Economie

Une cellule pour sauver les agriculteurs endettés de La Réunion


À partir d’aujourd’hui, les agriculteurs en difficulté financière peuvent se faire aider. C’est ce que tient à communiquer la nouvelle cellule réunionnaise de suivi du dispositif d’aides d’urgence pour les DOM.
 
Le dispositif a été mis en place par le ministère de l’Agriculture et a pour but d’accompagner les agriculteurs fortement endettés ou ayant subi des pertes de revenus.
 
La cellule locale, qui s’est réunie pour la première fois ce jeudi à la Chambre d’Agriculture, est composée d’agriculteurs et de représentants de la Chambre d’Agriculture, la DAAF, la CGSS, des impôts, des banques…  Elle a pour objectif de suivre le dispositif et de coordonner plusieurs organismes afin de régler la situation des agriculteurs en difficulté.
 
La raison principale pour la création du dispositif est le retard des aides de la PAC (Politique agricole commune). "Certains attendent depuis un an et se retrouvent aujourd’hui endettés", explique Jean-Bernard Gonthier, président de la Chambre d’Agriculture.
 
À cela s'ajoute le retard du fonds d’allègement des charges (une aide nationale de 150.000 euros pour les DOM) pour les éleveurs les plus en difficulté.
 
"Le dispositif ne sert pas à donner de l’argent mais plutôt à reporter les échéances et permettre aux agriculteurs de rétablir leur situation", précise Jean-Bernard Gonthier.
 
Car la cellule incite les banques à signaler les agriculteurs en difficulté et à les diriger vers les différents services afin de procéder à des négociations d'échéances. Les agriculteurs pourront aussi obtenir une attestation de retard de versement de leurs aides à présenter à leur banque.
 
Un numéro unique est désormais disponible : 0262 24 82 88. Un conseiller de la Chambre d’Agriculture effectuera une permanence en lien avec les services de la DAAF (Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt de La Réunion).
 
Les éleveurs sont les plus touchés: 35 exploitations sont en "grande difficulté", sur les 350 de l’île.
 
Mais Philippe Simon, directeur de la DAAF, affirme que les retards des aides concernent également les autres types d’exploitations agricoles. Plus de 200 demandes de soutien ont d’ailleurs été faites auprès de la Chambre d'agriculture.
 
Le dispositif est ouvert aux 7.400 exploitations de l’île.
Jeudi 2 Juin 2016 - 15:49
SH
Lu 947 fois




1.Posté par Eno2016 le 02/06/2016 16:21
Pas drôle cette affaire !
On va mettre des agriculteurs qui n'arrivent plus à rembourser leurs dettes dans des cellules .... enfermés ...
Pas juste tout cela !

2.Posté par Pierre Balcon le 02/06/2016 16:29
C'est vrai que cette année il n'y a pas eu de calamité agricole , la faute aux cyclones qui nous ont boudés, et donc pas de mobilisation du fonds d'indemnisation .
A quelques mois des élections il devenait urgent de pallier les négligences de la nature.
C'est cela la France qui gagne !

3.Posté par polo974 le 02/06/2016 16:29
quelle idée aussi de s'acharner à s'ensuquer dans la mélasse...

4.Posté par GIRONDIN le 02/06/2016 18:04
Oui ça va mieux !


2. Pierre Balcon
Excellent, je ne vous connaissais pas cette humour, 2 posts dans la journée (le coup fil de Sarko) excellent ces 2 gros foutant...

MI LIKE MR BALCON

5.Posté par Mike le 02/06/2016 22:28 (depuis mobile)
C est dure d être agriculteur mon en été un(ti colon) y plus de solidarité chacun son tracteur et le dernier modèle pour certain ( le tracteur le 4/4 l eau l angrais et tout les autre charge y quoi être o q la fin le moi si on achète l''inutilité

6.Posté par PATRICK CEVENNES le 02/06/2016 22:42
fukcd473
Étrange, il me semblait qu'un exploitant agricole vivait du fruit de son travail.
Nous pourrions peut-être leur donner un ou deux conseils, à ceux qui sont en voie de disparition :
- ne pas confondre compte professionnel et compte personnel
- au lieu de vous acheter de gros 4 x 4 puissants, peinture métallisée et toutes options, revoyez vos prétentions et revenez sur terre.
Ou alors allez prier le bon dieu "Pompe à fric" et implorez les catastrophes naturelles. Ainsi vous aurez le beurre, l'argent du beurre et peut-être la fermière.

7.Posté par Yves le 03/06/2016 06:53 (depuis mobile)
La chambre d'agriculture devient une Anti-chambre de la Cilam et d'Urcoopa?!
Vive le maintien des agriculteurs dans la difficulté et le lait infecté!

8.Posté par ccmoin le 03/06/2016 07:57
Arretons les subventions et aides à ces assistés!!!

9.Posté par ccmoin le 03/06/2016 08:00
Et ils osent dire que la canne est l'avenir de la réunion?Votre agriculture est pas rentable,dém...dez vous!Vous bouffez des millions de subventions!!
Est ce que les entreprises privé en difficulté on droit à ces aides ?Non!Alors vous n'ont plus!!

10.Posté par dègue le 03/06/2016 09:08
il est temps d'accepter le fait que la canne ne rapporte pas ; sauf indemnisation, aides cyclone-europe...

11.Posté par Zarin le 03/06/2016 09:53
Les amish, une secte protestante pacifiste à l'écart du progrès

Les amish sont un mouvement fondamentaliste protestant pacifiste et délibérément à l'écart du progrès, comptant quelque 200.000 membres répartis dans une vingtaine d'Etats aux Etats-Unis.
...les amish forment une communauté prospère d'agriculteurs et d'artisans cultivant un mode de vie simple et austère. Rendus célèbres par le film «Witness» en 1984, les amish se déplacent dans des carrioles tirées par des chevaux, et respectent l'Ordnung: un code de conduite, centré sur les valeurs évangéliques et qui fixe les pratiques permises et celles prohibées. Refusant toute influence du monde extérieur, ils ne sont pas raccordés au réseau électrique, et n'ont pas le droit de posséder la télévision, la radio ou un ordinateur...


http://www.lefigaro.fr/international/2006/10/02/01003-20061002ARTWWW90537-les_amish_une_secte_protestante_pacifiste_a_l_ecart_du_progres.php

12.Posté par Grangaga le 03/06/2016 11:44
Lé Amish..........."Refusant toute influence du monde extérieur"...
Sirtou bann' gro trak'tèrr'....kamyion....z'outiyaz...katt'katt' dèr'nié kri... lo CA....ès'tèr'yièrr', y touff' a zot' ansanm'........ziska fé rann' a zot', zot'........ l'amm'..........

13.Posté par Pierre Balcon le 03/06/2016 13:35
Ne nous méprenons pas ! On est certes fondé à critiquer la propension des agriculteurs à solliciter abusivement des mécanismes d'aides publiques .
Mais ils ne sont à cet égard critiquables que parce qu'ils s'inscrivent dans une logique productiviste dont ils ne parviennent pas à relever les défis . Il faudrait donc qu'ils réorientent leur activité vers le bien public, à savoir la préservation de l'environnement et la mise sur le marché de produits de qualité.
Mais les véritables assistés ne sont ni les bénéficiaires du RSA qui coûte à La Réunion moins de 500 M€ par an , ni les personnes âgées ( moins de 100 M€ /an ) , ni donc les agriculteurs dont les aides ne dépassent pas 100 M€ /an .
Les véritables assistés du système sont les fonctionnaires dont la sur-rémunération ,- les indexations salariales des 3 fonctions publiques + celle des assimilés consolidées - , coûte plus de 1 milliard de transfert par an .
Cette vérité doit être connue et dite .

14.Posté par CAK le 03/06/2016 21:02
avec le systeme europeene, un agriculteur a du mal a atteindre le smic , il faudrait multiplier par 3 ou 4 le prix à la vente , si non on mangera des carottes de chine

15.Posté par verolia le 05/06/2016 21:32
Pendant ce temps là..... ailleurs, les vrais bosseurs :

https://challengesnews.com/haiti-premier-exportateur-mondial-de-vetiver/

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales