Social

Un salarié responsable syndical devenu trop gênant chez Orange?


Daniel Béton est entré dans les Télécoms en 77, en métropole avant de revenir à La Réunion. Les conditions de sa mise à la retraite ne sont pas celles qu'il espérait
Daniel Béton est entré dans les Télécoms en 77, en métropole avant de revenir à La Réunion. Les conditions de sa mise à la retraite ne sont pas celles qu'il espérait
La direction d'Orange Réunion traîne-t-elle des pieds pour exécuter les droits d'un salarié fraîchement retraité ? Le principal concerné le pense si fort que le dépôt d'une plainte pour harcèlement est brandi sous forme de mise en garde. Daniel Béton en a assez de jouer.

Le 16 juillet dernier, Daniel Béton a, selon ses propres termes, été mis en retraite de façon "unilatérale et brutale". Pourtant, le 16 avril 2014, les "services partagés" d'Orange Réunion avaient enregistré sa demande de départ à la retraite pour le 1er décembre 2014.

Quelque temps avant et depuis ce départ précipité, l'ex-salarié tente d'obtenir une convention de départ avec son employeur. Un accord indispensable pour faire valoir ses droits à la retraite. En vain.

Avancement des fonctionnaires bénéficiant d'une décharge totale de service pour l'exercice de mandats syndicaux, évaluation des heures de récupération et congés, simulation de retraite, remboursement du compte Epargne-Temps, Daniel Béton n'a pu que constater le silence de son employeur sur tous ces documents permettant de préparer sa fin de service actif.

Les courriers papier et électronique dont il garde une copie pour preuve de sa tentative de collaboration avec la directrice des ressources humaines restent, soit sans réponse, soit demeurent vagues "en pensant que je finirai par laisser tomber", explique-t-il, écoeuré par cette attitude. "Qu'ils arrêtent de raconter des carabistouilles !" adresse le salarié débarqué, soutenu par ses collègues qui signeront une pétition.

Désormais ex-élu délégué du personnel, secrétaire adjoint au comité d'entreprise et responsable CE au conseil d'administration Orange Réunion, l'ancien conducteur de travaux pense qu'il paye là son activisme syndical.

En 2013, Daniel Béton dit subir un harcèlement de la part du directeur de l'UI Orange Réunion Mayotte
En 2013, Daniel Béton dit subir un harcèlement de la part du directeur de l'UI Orange Réunion Mayotte
Le 25 novembre 2013, le responsable syndical Sud avait sollicité l'ouverture d'une procédure interne instruite par le service RH pour des faits supposés de harcèlement du responsable de l'UI Reunion-Mayotte, M. H., à son encontre. "Ils ont très mal pris l'affaire", estime aujourd'hui Daniel Béton. Ce dernier reproche au responsable de l'UI Réunion-Mayotte de l'avoir volontairement privé des remboursements de frais auxquels il avait droit en tant que salarié syndiqué. "Pendant 5 mois, cet individu a refusé de valider les remboursements de frais kilométrique et repas alors que je devais me rendre à Saint-Denis entre 12 à 15 fois par mois pour les réunions de comité d'entreprise, de rencontre RH ou d'assistance syndicale pour des collègues". Il faut savoir que Daniel Béton était affecté au site Orange de Ravine Blanche Saint-Pierre.

L'éloigner à tout prix de l'activité syndicale ?

L'autre affaire qui aurait lourdement pénalisé son départ en bonne et due forme de la boîte tient selon lui de la défense assurée par son syndicat d'un collègue, Jean-Bernard Pongérard. Ce salarié est défendu par Sud Telecom Réunion devant les prud'hommes suite à un "droit d'alerte pour atteinte aux droits du salarié en matière de promotion". Un conflit qui oppose le salarié, aidé de Daniel Béton, à la responsable RH d'Orange Réunion/Mayotte, Mme L.

Après un report d'audience, l'affaire sera tranchée devant les prud'hommes le 14 octobre. Maintenant hors circuit, Daniel Béton ne pourra défendre les intérêts de ce salarié. "C'est exactement ce qu'ils voulaient", soutient Daniel Béton.

L'ultime raison qu'il avance pour expliquer son départ précipité, tient dans la perspective des élections professionnelles des 18, 19 et 20 novembre prochains. "Je pense que m'éloigner de l'entreprise avant ces élections constitue l'une des raisons de cette retraite d'office", avance-t-il. Le syndicaliste de Sud Telecom Réunion était-il devenu à ce point un salarié dérangeant ? L'opérateur téléphonique historique dément formellement.

"M. Béton est un salarié fonctionnaire ayant dépassé l'âge légal de départ à la retraite. Nous ne pouvions pas reporter plus en avant son départ. La signification lui a été faite en avril dernier pour un départ en juillet. Le tout en conformité avec le droit du Travail et la réglementation des retraites de la fonction publique. Par ailleurs, Orange dément tout traitement discriminant dans cette situation. La direction d'Orange informe par ailleurs que le solde de tout compte a été réglé à Daniel Béton au mois d'août", se défend la direction d'Orange.

-------
L'inspection du Travail a été sollicitée pour dénouer le conflit l'opposant au directeur de l'UI Réunion Mayotte :
Un salarié responsable syndical devenu trop gênant chez Orange?

L'inspecteur du Travail somme la direction d'Orange de rétablir sans délai les frais de déplacement du syndicaliste :
Un salarié responsable syndical devenu trop gênant chez Orange?
Jeudi 18 Septembre 2014 - 17:19
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 3891 fois




1.Posté par Toto le 19/09/2014 09:00
Qu'il porte plainte tout simplement. Orange ET son directeur se feront condamné. Ce qui est bien c'est qu'il pourra ensuite poursuivre le Directeur personnellement., et ça je peux vous rassurer que ca peut lui faire très mal -> interdiction d'exercer son emploi de Directeur si les fait sont avérés et que l'implication de ce dernier ne fait aucun doute.

2.Posté par jean-jacques le 19/09/2014 09:41
Et oui ce Mr a passé sa vie à pleurer sur l'injustice et réclame maintenant l'intégralité de ses droits
coloniaux dont seule une fraction de privilégiés bénéficient dans ce département...
ils me font rire ces syndicalistes !

3.Posté par jojo le 19/09/2014 13:07
Et la prime de 200 000€ que vous avez touché pour aller à la retraite, bizarrement l'article n'en parle pas.
Bizarrement également, l'article ne parle pas non + de votre valeur ajoutée au sein de l'entreprise et surtout après toutes ces années de "travail" ou devrais-je dire de présence dans l'entreprise.
Et vous oser venir vous plaindre ?

4.Posté par Raleur le 19/09/2014 15:24
"Avancement des fonctionnaires bénéficiant d'une décharge totale de service pour l'exercice de mandats syndicaux" En fait ce mec n'a jamais bossé mais simplement (...) dans sa boite durant toute sa carriere. Qu'a t il apporté a sa société? Et maintenant il comprend pas pourquoi on lui met des baton dans les roues. Ben vi Pourquoi?

5.Posté par Il ya de la rumba dans l'air !! le 19/09/2014 16:48
Il ne suffit pas de porter une moustache pour singer les vieux sages et de porter des lunettes pour faire intellectuel , il suffit de bosser, de mériter sa grosse paye ! être rembourser pour le temps passé dans les embouteillage? Heureusement que le ridicule ne tue pas !!

6.Posté par Minable le 19/09/2014 19:08 (depuis mobile)
Il a toujours été un minable (depuis ses sombres années de librairie à st-leu: même retraité c un minable il suffit de voir sa tronche

7.Posté par solidaire le 19/09/2014 21:22
si vous avez des documents a propos des 200000€ envoyez les a la presse au lieu de dire des âneries...

8.Posté par Mike le 15/10/2014 11:08
Orange est une machine a broyer. Et toi Daniel combien de sous-traitant d'Orange tu as broyé de par ta position syndicale. Tout ça pour faire plaisir a ton patron. Maintenant il n'a plus besoin de toi, la roue tourne, profite de ta retraite pour méditer sur ton passé de petit chef

9.Posté par Cocotiers le 04/07/2015 23:32
Ce "syndicaliste" a bien profiter du système. Le Groupe Orange accorde trop de moyens aux syndicats.
Il a bien collaboré avec la Direction Orange Réunion Mayotte : transfert des négociations des protocoles électoraux à Mayotte, coupure du cordon ombilical avec le CCUES, pour nous laisser une filiale Orange Réunion SA alors que les deux autres composantes de l' UES (Orange France SA et Orange Distribution SA) étaient entrain d'être intégrè dans France Télécom SA, avant d'être renommé Orange SA le 1er Juillet 2013.
Syndicalement, il n'a pas fait grand chose : il n'a fait qu'utiliser la naïveté des salariés,pour arriver à ses fins. Qu'a-t-il fait dans le Conseil d'Administration de la filiale Orange Réunion SA ? Pourquoi était-il contre la fusion Orange Réunion SA dans France Télécom SA ? Pourquoi cette alliance avec le syndicat CFE-CGC/UNSA ? Dans quels buts ? Aujourd'hui les langues se délient dans l'Entreprise. C'était la pratique d'un syndicalisme manipulateur.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales