Social

Un tiers du personnel de la Cinor en grève : "Le malaise aujourd'hui, c'est la DGS"

Depuis ce matin, un tiers du personnel, notamment du service Environnement, est en grève illimitée à la Cinor à Sainte-Clotilde. Les grévistes accusent la Directrice générale des services, Nasserine Tréjaut, d'exercer une pression constante sur le personnel.


Un préavis de grève illimitée a été déposé par l'intersyndicale CGTR et l'Unsa de la Cinor, le 9 septembre dernier. "Le malaise aujourd'hui, c'est la DGS" indique Yanis Adamo, porte-parole de l'intersyndicale. "Le mépris du social s'éternise à la Cinor avec des passages en force et des pressions constantes de la DGS sur le personnel", précise de plus l'intersyndicale dans un communiqué. Cette dernière souhaite faire aboutir une douzaine de revendications, notamment l'arrêt de "mutations arbitraires, décisions unilatérales, pressions, chasses aux sorcières et autres intimidations".

L'intersyndicale reproche par ailleurs à la DGS, Nasserine Tréjaut "un blocage des avancements de carrière des agents" qu'elle déciderait "seule et sans avis transversal". On peut également ajouter : "Non à votre projet en catimini de mise en place de Badgeuses pour le flicage du personnel"  L'intersyndicale parle également de "traitement mensonger des dossiers".

"Le plus bas salaire est de 1.900 euros avec les primes"

Face à ces accusations, la DGS Nasserine Tréjaut dit "rester très sereine". Elle assure ne bloquer aucune promotion : "Tous les agents de la catégorie C, les agents de base, ont été promus". Selon elle, "94% des agents de la catégorie C ont bénéficié d'un avancement minimum d'échelon lors de la commission paritaire du mois de mars dernier (...). Tous les agents sont des titulaires de la fonction publique. Le plus bas salaire à la Cinor est de 1900 euros avec les primes" précise la directrice générale des services.

La présidente de la Cinor, Erika Bareigts, a chargé Jean-François Hoarau, élu communautaire, assisté d'une délégation des ressources humaines, de les rencontrer pour procéder à une négociation, mais l'intersyndicale a répondu "ne pas vouloir les rencontrer". La grève est maintenue jusqu'à nouvel ordre.
Jeudi 17 Septembre 2009 - 12:42
Karine Maillot
Lu 3422 fois




1.Posté par david le 17/09/2009 13:57
La DGS leur demande de bosser ou quoi ? Heureusement la CGTR lé là pou soutire la paresse ! Vive Yvan !

2.Posté par denis le 17/09/2009 14:35
pourquoi la présidente ve na t'elle pas négocier personnellement avec les grévistes plutot que d'envoyer un bouc émmissaire,cala va la déshonorer surement , elle a l'air tellement prétentieuse celle la

3.Posté par ti coq le 17/09/2009 15:09
Un préavis de grève illimitée a été déposé par l'intersyndicale CGTR et l'Unsa de la Cinor, le 9 septembre dernier. 'Le malaise aujourd'hui, c'est la DGS'
La présidente de la Cinor, Erika Bareigts, a chargé Jean-François Hoarau, élu communautaire (second couteau), qui ne connait aucun dossier porter aujourd'hui par l'intersyndicale. pouké?
la DGS Nasserine Tréjaut appelée aussi (...) à bien compris les revendications des 90% DES agents de sa collectivité qui apparement est malade [[i[' le medecin c'est docteur Tréjaut diplomé à université du Département']
ou tous le monde s'est félicité de sa venu à la CINOR.
35 agents aujourd'hui assurent dans la cafétériat toutes les taches des différents service de la Cinor et c'est aussi les + grands travailleurs de cette colectivité 'les souliers vernis qui scillonent le sentier littoral, les grands redacteurs qui écrivent Papa averc 3 P, ect...).
Mme c'est vrai que les agents de la Cinor qui sont en catégorie C leurs salaires tournent autour de 1900€ mais il y en a aussi à 1400€ ' les demis tarifs ', je pense que vous pouvez aussi communiquer le votre (...)

4.Posté par ASSENJEE.M le 17/09/2009 15:48
ATTENTION au syndrome de FRANCE TELECOM!Trop de pression,vous savez ou cela peut vous mener.

5.Posté par MAMOUT le 17/09/2009 19:58
L'UNSA SYNDICAT TROUBILLONS
AUJOURD'HUI ZOT Y BAGARE A ZOT POU RIEN
LE PLUS BAS SALAIRE 1900 euros combien des personnes sont aux chomages à laRéunion?
Combien sont RMISTE? et j'en passe?
Présidente met ces gens là au travail svp!!!!!!
Certes la grève est un droit mais quand elle n'est pas légitime il faudrait sanctionner..
En france ont ce bagarres pour ne pas être licencié à la Réunion c pour la préstence.
Regarde à la Plaine des Palmistes: SAFPTR ET UNSA même merde
Lé gars penses la fin du mois au lieu de gagne 1900 euros ou sa gagne 1000 euros tandis que na un délégué pas exemple sera en décharge , certains en congé d'autres en récup.
Et ou 1000 euros pou ou tandis que les autres sera payé plein pot

6.Posté par Hubert de Houilles le 17/09/2009 20:20
Malaise ou pas, la CINOR n'a pas non plus la réputation d'être le palais de la sueur !
Allez dans les couloirs à toute heure,il n'y a pas grand monde au boulot.

7.Posté par paul le 17/09/2009 20:54
Je suis employé communal non titulaire. Si la direction de la CINOR est d'accord avec les revendications des grévistes, les différences de traitement seront encore plus grandes avec nos conditions de travail ! C'est grâce à l'argent des mairies que la CINOR peut fonctionner !
Je pense que tellement de chômeurs à la Réunion aimeraient avoir 1900 euros par mois et 9 semaines de congés payés. Je suis un peu désabusé...

8.Posté par ditlarose le 17/09/2009 21:05
ADAMO de l'UNSA et la CGTR : un attelage qui sent bon la manip politique.
Lé un peu fort de refuser la rencontre avec l'élu délégué aux ressources humaines. C'est pourtant normal dans le dialogue social. Kosa zot i croi ? Mme BAREIGTS a raison de ne pas s'abaisser au niveau de ces seconds couteaux. Elle devrait demander à LAGOURGUE et GIRONCEL ce qu'ils font en coulisse.
Probablement qu'ils souhaitent le retour de (...). Il est reconnu par tous comme le moins bosseur, le plus hautain et surtout le plus rapiang des anciens directeurs de la CINOR.
J'ajoute que beaucoup de travailleurs réunionnais y compris les travailleurs communaux aimeraient beaucoup travailler dans les même conditions que les agents de la CINOR.

Arrêt ral derier !
Travay un pé o lie de fé la politik!

9.Posté par toto974 le 17/09/2009 22:47
je suis un laureat du concours d'attaché territorial et je ne trouve pas de boulots. Je fais une proposition à la DGS : j'accepte de travailler pour 1500€ et mi vé pa d' prime.

10.Posté par nicolas de launay de la perriere le 17/09/2009 23:30
et si le malaise, c'étaient les salariés ..?

11.Posté par nicolas de launay de la perriere le 17/09/2009 23:30
toto974, saute la mer mon caf' !

12.Posté par Oulala Zamé vi sa : ensamb pou lo mêm combat le 18/09/2009 02:46
Vive l'intersyndicale, UNSA, CGTR, non syndiqués grévistes, syndiqués d'autres sections grévistes ainsi que ceux qui auraient été oubliés.
N'oublions pas également les directeurs qui soutiennent le mouvement et qui en raison de la pression qui s'exerce sur eux, se sentent contraints de ne pas protester par peur de représailles.
Le droit de grève n'en serait il plus un?
Catégorie A, B ou C, le malaise est bien là alors ne baissons pas les bras, nous sommes tous unis pour sauver notre bel outil de travail qu'est la CINOR et à qui nous sommes toujours restés fidèles quelques soient les différentes mandatures et les différents partis politiques assurant sa gestion.
Plus de 90 agents présents ce jour toutes catégories confondues ( C, B et A) alors que la direction n'en annonce qu'un tiers. Où sont ils donc passés les deux tiers des soit disant travailleurs. Se seraient ils cachés dans leurs bureaux dorés?? Se seraient t-ils juste présentés au pointage pour ensuite tirer profit du mouvement de grève?

Ne nous leurrons pas : le malaise est profond.
Marche ou crève! voilà la politique qui règne à la CINOR. Les directives doivent être appliquées sans concertation avec les agents et sans dialogue. En cas de non respect des directives, les responsables sont alors qualifiés d'incompétents malgré leurs investissements permanents.
Serait- ce le retour du despotisme au 21ème siècle?

Messieurs les dirigeants et dirigeantes, la CINOR est en plein naufrage: éclatement des services, arrêt des grands projets, alourdissement des charges, climat de suspicion, nominations tardives voire inexistantes dans certains cas et ce, notamment pour certains agents ayant obtenus des concours ou ayant été promus, pression permanente exercée sur les directeurs de service et répercutée de manière intrinséque sur les agents, mutation arbitraire d'agents, dévalorisation du travail effectué depuis la création de la CINOR, qualification d'incompétence des agents et comparaison avec d' autres agents soit disant plus compétents d'une collectivité dont nous tairons le nom , .... , la liste de problèmes rencontrés n'étant bien entendu pas exhaustive.

Au vu de ces éléments, sommes nous les véritables responsables de la soit disant mauvaise image que véhicule la CINOR vis à vis du monde extérieur? La question a le mérite d'être posée.
Par ailleurs, il semble bien que nous marchons à l'envers au sein de notre établissement car sauf erreur de notre part et jusqu' à preuve du contraire, les personnes extérieures sont pour une bonne partie satisfaites des actions menées par la CINOR, de notre dynamique, de notre disponibilité et de notre réactivité alors qu'à l'intérieur de notre propre structure on essaye de nous en faire croire le contraire.

Pour mémoire, il nous semble avoir déjà fait la preuve de nos compétences au regard de tous les projets engendrés et réussis à ce jour et de toutes les missions que nous menons au quotidien grace à notre mobilisation et grace à notre goût du travail. Alors, cessez de nous traiter comme du bétail (Kom diré Kréol " Nou lé pa dé tibèf ni dé bèf moka!!"). Nous sommes avant tout des humains qui aimons notre travail et nous nous battrons pour le sauvegarder.

A tous les détracteurs qui se reconnaitront, arrêtez de critiquer les agents de la CINOR qui donnent leur maximum avec les moyens dont ils disposent, la critique est bien facile en étant à l'extérieur.
La CINOR est l'EPCI qui investit le plus chaque année depuis sa structuration et ce, avec des effectifs plus que raisonnables au regard des missions à mener et à l'instar de notre DGS, par comparaison avec d'autres collectivités que nous ne citeront pas par respect pour les collègues qui y travaillent. La décentralisation et le transfert des compétences est bel et bien réel dans notre EPCI.
Les missions et le projets y sont menés avec conscience professionnelle et avec un ferme volonté de réussir.

Par ailleurs, les revendications ne sont pas financières contrairement à ce que semble indiquer Madame la DGS de la CINOR.
Le malaise est bel et bien un social au sein de la CINOR. Les notions de respect et de dignité auraient elles disparues?
Le "Social" et l'"Humain" seraient ils devenus des sujets tabous? Cela serait tout de même très paradoxal pour une mandature socialiste.
La transparence qui nous a été rappelée de manière énergique voire virulente (au même titre que nos droits et nos obligations) en ce début d'année suite au débrayage courageux des partisans de Mr. A qui se reconnaitra et que nous tenons à féliciter pour son courage, ne serait elle qu' utopie? (Celle-ci ne partant que de la base pour atteindre le sommet mais ne redescendant jamais ou qu'épisodiquement voire même de manière très sporadique).

Le dialogue est il rompu avant même d'avoir commencé?
L'avenir nous le dira.
Pour conclure avec espoir et gaieté, et comme dirait notre humoriste local: Oulala zamé vi sa!!!






13.Posté par Toto le 18/09/2009 07:31
Et voila c'est reparti! Encore des commentaires à la c.. genre "ils touchent tant et sont pas contents". Chacun sa croix.
Ce n'est pas parce qu'on touche "un bon salaire" (1900 euros, ca permet juste de vivre maintenant, chers amis. N'oubliez pas que contrairement à vous, il faut se lever tous les matins, payer TOUTES les factures, le médecins, la mutuelle, la cantine, etc...), qu'on doit fermer sa gueule et tout accepter!

Ras le bol de ces bandes de gratteurs qui ne se contente que de critiquer au lieu de se bouger le derrière à améliorer leur condition...

14.Posté par William le 18/09/2009 10:26

1900 euros pour ramasser les feuilles et tondre le gazon...

A ce tarif là :
- il me parait normal de vérifier que les agents aillent bien au boulot (pointeuse) à défaut de pouvoir vérifier leur efficacité ...
- certaines revendications frissent l'indécence !

Dépolitisez les embauches et tout ira mieux !!!


15.Posté par ex greviste secu le 18/09/2009 15:11
Certains commentaires me rappellent les assauts des mêmes que l'on retrouve ce jour lors de notre grève. Même si on a un salaire décent, nous ne pouvons pas non plus servir de carpette à n'importe qui. Pour une très grande majorité d'entre nous (+ 90%) nous avons fait des études, nous payons des impôts, nous faisons tourner l'économie de la Réunion. Et en plus nous nous levons pour aller travailler tous les matins et nous faison abstraction de notre personnalité afin de supporter aussi bien les "petits chefaillons", et comme la hiérarchie est pyramidale, nous devons aussi supporter la mauvaise humeur de nos patrons, et aussi du public et tout cela avec le sourrier, même si au fond de nous nous bouillons de rage...
Par contre quand nous osons revndiquer nos droits tout de suite nous avons contre nous toute la vindicte populaire et en général de tous les gra...... c... qui viennent nous faire la morale. Cela suffit.
Battez vous et ne vous laissez pas faire exigez que vos droits soient reconnus et respectés.

Les travailleurs qui ont vécu cette expérience stressant qui est une grève qui dure dan le temps savent très bien ce que vous vivez.

Bon courage les gars "tienbo largue pas" et vive la démocratie.

16.Posté par franck le 19/09/2009 07:39
posts 6 8 ou bien 10 : posts visiblement politiques ou orientés

17.Posté par phi-δ-974 le 19/09/2009 19:15
Des petits points qui méritent que l’on s’y attarde :

- un 3e préavis de grève déposé depuis la prise de fonction de la DGS avec un point de rupture observé à ce jour. Le dialogue de sourds se traduit par une transposition opérationnelle inadaptée des négociations antérieures.

-Le travail rime avec pressions, absence de concertation, gestion managériale basée sur le rapport « dominé/ exploiteur »… c’est un environnement propice à la propagation de l’onde de choc que connait actuellement France Telecom, faut –il en arriver là ?

Le management par la culpabilisation : les directives de la direction sont toujours urgentes : chaque salarié est invité implicitement, jour après jour, à douter de la qualité et de la pertinence de son travail, ce qu’on évalue aujourd’hui ce n’est pas la qualité du travail réalisé mais c’est la réactivité du salarié face aux exigences de la direction.

Aussi aujourd’hui à la CINOR, le seul repère qui reste au salarié pour valider son travail est d’être appréciée par la Direction. Ainsi le mode de management à la CINOR est une incitation constante à la servilité !

Quelle est la stratégie de la mandature actuelle…éclater pour mieux restructurer, mais à quel prix ? Durant les semaines à venir, la direction devra réinventer le travail : celui qui garantit le respect de la personne et l’épanouissement du personnel

Ensemble pour un nouveau souffle

18.Posté par nicolas de launay de la perriere le 19/09/2009 21:21
waou franck, post 16... t'es là pour orienter aussi l'avis des lecteurs ..???

19.Posté par raphael le 20/09/2009 09:16
Merci phi-δ-974.
Merci de mettre comme il faut dans ton commentaire ce qu'il est nécessaire de faire lire à tous.

20.Posté par KAKOU le 20/09/2009 13:10
Oui , nous somme d'accord avec cette affirmation ... "Aussi aujourd’hui à la CINOR, le seul repère qui reste au salarié pour valider son travail est d’être appréciée par la Direction. Ainsi le mode de management à la CINOR est une incitation constante à la servilité ! "

Et aussi avec cette question ---"Quelle est la stratégie de la mandature actuelle…éclater pour mieux restructurer, mais à quel prix ?"

Et enfin avec cette conclusion " Durant les semaines à venir, la direction devra réinventer le travail : celui qui garantit le respect de la personne et l’épanouissement du personnel "

Dès la prise de fonction du nouveau mandat etc etc... les reproches c'étaient " la CINOR a une mauvaise image dans l'opinion" Quelle opinion???

21.Posté par phi-δ-974 le 20/09/2009 21:24
Epilogue :

Aujourd’hui à la CINOR, l’activité se réduit à une agitation perpétuelle, les gens travaillent mais dans un stress permanent. La culpabilisation collective, la destruction des solidarités et l’instauration de relation de méfiance réciproque font que les gens ne savent plus dans quel but ils dépensent leur énergie au travail.

Aujourd’hui à la CINOR, pour occuper un poste, il faut être défini comme un fin stratège-exécutant qui doit montrer sa capacité d’exécuter sans objection toutes les directives. Il doit faire accepter à ses collègues des objectifs qui changent au gré de la direction et réduire au silence les objections possibles emises par ses collègues et ce, même si l’on tend vers une déshumanisation des rapports humains.

Aussi à la CINOR, dans les fiches de poste, il est implicitement inscrit que le salarié est, par définition, mobile et interchangeable, il connait la précarisation et l’insécurité personnelle. Sa meilleure garantie de stabilité est de témoigner de sa réactivité vis-à-vis de la direction.


Cela se passe comme çà … à la CINOR

22.Posté par E.B. le 21/09/2009 22:22
Epilogue bis
Quand je lis phi974, apparemment fonctionnaire à la CINOR, relayé par quelques apotres, je me demande pourquoi il y reste, car dans la FPT la mutation n'est pas interdite. A lire sa prose, riche mais violente, il n'a toujours pas compris pourquoi il est à la CINOR, d'ailleurs qu'est qu'il y fait? exécutant servile, déshumanisateur, objecteur de conscience (ça existe encore) ou agitateur permanent. Je comprends sa difficulté à établir une fiche de son poste, surtout quand l'insécurité et la précarité guettent. Rester dans ces conditions, dans une société dirigée de surcroit par deux femmes, c'est sans doute cela qu'on appelle la témérité.
C'est comme çà... à la CINOR

23.Posté par franck le 23/09/2009 18:56
à de launay (post 18) : réponse : oui, comme vous
et vos multiples messages (bien plus nombreux et orientés que les miens)
mais je ne continuerai pas votre débat stérile

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales