steiner-Waldorf. Ces écoles disent vouloir articuler les enseignements intellectuels et l'exercice d'activités artistiques et manuelles.
-----
Pédagogie Steiner-Waldorf — Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9dagogie_Steiner-Waldorf

38.Posté par A mon avis le 02/05/2014 14:31
Que de propos haineux ! Mais ça, c'est habituel sur ce site où de nombreux commentateurs prennent leurs insultes pour des arguments !

C'est au journaliste que je voudrais m'adresser : votre article est un véritable réquisitoire à charge contre cette enseignante ? Pourquoi ne mentionnez vous aucune déclaration ou aucun argument ou témoignage en faveur de l'enseignante ? Avez-vous pris des contacts en ce sens ?
Vous manquez de l'objectivité la plus élémentaire ! C'est pour le moins suspect.

Ou alors c'est de la provocation pour déclencher les réactions que vous pouviez prévoir dans les commentaires.

39.Posté par LA MERE FOUETTARD le 03/05/2014 10:56
Arrêtons de fermer les yeux et penssons d'avantage a nos enfants, a une bonne éducation et a leurs bien être, sachant que ces profs zoreils sont pour la plupart des personnes qui ont raté leur carrière professionnel en métropole et c'est pour cela qu'il sont venus se réfugier ici. Ce qui doit être certainement le cas de cette méchante maitresse pleine de haine envers les enfants, comment peut on s'en prendre a un petit de 6 ans ?

40.Posté par liberté le 04/05/2014 11:45
Post 34 - Roland - merci
Moi aussi j'ai encore de mauvais souvenirs ! j'en ai eu 3 de maitresses ignobles que je tairais les noms ! (c'est pas l'envie qui me manque, mais on me comparera aussi à ce petit dans l'article). Par respect à l'époque, il ne fallait rien dire et puis les pauvres n'avaient pas droit à la parole !!! une des 3 est morte ; je croise le 2 autres de temps en temps et qui osent me dire bonjour ! je les ignore complètement ! pour une des deux, la vie s'est déjà chargée de la "punir"...., l'autre, c'est pas mieux....
En plus des maltraitances physiques qu'elles me faisaient subir, il y avait ce rabaissement, ces mots haineux, ces cris, ..... mais à l'époque la classe sociale était de mise, hélas !
ben aujourd'hui, j'ai bien réussi malgré tout, bien que je n'étais pas de leur classe sociale ! et certaines de leur classe sociale n'ont pas autant bien réussi que cela ! comme quoi hein !

41.Posté par dur ,dur! le 07/05/2014 09:16
Je dois dire qu'effectivement les souvenirs d'anciens élèves qui se remémorent la façon indigne dont ils étaient traités à de quoi nous interpeler.
Etant ado, j'ai eu des profs infâmes qui , non contents d'être tout sauf pédagogues ( il faudra attendre 68 pour que ça s'améliore ,et je ne parle pas de ceux qui ont voulu tout permettre et devenir "copains" avec les élèves , ce qui est , à mon sens une erreur) nous traitaient comme de la merde ( et je choisis exprès ce mot) tout simplement parce qu'à l'époque ( années 60) , être pauvre et lycéen ça gênait cette caste d'alors qui préférait n'avoir à faire qu'avec "des gens comme eux", de leur milieu globalement bourgeois aisé. Pour eux la société était bien divisée et devait le rester , il ne fallait pas mélanger les torchons et les serviettes!
J'ai même entendu un enseignant dire à un élève :" mais pourquoi veux tu faire des études, ton père est ouvrier , tu n'as qu'à faire comme lui et rester à ta place"

Hé oui, les enseignants ne sont pas tous de gauche comme on le prétend, ils ne sont pas tous des hussards noirs de la république certains , encore de nos jours sont les moutons noirs de l'éducation.
Récemment encore une enseignante que je connais bien, réputée très dure avec ses élèves , qui vient d'une famille très modeste et qui , brillante élève a réussi de belles études ( avec bien des difficultés financières mais beaucoup de volonté et de courage) disait " mais pourquoi veulent-ils tous faire des études alors qu'ils n'ont aucune culture et qu'ils sortent de milieu modeste"

Je lui ai rappelé d'où elle venait et elle a été choquée de ce rappel car aujourd'hui qu'elle a "réussi" elle se sent au dessus du lot et le fait savoir...
Faiblesse humaine bien triste dans le fond car elle renie une partie d'elle même d'où son malaise et son agressivité excessive...
N'est-ce pas ce qui ronge la société ...on veut "s'élever" et ensuite on n'a pas envie que les autres fassent la même chose...donc on agresse , on se la "pète" y compris chez les enseignants

42.Posté par ah les cons! le 07/05/2014 10:21
mère fouettard! l'exemple type de la crétine congénitale et raciste , tu dois faire partie de ces tarées gueulardes qui pensent que leurs mômes sont des génies et qui se pissent desus quand la merveille n'est pas la première dee la classe!!
Petit rappel , quand tu es prof tu es prof , tu as passé un concours national que tu as réussi. tu demandes une mutation, tu l'as ou pas. Point barre!
Si on va sur ton terrain , rappelle toi combien de Réunionnais que nous sommes ont été titularisés en 1984 simplement parce que Pierre Lagourgue alors en poste avait dit qu'il préférait un créole non diplômé ( ils étaient rares car la fac débutait à peine et donc il aurait fallu aller en métropole , tu sais , chez les sauvages blancs et être friqué) titularisé qu'un prof zoreil avec diplôme...hé oui...

43.Posté par LA MERE FOUETTARD le 07/05/2014 11:21
pour "ah les cons", oh la la, j'ai touché le point sensible, tu est certainement concerné par une mutation a caractère punitive, encore un raté de l'éducation nationale qui se cache dans nos iles car il est banni en métropole, carrière brisée la bas par de multiples fautes professionnelles. J'ai hâte de voir la gueule de cette institutrice dans les médias, elle doit ressembler a rien…
Sans doute une frustrée, et certainement mal BAI… par son boug.
Ou va elle pouvoir aller après ça ? Guyane peut être si c'est pas déjà fait ? Antilles, mieux vaut pas pour elle car la bas si tu fait la moitié de ce qu'elle a fait a un marmaille tu est mort...

44.Posté par enigma le 02/04/2015 12:11
Il faut mettre des caméras de surveillance dans les classes et les crèches... les profs sont recrutés n'importe comment, j'en connais un qui a un passé psychologique incroyable, on était tous surpris qu'il veuille passer le concours, mais on se disait qu'il allait être débouté, à notre grande surprise il a été recruté !!! à aucun moment son passé psy n'a été évoqué.. c'est choquant
On donne nos enfants à des gens qui ne sont pas contrôlés dont on connait rien à part leur volonté de devenir fonctionnaire de l'éducation nationale.
J'ose à peine imaginer tout les hystériques, les dépressifs, et autres personnes dangereuses qui passent le concours et le réussissent... s'ils veulent pas fouiner dans la vie des gens c'est ok, mais dans ce cas là faut mettre des caméras de surveillance, ce sont des fonctionnaires payés par l'état, ainsi les enfants turbulents et leurs parents seront aussi repérés plus facilement, tout le monde y trouvera son compte.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales