Société

Une coopération régionale pour une plus grande efficacité douanière


Une coopération régionale pour une plus grande efficacité douanière
Ce mercredi se tient le premier séminaire des directeurs des douanes insulaires de l'océan Indien à Saint-Denis. Tous les directeurs des îles de la zone (Comores, Maurice, Madagascar, Mayotte, Seychelles et Réunion) sont réunis afin d'initier un processus de coopération douanière. A noter la présence de Hélène Croquevieille, directrice générale des douanes françaises.

"L'objectif est d'initié un processus de coopération douanière dans le même esprit que celui de la commission de l'océan Indien (COI). Ce renforcement de coopération nous permettra d'être plus efficace et de faciliter les échanges d'informations dans le cadre du respect de la réglementation douanière", explique Hélène Croquevieille.

Trois thèmes se dégagent de cette coopération régionale, "à savoir le renforcement des statistiques au niveau des échanges commerciaux, le renforcement de la protection des consommateurs et l'échange en matière de formations et de bonnes pratiques", poursuit-elle.

Un des objectifs communs à ce séminaire est bien le renforcement de la coopération interrégionale en matière de lutte contre les échanges de produits illicites. "On veut favoriser les échanges licites et légaux pour protéger les consommateurs qui représentent 98 à 99% des échanges. Mais on est là également pour cibler davantage les 1 à 2% des produits qui ne respectent pas les normes et mettent en péril la sécurité et la santé des consommateurs", souligne le directeur régional des douanes de la Réunion, Alexis Lopes.

Dans la ligne de mire des douanes, les produits stupéfiants. Mais pas seulement. "Je prend par exemple l'importation de béton qui ne respectait pas les normes en vigueur et qui était susceptible de porter atteinte à la sécurité et la santé des consommateurs", rappelle-t-il.

Concrètement et pour permettre une plus grande efficacité dans la lutte sur ces produits, les douanes françaises mettront à disposition leur laboratoire scientifique au profit des autres services de douane de la zone. " En s'appuyant sur des accords de coopération, on va permettre une offre de service de la part des douanes françaises. Il existe un laboratoire spécifique à la Réunion chargé de contrôler les stupéfiants et les marchandises ne répondant pas aux normes. On va ouvrir ce laboratoire vers les autres pays de la zone, qui ne sont pas forcément équipés", précise Alexis Lopes.

Les services de douane de la zone travaillent désormais main dans la main. "On accompagne un phénomène souhaité par tout le monde, l'évolution favorable des échanges dans la zone océan Indien", conclut-il.
Mercredi 23 Octobre 2013 - 11:42
Lu 452 fois




1.Posté par RIPOSTE le 23/10/2013 15:44
OUH ... Lalala .. La douane trop spéciale comme institution , ces fonctionnaires sont comme les livres d’une bibliothèque . Les plus hauts placés sont ceux qui servent le moins

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales