Politique

Un rapport de SOS racisme montre que le fichage ethnique existe

Un rapport de SOS Racisme dévoilé ce matin dans la presse risque de faire l’effet d’une véritable bombe. Ce rapport démontre que le fichage ethno-racial, bien qu’interdit en France, est non seulement couramment pratiqué par de grandes entreprises ou des organismes publics, mais aussi qu’il se présente généralement comme un préalable à une pratique discriminatoire systématisée. Pour Patrick Karam, délégué interministériel à l’égalité des chances des français d’outre-mer, ce rapport enterre définitivement l’idée de statistiques ethniques en France.


Un rapport de SOS racisme montre que le fichage ethnique existe

"A moins de vouloir continuer à discriminer les Français d’origines différentes", Patrick Karam estime que le rapport qui vient d’être rendu public clôt définitivement le débat de la mise en place de statistiques ethniques en France.

Ce rapport est le résultat d’une mission confiée à la Fédération Nationale des Maisons des Potes et SOS Racisme par le biais d’une convention signée le 13 novembre 2008. Le but était de rechercher, par tous moyens, dans le secteur des entreprises et le marché locatif, les pratiques de fichage territorial ou ethnique et les discriminations à l’embauche qu’elles pourraient entraîner ou qu’elles sous-tendent. Ceci pour engager ensuite des actions devant les tribunaux après avis de la délégation interministérielle.

Le soutien de l’État a été obtenu après que ces deux associations aient montré au délégué interministériel que, sur le site internet de l’entreprise Eurodisney, il est demandé au candidat à l’embauche de préciser son pays en distinguant  la "France" de la "Martinique", de la "Guadeloupe", de la "Guyane" ou de "La Réunion". 


Des pratiques illégales en toute impunité

Pourtant, Eurodisney avait déjà été poursuivi pour des discriminations raciales fondées sur la politique des quotas. Mais les sanctions, lorsqu’il y en a, sont trop légères pour être véritablement dissuasives. Soit pour faire prévaloir des intérêts économiques, soit pour ne pas nuire à la réputation de l’entreprise.

Ainsi en 2008, Daytona est la première entreprise en 30 ans à être condamnée à une amende ferme qui ne s’élèvera qu’à 5.000€ pour 5.000 vacataires concernés.

De son côté Air France, qui classait ses hôtesses de l’air selon leur typologie raciale, s’en est sorti sans être poursuivi, contre la promesse de cesser cette pratique. 

C’est précisément contre cette tendance laxiste que souhaitent ardemment se battre Patrick Karam  et Samuel Thomas, président de la Fédération nationale des Maisons des potes et vice-président de SOS Racisme. Et le rapport révélé hier matin, qui épingle une quinzaine d’entreprises, est une étape décisive. A la fois un message et un premier pas, ils l’espèrent, vers une forte mobilisation et une levée de barrières.


Un manque de collaboration de la justice

Mais pour y donner une suite, il va falloir de la volonté.

Pour les deux responsables, "l’arsenal judiciaire est suffisant". La loi de janvier 1978 interdit en effet la collecte et le traitement de certains types de données à caractère personnel faisant notamment apparaître directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, tandis que l'article 226-19 du Code pénal vient sanctionner certains actes de traitement de ces données.

"C’est la pratique qui pose problème" souligne le délégué interministériel. La pratique des procureurs et des juges trop timorés selon lui, celle des gendarmes et des policiers qui se contentent d’une main courante, et celle de la CNIL qui rechigne trop souvent à saisir les fichiers incriminés alors qu’elle en a le pouvoir.

Patrick Karam invite également les français d’outre-mer à prendre leurs responsabilités en tant que consommateurs et clients en utilisant leur pouvoir d’achat contre les entreprises qui commettent le délit de fichage et de discrimination.

Par ailleurs, afin de faciliter les démarches des victimes, un système sera mis en place par SOS Racisme. L’association paiera les frais de justice et aidera les victimes à se porter partie civile. Le Délégué interministériel appréciera de son côté les suites à donner parallèlement, le cas échéant sur le plan administratif.

D’ici là il a prévu de se réunir avec l’ensemble du gouvernement pour qu’il fasse de la lutte contre les discriminations une priorité.




Jeudi 5 Novembre 2009 - 07:57
Bérengère Lefèvre
Lu 1111 fois




1.Posté par Michel le 05/11/2009 08:48
Bravo pour cet article mais il faut réagir tous ensemble. En effet, avez vous remarqué que dans les grandes collectivites ou services publics, les postes de directeurs sont réservés au métropolitains sans etre racistes il faut voir l'envers du décor. Les réunnionnais occupent la seconde voir même la quatrième place de responsabilité.Je suis persuadé si on regarde de plus près nous avons la qualité à la REUNION, pourquoi aller chercher ailleurs. Il faut que madame PENCHARD se penche un peu plus sur cette réalité pour ne pas renouveller les memes erreurs, nous lui faisons confiance. A elle de montrer que les ultra- marins puissent occuper des postes à responsabilité. Que nos politiques qui iront à la bataille de l'élection régional doivent nous montrer leur préference pour nos cadres locaux. Fonctionnaires reagissez, montrez que vous pouvez faire avancer votre pays. Bon courage. Le candidat qui fera sa campagne sur ce sujet aura ma voix.

2.Posté par lim le 05/11/2009 13:57
Arrêtons de palabrer. Il faut agir, manifester et crever l'abcès qu'est le racisme tabou. Compter sur Mme Penchard ou les candidats à l'élection régionale, c'est être sûrs de ne rien gagner, de n'obtenir aucun changement, de maintenir notre société dans son inertie.

Il faut mettre des bâtons dans les roues de ce système qui favorise ceux qui sont bien nés! Quel mérite a-t-on d'être issu de la "bonne race"? Il est grand temps de casser ce préjugé ancestral qui nous colle à la peau. Sinon, ce seront toujours les mêmes qui pâtiront au dernier barreau de l'échelle sociale de la Réunion. Cette discrimination dure depuis 1669, année du peuplement de notre île dont on aime dire qu'elle est un exemple de paix sociale pour de nombreux pays. Ce n'est qu'une publicité mensongère, à casser. Dans les autres pays, le racisme s'affiche, se crie dans les stades, se pratique au niveau de l'attribution de logements, d'embauche au travail. Dans notre belle île, il est sournois, latent, hypocrite. Ce ne sont pas les privilégiés qui demanderont un changement.
Hommage a été rendu aux esclaves qui n'ont pas eu de sépulture. Bien. Nous'approprier notre Histoire, excellent. Mais les vivants ont besoin de changement; ils ont besoin de voir le présent et l'avenir dans une autre optique.
La politique de l'autruche doit être abolie.

3.Posté par menzaghi le 29/11/2009 22:35
Afin que les demandeurs d'emploi au faciès d'étranger ou au nom étranger ne souffrent plus, il serait souhaitable de créér, à leur égard, une allocation spécifque de solidartité, fraternité.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales