Faits-divers

Un trafic d'Artane entre Madagascar et la Réunion démantelé

La gendarmerie annonce avoir interpellé les auteurs présumés d'un trafic d'Artane entre Madagascar et la Réunion.


Un trafic d'Artane entre Madagascar et la Réunion démantelé
Le plan est simple. Un des accusés envoie un mandat-cash à Madagascar afin d'obtenir des cachets d'Artane. Il se rend ensuite sur place et ramène avec lui la cargaison à la Réunion. Entre alors en lice son complice, dont le rôle est d'exfiltrer les stupéfiants.

Une technique qui aurait été utilisée lors de sept voyages entre la Grande île et la Réunion depuis mars 2009. Jusqu'au 26 septembre denier. Ce jour là, à 19h20, les gendarmes de la SR mettent en place un dispositif d'interception en zone réservée de l'aéroport de Gillot. Les deux individus sont immédiatement interpellés lors de l'arrivée de l'avion en provenance de Madagascar. La fouille permet la saisie de 7.500 cachets d'Artane et de 7.026.000 Ariary (environ 2.800 €).

Ce sont les investigations poursuivies sur commission rogatoire qui ont permis d'identifier les acteurs du réseau présumé. Les gardes à vue se poursuivent afin de préciser l'étendue du trafic.



A noter que l'Artane est un produit antispasmodique prescrit contre la maladie de Parkinson. Consommé localement avec du cannabis et du rhum, il donne un sentiment de toute puissance pouvant conduire le consommateur à des actes d'extrême violence. Il est, selon la gendarmerie, revendu entre 5 et 10 € le cachet sur le marché local.
Mercredi 30 Septembre 2009 - 15:06
Benjamin Postaire
Lu 3463 fois




1.Posté par captain charlie fan club le 30/09/2009 15:25
beurk.. l'artane, quelle défonce de clochard !

à quand de vrais réseaux de vrais drogues sur l'ile, serions nous moins malins que les mauriciens ou les cafirs sud af pour le bizness ???

2.Posté par Michel Gangaye le 30/09/2009 16:50
C'est la grande quantité de la monnaie fiduciaire sur le marché local qui est responsable du phénomène croissant du trafic des drogues, prostitution, économie opaque, travail au noir etc... La suppression de la monnaie fiduciaire est une solution qui pourrait lutter efficacement contre tous les trafics. La technologie permet de passer totalement à la monnaie scripturale, mais tout dépend de la volonté de l'état. Chaque année l'état perd 100 milliards euros à cause de l'argent liquide.

3.Posté par Timal le 01/10/2009 12:14
au captain charlie et son fan club :

Vraies drogues ? Tu veux dire la coke, le crack et autre héroïne ?

Je pense que toi, tu doit bien être un petit zoreil fraichement débarqué dans l'île pour vouloir rammener ici ces produits de m*rdes de jeunes bourges fils à papa, en manque du pays.


Timal

4.Posté par nico le 01/10/2009 12:53
jusqu'au siecle dernier, médicaments et drogues n'étaient pas différenciés et vendus dans les mêmes "officines"
aujourd'hui, il existe des listes de drogues interdites, mais la france est le premier consommateur mondial d'anti-dépresseurs

la marché de la drogue étant le 2eme plus important au monde (après les armes...) l'état se prive là aussi d'importante rentrées fiscales ;)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales