Faits-divers

Un pompier s’ouvre les veines : “Ce n’était pas une tentative de suicide”

“L’auteur a fait ce geste pour mettre en valeur sa désespérance”. Le colonel Alain Caroli, directeur du Service départemental d’incendie et secours, a rassuré la presse sur l’état de santé du pompier qui s’est ouvert les veines hier. “Il était désespéré. Maintenant, il va mieux, il commence son stage pour devenir sergent, ce mardi matin”.


Le colonel Alain Caroli a également indiqué “qu’un programme de rattrapage personnalisé sera proposé”, ce matin à l’employé du SDIS “puisqu’il a raté la première journée de sa formation” qui doit lui permettre d’accéder au grade de sergent. Hier, tout semblait être rentré dans l’ordre. Le problème d’information et de communication a été résolu.

Mais, si ce n’était qu’un problème de “timing” pourquoi cet homme du feu “ayant un handicap”, en est arrivé là ? “Ce pompier comme plusieurs d’entre eux, veut devenir sergent. Il voulait à tout prix intégrer le stage qui a débuté hier”, a expliqué Alain Caroli. Malheureusement, il y a eu un quiproquo.

Pour ce soldat de feu, déjà deux fois grévistes de la faim pour les mêmes raisons, et qui a toujours refusé le “piston” des élus, ce “quiproquo” était “un quiproquo” de trop. “Il ne croyait plus au système”, a corroboré le directeur du Service départemental d’incendie et de secours.

Les accidentés oubliés dans les avancements et promotions

Et, il n’est pas le seul dans cet état d’esprit. En effet, c’est une tradition : la promotion des employés dans les structures des collectivités locales, est la plupart du temps une affaire de copinage et de clientélisme électoral.

Michel Mani, secrétaire général du Syndicat autonome de la fonction publique territoriale, au SDIS, pointe lui du doigt un dispositif national “pas encore totalement efficace” en terme d’avancement et de promotion. “Le décret du 25 septembre a oublié tous ceux qui ont eu des accidents de la vie, que ce soit en milieu opérationnel ou dans leur vie privée”.

“Ce geste de désespoir de notre collègue Patrick Séry montre également l’impatience des anciens d’être enfin reconnu et ce après avoir travaillé 35 – 40 ans. C’est pour cette raison que nous avons mis en place, avec les autorités, une spécificité locale, une FAE, pour qu’il puisse être nommé au CAP”.

Alain Caroli “espère qu’à travers ce petit drame, tous ses collègues qui sont dans le même cas savent qu’ils peuvent continuer à avancer au mérite, au SDIS de La Réunion. Et ce même s’ils sont inaptes au niveau opérationnel à cause d’un accident survenu lors d’une mission”.

“Ces personnes seront ensuite affectées à des emplois qui requièrent leurs compétences, à travers lesquels ils continueront à exercer leur passion et leur métier de sapeur-pompier”, a conclu le colonel Alain Caroli, directeur du SDIS.
Mardi 22 Septembre 2009 - 09:34
Jismy Ramoudou
Lu 2451 fois




1.Posté par Jojo en direct de chez Lui le 22/09/2009 11:20
Mr JISMY , désepérance s'utilise dans un contexte poétique , c'est un effet de style pour les auteurs des 18 et 19 éme siécle.
Dans le cas de ce malheureux pompier, le désespoir est plus adapté . A moins qu'il soit pompier et poète, ce qui serait encore plus triste !!

2.Posté par lascap le 22/09/2009 11:32
on peut se poser des questions sur l'aptitude pour ce pompier à exercer sa profession !
Comment peut-il gérer son stress en intervention alors qu'il ne gère pas son stress au quotidien !

3.Posté par bombero974 le 22/09/2009 13:34
bjr je suis outré de voir que le SDIS de la Réunion à la traine, bientot il va falloir une éformation specifique pour les envoyer à faire de la politique en meme temps que pompier 8 colonels 974 impossible de remettre en ordre de marche où sont passé les boureaux, les netoyeurs des écuries Eugias pompiers la rnion y fé emprofite bien la pi pou lontemps

4.Posté par Michelle le 22/09/2009 13:58
Ce pompier qui a commis un acte desespéré n'est-il pas en arret de travail? Bizarre il peut maintenant suivre sa formation. Alors les pompiers réagissez, il faut faire un acte de sesepoir et vous aurez tout ce que vous voulez. Alors Messieurs élus vous avez été mise en cause. Que pensez vous dire à ce directeur? Pauvre SDIS!!!

5.Posté par Karl le 22/09/2009 19:00
A Monsieur le Directeur du SDIS

Quelle considération avez vous pour les pompiers de la Réunion? Il est quand même scandaleux de voir qu'un pompier qui a un mal être a tort ou à raison et tout de suite il est récompensé. En effet, cet état de fait ressemble etrangement à de la manipulation, puisque hier quand Le pompier SERY sort de l'hopital vous l'invitez à manger au restaurant accompagné de ce syndicaliste. Aujourdh'ui rebelotte, vous l'accompagné jusqu'à Saint-Benoit pour qu'il puisse commencé à sa formation et ensemble accompagné des personnes "trés proche" vous déjeuner avec lui. Sauf que M. Le Directeur des pompiers volontaires qui sont en formation dans l'arrière cour n'a pas pu avoir un bonjour de votre part ni un encouragement. Comment expliquer votre geste ou vous passez votre temps à rabaisser les sapeurs pompiers réunnionnais qui se donnent à fond dans leur métier pour être récompensé? Pire vous vous etes fait accompagné de ce syndicaliste qui n'a jamis pu faire une formation pour avancer dans son grade (tel que sergent et adjudant) et pourtant dieu seul sait que ce syndicaliste est en CAP depuis de nombreuses années. Pourquoi n'a t-il pas présenter le dossier de ce monsieur au moment les mesures transitoires qui étaient place? Manipulation quand tu nous tiens. Ou sont les autres organisations syndicales? Pourquoi ne réagissent -ils pas ? Sont -ils aussi acheter? Pompiers la Réunion nous lè pas nous lé moins mais respect à nous.

6.Posté par penelope le 22/09/2009 20:47

Quand on sait que ce Monsieur ne ''décale'' plus car déclaré incompétent à toute sortie sur un vsav pourquoi lui accorder un titre supérieur puisqu'inapte à sa fonction de pompier ???

On pourrait tout autant se poser la question sur le titre de majors de certains titulaires alors que leurs passe temps faboris semblent etre leurs allers et retours en 4X4 !!!!

Le sdis ne serait il pas un vaste lieu de copinage, de promotion ''canapé"" ??? ou de copains copains ???

7.Posté par GRENADE974 le 23/09/2009 08:01
1-JOJO
Désespérance (et non désépérance) est synonyme de désespoir, son utilisation n'est pas réservée à un contexte poétique et n'est pas un effet de style pour les auteurs des 18ème et 19ème siècles (et non siècle au singulier).
Vous n'êtes ni pompier, ni poète je suppose !
Pour un pompier, mieux vaut ouvrir les vannes que de s'ouvrir les veines.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales