Faits-divers

Un voisin atteint de troubles psychiatriques, le cauchemar de locataires


Photo d'archive: L'immeuble Pierre Loti évacué en octobre 2012 par les forces de l'ordre
Photo d'archive: L'immeuble Pierre Loti évacué en octobre 2012 par les forces de l'ordre
En octobre 2012, un locataire de la résidence Pierre Loti, gérée par la SHLMR, sème la panique dans le quartier de Vauban, à Saint-Denis. Il menace de faire sauter l'immeuble à l'aide de bouteilles de gaz, et il faut plus de trois heures de discussions avant que les hommes du GIPN ne l'interceptent (voir ici). L'homme, sujet à des troubles psychiatriques, n'en était pas à son coup d'essai.

Hospitalisé à l'EPSMR (Etablissement public de santé mentale de la Réunion) de Saint-Paul, il réintègre la résidence au grand désespoir des résidents. Le 8 mars dernier, le locataire indélicat dérape à nouveau (pour la 4e fois) et dégrade plusieurs portes de logements à coups de sabre avant de s'en prendre physiquement à un locataire. Le fautif a de nouveau été hospitalisé à l'EPSMR pour ces faits.

A bout de nerfs, cet événement a poussé plusieurs résidents à saisir officiellement leur bailleur social, la SHLMR, afin de retrouver une vie normale au sein de cette résidence qui accueille majoritairement des personnes âgées.

La crainte de la sortie

"On veut prendre les choses en main. On ne veut plus vivre avec la peur au ventre et assurer notre sécurité", explique Valérie*, locataire dans l'immeuble depuis quelques années. Le dernier coup de colère a traumatisé la dizaine de locataires de la résidence. Maintenant les résidents se posent tous la même question : "Quand va-t-il sortir ?".

Impossible de le savoir pour eux. Seule la famille de ce dernier est au courant de sa date de sortie. En attendant, un petit comité de locataires a décidé de prendre les devants en alertant les responsables de la SHLMR. Un dossier a été monté pour essayer de trouver une solution à leur cauchemar. "On nous a demandé de déposer une plainte à la police", poursuit-elle.

Pas possible de déposer une plainte, seulement une main courante

Vendredi dernier, la dizaine de résidents se rend au commissariat Malartic. Mais sur place, c'est la douche froide. "La police n'a pas voulu prendre notre plainte", explique Valérie. Décidés à déposer plainte pour mise en danger de la vie d'autrui et menaces de mort, les résidents n'ont malheureusement pas de "preuves" tangibles à fournir aux fonctionnaires de police. "La SHLMR nous a demandé de déposer plainte, mais la police ne veut pas la prendre. On nous abandonne", lâche amèrement Valérie.

Seule solution pour eux, la médiatisation. "On n'en peut plus. La situation est bloquée. Seule solution envisageable par la police, faire une main courante si nous mettons en place une pétition et faisons un récapitulatif des faits", précise-t-elle.

La SHLMR suit le dossier de près

Du côté de la SHLMR on assure suivre le dossier. "Mais cela prend du temps", concède Gaïdeur Sanfo, responsable SHLMR à l'agence des Ruisseaux, qui gère la résidence Pierre Loti. Pour faire valoir leur droit, les locataires ont dû s'engager dans une démarche de témoignages écrits pour le lancement de la procédure. Le dossier est entre les mains du service contentieux de la SHLMR.

"On fait le travail à ce niveau là. On doit se pencher sur le volet social et savoir quelle réponse apporter pour cette personne. Il faudrait essayer de travailler sur son comportement", poursuit-il.

Car déplacer le problème dans une autre résidence ou procéder à une expulsion est loin d'être évident. Quelques cas d'expulsions existent, mais ils sont le plus souvent prononcés avec des dossiers solidement étayés.

Pendant ce temps là, les locataires attendent avec inquiétude le retour de leur voisin...
Mardi 18 Mars 2014 - 16:21
JD
Lu 3938 fois




1.Posté par babi le 18/03/2014 16:57
S'il est incapable de vivre en société, faut l'enfermer à vie, et tout le monde se portera mieux. Faut attendre un meurtre pour ça ?

2.Posté par véridik le 18/03/2014 18:16
la police est obligée de prendre la plainte , quelle qu'elle soit! portez plainte contre X , faîtes un courrier directement au Procureur de la République, qui chargera les autorités de bouger leur popotin

3.Posté par La police n'a pas voulu prendre notre plainte? le 18/03/2014 18:31
On comprend donc qu'il reste plus qu'a prier st Expedit pour que la foudre frappe l'appartement pour le rendre inhabitable.

4.Posté par Yvette GERARD le 18/03/2014 19:07
" ... des dossiers solidement étayés."

Qu'est-ce qu'il leur faut de plus, un exorcisme qui n'aurait pas fonctionné ?

Ce type est cinglé et ne peut pas vivre en communauté.

Que son psychiatre le prenne à demeure. Plus on est de fous, plus on rit, non ?

5.Posté par noe le 18/03/2014 19:50
Il faut l'envoyer vivre avec la vieille Taubira en Guyane avec ses lois à la con !

Il suffit d'un tocké pour emmerder tout un quartier et comme de nos jours , on a fermé tous les hôpitaux psychiatriques ...ce quartier n'est pas sorti de la brasserie !

6.Posté par Moin la di le 18/03/2014 22:54
en effet le monde appartient au fouteur de M..... à l'identique de ce fou ,essayer de mettre au pas un voisin bruyant même combat un jour y faudrait que la société devient plus fou que les fous pour mettre l'ordre car l'arsenal de loi qui existe n'y arrive pas .....

7.Posté par Planète Marx le 19/03/2014 06:51
Allez voir le maire...il a la possibilité de le faire hospitaliser en placement d'office !

8.Posté par iliade974 le 19/03/2014 08:23
J'avais exactement le même problême dans mon ex appartement (d'où j'ai dû partir)à cause d'un sinistre individu qui terrorisait l'immeuble quand dans ses crises de folies il menaçait les voisins à coups d'injures, de courriers dans les boites aux lettres ....
Il s'en est même pris au camion poubelles un matin à 4HOO en lançant des galets sur le pare-brise...
Deux mains courantes à la police, des fonctionnaires qui m'ont limite dissuadé de porter plainte....
Je n'ai pas eu d'autre solutions que de finalement déménager ....

9.Posté par Peut-on continuer ainsi ? le 19/03/2014 10:02
Lorsque le comportement d'un individu indélicat est de nature à troubler l'ordre public - ici, la tranquillité des résidents de tout un immeuble - il nous faut remonter le temps et faire appel à un célèbre et ancien député qui, lui, aurait trouvé illico presto une solution ad hoc à ce problème... l'isolement à vie. Dommage qu'il n'y en ait plus des comme çà aujourd'hui !

10.Posté par Zozossi le 19/03/2014 16:05
Le laxisme policier et judiciaire est un problème politique au niveau de l'Etat.

Pour qui ont voté les gens qui se plaignent?
Si c'est pour l'UMPS, ils reçoivent ce qu'ils ont demandé et n'ont pas le droit de se plaindre.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:56 Un homme chute en bas de la Rivière des Remparts

Mardi 6 Décembre 2016 - 08:05 Le bébé maltraité a succombé à ses blessures

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales